Arcimboldo et le XVIe siècle

02/01/08 par  |  publié dans : Artistes, Arts

Le peintre Arcimboldo est exposé jusqu’au 13 janvier au musée du Luxembourg, à Paris. À nous de vous présenter l’homme et son époque.
Giuseppe Arcimboldo (~1527 – 1593) est un peintre italien dont on connait peu de choses mais son œuvre interpelle énormément, et peut faire rire, il faut bien le dire.

Ses débuts sont assez modestes, faits surtout des cartons de vitraux ou de tapisseries. Ce n’est que lorsqu’il va à Prague, à la cour de Maximilien, qu’il connaît tout son succès en devenant conseiller artistique et peintre officiel des Habsbourg. Il représente alors Maximilien et sa famille à la manière des portraits classiques de la Renaissance dans lesquels on décèle tout de même un certain refus de l’austérité et déjà quelques détails déroutants.
D’ailleurs, il ne tardera pas à laisser libre court à son style au travers d’effigies royales ou de l’entourage de la cour. Il représente ainsi Rodolphe II en Vertumne, le roi d’Etrurie qui devint un dieu grâce à l’attention particulière qu’il portait aux fruits et aux cultures. On y voit là certainement, de la part d’Arcimboldo, un hommage au roi de Bohême, à sa bonté, et pourquoi pas à son mécénat.

Portrait de Maximilien II de Habsbourg (1527 – 1576) et de sa famille, vers 1567, huile sur toile, Kunsthistorisches Museum, Vienne & Vertumne, 1590, huile sur bois, Skoklosters slott, Stockholm

Il réalise également des portraits de gens méconnus de la cour. Ainsi, on trouve des représentations de cuisinier, de bibliothécaire ou de juriste réalisés avec les instruments de leurs professions. Son regard est probablement celui d’une époque sur des métiers et les personnages qui les exerçaient. Qu’en dirions-nous aujourd’hui ? Quels objets utiliserions-nous ? Il est intéressant de porter une attention particulière aux détails distinctifs. Par exemple, seul le juriste se voit parer, en plus des livres et feuillets, de volailles et de poissons sur son visage. Une critique directement adressée au modèle ou peut-être à cette fonction représentée par des hommes trop gourmands ?

Le Juriste (Ulrich Zasius), 1566, huile sur toile, Musée national des Beaux-Arts, Stockholm

Arcimboldo va aller encore plus loin dans son style et va s’amuser à réaliser des œuvres qui peuvent être vues dans les deux sens. Ainsi, un plat de volaille mis à l’envers montrera les traits d’un personnage. Un exercice que le peintre a renouvelé sur trois toiles, actuellement placées sur des miroirs au musée du Luxembourg. Certains d’entre vous se sont peut-être prêtés à ce style de dessin dans leur jeunesse. Quelle sensation cela-vous fait d’avoir partagé ce jeu avec un peintre de quatre siècles votre aîné ? Bizarre hein !

Le Cuisinier, vers 1570, huile sur bois, Nationalmuseum, Stockholm

Toujours pour la cour des Habsbourg, Arcimboldo va réaliser deux séries : celle des éléments et celle des saisons. Avec ces œuvres, offertes à Maximilien II, il va affirmer la puissance politique de cette famille en leur dédiant la structure de l’année et de l’univers sur lesquels elle influe. Cette série plus que toute autre demande qu’on s’y attarde, qu’on se pose des questions et surtout qu’on l’observe en grandeur nature. Plusieurs angles possibles, plusieurs interprétations et une toile qui peut se voir comme un tout ou comme une multitude d’apports, significatifs ou non. D’après vous, est-ce innocent que l’été ait un cœur d’artichaut ?

L’Eté, 1563, & Le Feu, 1566, huiles sur bois, Kunsthistorisches Museum, Vienne

On se surprend à passer du temps devant chaque toile, plus qu’on ne l’aurait imaginé. À leurs façons, elles sont ludiques, poussant le spectateur à s’attarder sur leurs particularités et leurs compositions.

Petite recontextualisation

Arcimboldo semble aujourd’hui être un artiste unique, isolé dans son style, mais ce n’était pas le cas à l’époque. En effet, à la Renaissance, un goût pour les choses bizarres va se développer. Des collectionneurs rassemblaient dans leurs cabinets de curiosités toute sorte d’éléments insolites : crânes, déformations végétales ou animales, etc. Les grotesques vont faire leur apparition dans les œuvres, rappelant ces bizarreries tant appréciées.
De plus le maniérisme, ce style « anti-classique » du XVIe siècle, mettait en avant les symboles, emblèmes et allégories, cherchant ainsi à mélanger différents arts et différents genres. Les scènes prenaient alors un sens grâce à ces jeux d’esprits dédiés uniquement à l’élite culturelle et sociale.
Ce style prêtait aussi une attention particulière aux détails minutieux, allant presque jusqu’à la représentation de miniatures au sein d’œuvres plus importantes.

C’est aussi à cette époque que les caricatures vont faire leur apparition, cherchant à exacerber certains défauts physiques ingrats. Léonard de Vinci (1452 – 1519), pour ne citer que le plus célèbre, s’est ainsi essayé au style en se penchant sur cette question de l’étude anatomique.

Léonard de Vinci, Etudes de portraits grotesques, sanguine sur papier, Galleria dell’ Accademia, Venise

Dans cette même période d’intérêt porté au visage, une science déjà présente durant l’Antiquité, va refaire surface pour prendre de l’ampleur : il s’agit de la physiognomonie. Sous ce nom barbare se cache une « technique » de reconnaissance des caractères de l’homme par son faciès. Ainsi, une personne ressemblant à un singe serait maligne ou un homme ayant les traits d’un serpent, perfide. C’était une manière de savoir à qui on avait affaire d’un simple coup d’œil. Au cours du XVIe siècle, Gianbattista Della Porta (1535 – 1615) va écrire un traité dans lequel sera clairement développée cette science et les différents types de visages. Avec la diffusion de cet ouvrage, la physiognomonie va être remise au goût du jour et va intéresser bon nombre d’artistes.

Gianbattista Della Porta, De humana physiognomonia libri III, 1586, Naples

Ainsi, c’est dans ce contexte qu’il faut appréhender les œuvres d’Arcimboldo. De cette manière, il ne fait plus office d’ovni mais de peintre s’intéressant aux recherches et aux goûts de son époque. Un recul qui ne doit pas vous empêcher de vous divertir, ce qui est finalement le but du grotesque.

Les œuvres d’Arcimboldo – comme toutes les œuvres – ont beaucoup plus de puissance en vrai que sur votre écran, c’est pourquoi nous vous invitons à voir cette exposition si ce n’est pas déjà fait. Bien que courte, cette dernière est plutôt bien amenée et invite à l’observation voire au divertissement. On regrette cependant son prix, trop élevé. La position des toiles, un peu haute, est aussi à déplorer, elle empêche les plus petits de profiter de tous les détails. Un petit conseil pour vraiment l’apprécier : n’y allez pas seuls. Il y a beaucoup de complicité et de réflexions à partager devant ces peintures décalées. Et pensez aux billets coupe-file !

Pour plus d’infos sur l’expo : http://www.museeduluxembourg.fr

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

10 commentaires

    Bertrand  | 07/01/08 à 22 h 26 min

  • Un topo classique à 4 mains… Bon boulot
    Vous avez prévu un topo sur l’expo Héros à la BNF?

  • zuzu  | 17/01/08 à 19 h 35 min

  • c’est bien, çà m’a plu. Comme dit l’autre, du bon boulot.

  • ....  | 07/02/08 à 18 h 22 min

  • moi j’aimerais des infos plus précise LoL c’est pour un exposé !!!!!

  • bombe du 69  | 10/03/09 à 15 h 15 min

  • trer trer bo jadmire le travail tout simplement bravo

  • pierre  | 10/03/09 à 15 h 16 min

  • moche

  • pierre  | 10/03/09 à 15 h 18 min

  • trer moche

  • CORALIE  | 15/04/09 à 12 h 37 min

  • IL FAUDRE PLUS DE CHOSES SUR ARCIBOLDO CAR JAIS REGARDER SUR D’AUTRE SITE OU IL DISER PLUS DE CHOSE IL DISAI A QU’ELLE AGE IL C’EST REMARQUER QUE TOUT LA FAMILLE ETAIS PEITRE MAIS SINON TOUT EST BIEN ET UN COSEILLE ESELLER DAMELIORER CE QUON VOUS DIS QU’OMME CA VOUS AURE PLUS DE MONDE C’ETAIS POUR UN EXPOSER
    SIGNER:CORALIE LAGOUTTE 9 ANS

    LLER DA

    M
    E

  • kikine  | 18/09/10 à 17 h 11 min

  • c’est joli les oeufre

  • bobe  | 18/09/10 à 17 h 14 min

  • c’est koi votre adresse

  • boussiron  | 29/06/13 à 7 h 51 min

  • je recherche la peinture ou affiche ( La gourmandise ) de Guiseppe Arcimboldo

Laisser un commentaire