Du café d’en face

18/09/09 par  |  publié dans : Arts, Carnets | Tags :

Paris. Les touristes envahissent les rues. Les Japonais sont scotchés derrière leurs appareils photo. Les musées sont pris d’assaut. Les parisiens, eux, cohabitent, pris dans la cadence infernale de la capitale. Les expos, ils les voient oui, du café d’en face…
Et pourquoi pas ? Pourquoi l’art serait-il condamné à la réalité du musée ? Pourquoi ne pas aborder la peinture, la sculpture en avalant un expresso ? Envrak vous propose de partir en ballade, de filer tout droit prendre une dose de caféine, avec un soupçon de culture.

Direction le café Jade : ou comment faire naître l’interrogation

Odéon ou Mabillon, arrêtez-vous là où vous voudrez, tous les chemins mènent à la rue de Buci. Le numéro 10 est le rendez-vous incontournable des carnivores en tous genres. Les tartares du café Jade, un pur délice. Cocktails, bières… ce bar propose tout le panel classique. Les consommations s’étalent de 5 à 20 euros. L’ambiance est décontractée, la musique lounge vient agiter nos oreilles. Plusieurs DJs viennent animer les soirées du jeudi au Samedi s’inscrivant dans un décor moderne qui s’inspire des années Pop Art.

Pas de tapisserie ringarde, juste de grosses lettres aux couleurs acidulées. Francis Bacon, Roy Lichtenstein, Edvard Munch ; sont autant d’artistes contemporains qui ornent de leurs pseudonymes les murs du 10 de la rue Buci. Pas d’œuvres, pas de tableaux suspendus, juste quelques grands noms de l’histoire des deux derniers siècles qui ponctuent les façades. Juste assez pour soulever la bonne question : qui est ce type ? Impossible de les connaître tous. Avec le nez pointé sur les énormes caractères, on cherche à connaître, à reconnaître. Rentré même à l’aube, une petite recherche Google s’impose, on n’y résiste pas.

Bienvenue au Point Ephémère, l’entre deux

Bar et galerie d’art, le Point Ephémère est un lieu qui mêle nuit parisienne et exposition actuelle. Sur les quais du canal Saint Martin, la jeunesse se presse, la foule s’amasse pour siroter quelques mojitos. Les plus curieux franchissent la barrière imaginaire, pour visiter l’espace artistique ; il ne faut qu’un pas pour y sauter. Un réseau de professionnels sélectionne de jeunes créateurs de divers horizons, en France comme à l’étranger et leur permet d’exposer pendant trois à six mois. Bien loin des cadres guindés, le Point Éphémère ressemble plus à un entrepôt désaffecté.

Concerts, expos autour d’un verre, la culture entre d’autres murs c’est là le véritable succès de ce concept à développer. Le bar ne désemplit pas, avec une programmation variée et bien fournie ; la clientèle d’habitués est toujours au rendez-vous. Quant aux visiteurs d’un soir, ils ne sont jamais déçus.

Pour plus d’infos sur les tarifs et la programmation: www.pointephemere.org

Il reste bien du chemin à parcourir pour que l’art soit accessible à tous. A leurs manières respectives, le café Jade et le Point Éphémère font vivre artistes et œuvres. Espérons que le babyfoot du café d’en face disparaisse vite…

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Fab  | 21/09/09 à 9 h 56 min

  • J’ajouterais Angelina aux tuileries où tu bois un chocolat a te taper le cul par terre.Le style est baroque digne d’une Armande Altai.

Laisser un commentaire