Gisèle Toulouzan et la prison Tradition

02/02/09 par  |  publié dans : Artistes, Arts | Tags : ,

Prison : n.m. lieu où l’on enferme les prévenus, les condamnés. Peine privative de liberté, emprisonnement.

Si l’emprisonnement au sens littéral est bel est bien entre quatre murs, Gisèle Toulouzan démontre dans son exposition du 8 janvier au 8 mars 2009 à Hyères (Var, 83) son affranchissement, à sa manière, d’un enfermement bien différent !

Gisèle dit non ! Non aux inattaquables, inviolables chefs d’œuvre d’un héritage trop lourd à porter. Gisèle dit non ! Non aux grands maîtres flamands, aux impressionnistes, non à l’académisme. Dégagée de la prison appelée tradition, Gisèle ne veut pas ! Gisèle ne veut pas rester emmurée, paralysée, cloitrée, confinée. Gisèle refuse, conteste, Gisèle décline, se moque, ironise, mais Gisèle plaisante, bien sûr ! C’est une exposition pleine de couleurs, pleine de saveurs, une exposition où l’on rit, ou l’on sourit que nous présente avec humour et finesse cette artiste.

Après Manet

Démystifier : verbe transitif détromper quelqu’un, lui montrer la réalité telle qu’elle est. Ôter le caractère mystérieux de quelque chose.

Picabia, Longo, Rancillac, Dali, personne ne fait peur à Gisèle Toulouzan. Elle se réapproprie les œuvres des plus grands, les manipulant à sa guise. Ainsi s’achève le mythe de l’œuvre avec un grand O, de l’artiste avec un grand A. Revisitant ses classiques, le visiteur ne cesse de s’amuser de situations cocasses et toujours plus pertinentes.

Le déjeuner sur l’herbe de Manet est ainsi revu et corrigé, donnant naissance à une œuvre-horloge intitulée Après Manet. Et la demoiselle dévêtue qui avait fait scandale aux salons des refusés de 1863 se transforme en aiguille, symbole du temps qui passe, mettant celle-ci dans des positions toujours plus comiques.

Après Warhol

Intervenir : verbe transitif prendre part à une action, agir.

Si Gisèle intervient dans l’œuvre d’autrui pour créer la sienne, le spectateur n’est pas non plus tenu à l’écart. Il prend part au processus de création. Déplaçant des éléments, choisissant leurs emplacements, il manipule et re-manipule à volonté l’œuvre autrefois intouchable. Les parties mobiles sont aimantées, ce qui permet de les déplacer avec aisance. Le tableau n’est plus cette illustre entité poussiéreuse mais devient à la fois ludique et abordable.

Warhol n’a qu’à bien se tenir ! Sa fameuse « vache », figure emblématique des années 1960 et du pop art, se fait la malle, virevoltant tantôt dans son univers d’origine tantôt dans des paysages qui ne lui sont pas familiers.

Après Ingres

Visiter : verbe transitif parcourir un lieu par plaisir afin de le visiter.

Toulouzan découpe, recoupe, repositionne, agence, détruit, reconstruit les œuvre majeures tapissées sur les murs surchargés d’une prison appelée tradition. Dans le plus grand des respects, elle s’acquitte des anciens.

Peu d’information sur cette artiste au curriculum vitae bien protégé ; qui est finalement Gisèle Toulouzan ? A jouer les imposteurs acharnés, on peut craindre la perte d’identité. Seules ses expositions subsistent : au Lézarap’art de Marseille en 1999, à la Galerie Satellite à Paris en 2002 et 2003 en passant par plusieurs expositions collectives à Paris, Tokyo et Barjols.
La Rotonde du Park Hotel, à Hyères les Palmiers, du 8 janvier au 8 mars 2009, du mercredi au dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 17h30.
Téléphone : 04 94 00 78 42 – musee@mairie-hyeres.com

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Marvyn  | 04/02/09 à 3 h 58 min

  • Pour un néophyte, c’est tout simplement très agréable a lire. Et ca donne envie d’y aller.

Laisser un commentaire