Get Freaky s’illustre sur la toile

09/04/12 par  |  publié dans : Arts, Carnets, Tendances | Tags : ,

Get Freaky !?

C’est un fanzine qui a noirci ses premières pages dans le nord de la France , il y a de ça presque deux piges. Quand on ouvre le ventre de la bestiole fait d’encre et de papier, on découvre quoi ? Et bien, pas de blablabla ni de chichi. Y’a rien à lire, à part un édito. Le reste, c’est lâcher sans filet pour des illustrateurs dans tous leurs états. En somme, un gros bordel visuel reflétant l’art contemporain sans œillères ni barrières culturelles, car l’objet coûte à peine plus cher qu’un ticket de métro – Nathalie Kosciusko-Morizet private joke – et brasse large vers des horizons lointains (Asie , Europe …)

Alors ni une ni deux, intrigué par la chose, on est entré en contact avec Nico, l’instigateur du mouvement Get Freaky.

Magneto Serge

Avant Get Freaky, tu faisais quoi de ton existence ?

J’ai dû commencer à dessiner vers l’âge de 4 ans sur les murs du salon de mes parents. En 2003, j’intègre St Luc à Tournais. Quelques mois plus tard je quitte mes études d’art pour bouger un peu. J’ai beaucoup peint en rue et j’ai créé de bonnes relations avec plusieurs artistes. En revenant dans le Nord, j’avais pas mal de temps libre et j’ai créé Get Freaky.

Qu’est-ce que Get Freaky exactement ? Une religion ?

Au départ c’est juste une grosse blague de soirée, je pensais qu’on allait faire qu’un numéro et puis au final ça fait un an et demi et les gens ne s’en lassent pas trop. Get freaky, c’est un mag d’illustration sans blabla artistique, la volonté du mag au départ c’était de faire connaître des artistes en leur laissant carte blanche pour qu’ils puissent faire ce qu’ils veulent. En fait, c’est juste un assemblage de page blanches données à des artistes pour qu’ils s’amusent dessus.

Comment sont choisis les illustrateurs qui apparaissent au fil des publications et pourquoi inclure des artistes internationaux ? Et d’où viennent-ils, tous ces gribouilleurs ?

On a plus ou moins 40 pages et on contact les artistes pour leur proposer une page dedans avec une deadline. Au départ, on mettait les potes ( et les potes des potes). Maintenant on a fait des contact un peu partout (en Scandinavie, Asie, Europe, Amérique du Sud…) et on reçoit de plus en plus d’illustrations via le site aussi, donc le plus dur aujourd’hui, c’est de choisir. Le tarif n’évolue pas alors que l’épaisseur du fanzine augmente au fil des numéros. Ce n’est pas logique, mais c’est vachement chouette.

Comment fais-tu pour manger ? Tu as ton propre potager ?

Le mag était en A4 au début, avec 20 pages. Comme on recevait de plus en plus d’illustrations, on a décidé de passer sur du A5 et de doubler le nombre de pages, ce qui nous faisait le même prix d’impression. Sinon on travaille tous à coté, le mag, on le fait c’est pour le plaisir (mais ça bouffe pas mal de temps).

Get Freaky compte cinq épisodes depuis le début de la saison illustrée. Quelles sont les répercussions par rapport à tes attentes et les conséquences sur ta santé mentale et physique ?

Je n’avais pas d’attentes particulières, je suis déjà content du chemin qu’on à fait, et du coup ça motive pour continuer. Sinon pour la santé, ça va on déjeune pas encore au xanax.

Comment est distribué le magazine ? Est-il facile de se le procurer en Tanzanie ? Quand est-il édité ?

Ben, y’a pas vraiment de périodicité, en fait, c’est suivant notre budget si on peut ou pas faire une impression. Pour se le procurer, c’est surtout lors des vernissages et sur les points de ventes (ce sont des éditions assez limitées – environ 300 exemplaires pour chaque numéro). Mais on peut aussi envoyer des mags par la poste pour les personnes loin des lieux de vente ou des vernissages. Points de vente sur Lille – Le monde moderne – Le baobab – Le cagibi – L’hybride – L’illustration.

Qu’écoutes-tu quand tu bosses, quels sont tes derniers coup de cœur musicaux ?

En général, des truc assez cool, j’ai toujours eu du mal à me concentrer. Pas mal de hip hop mais du rock et du folk aussi…

Est-ce que Get Freaky, dans les prochaines parutions, va évoluer et ne plus être seulement une galerie d’art sur papier en noir et blanc ?

On commence à faire des expos itinérante depuis quelques mois avec des œuvres originales que les artistes du mag nous envoient (par exemple Huskmitnavn, Ekta, Jiem, P7, Ibie, Phomer, Tika, Jopaucho … ), ça reste en parallèle du mag mais ça marche bien, on espère continuer dans ce sens. L’expo est en ce moment à Bruxelles au micro marché.

Quelque chose à ajouter ?

Oui, la prochaine expo se posera à Ankama le vendredi 13 avril, et ça risque de vraiment être cool, et il y aura les Chicken Club qui font de la bonne house qui seront là aussi, alors viendez tous !

Plus d’infos : http://www.getfreaky.fr/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire