La choré-quoi?

13/10/11 par  |  publié dans : Arts, Danse

Petite, on essayait de déchiffrer les hiéroglyphes dessinés sur le cahier de notre prof de danse moderne (qui elle-même avait du mal de toute évidence à retrouver le sens du mouvement corporel qu’elle avait tenté d’exprimer sur papier…). Nul doute que si elle avait appris les rudiments de la choréologie nous nous serions toutes transformées en cygnes parfaitement synchronisées, quand bien même ce fût-ce sur du Modern Talking ou du Madonna.

La choré-quoi ?CHO-Ré-O-LO-GIE ou l’art de retranscrire sur une portée (tels des notes de musique), tous les mouvements du corps du début à la fin d’une chorégraphie d’une simple jambe qui se lève, au positionnement d’une main ou la direction d’un regard. Le perfectionnisme et la rigueur classique au service de toutes les formes d’art dans lesquelles le corps intervient de manière pensée et chorégraphiée : le mime, la danse sous ses multiples variantes, le cirque…

 

Le but ? Offrir un accès direct au répertoire et à la culture chorégraphique et permettre d’acquérir la capacité de noter le mouvement, de le lire et de le transmettre. La transmission par le biais de l’écriture , c’est bien cela qui intéresse le danseur et chorégraphe Angelin Preljocaj qui a pourtant un tempérament si novateur (limite avant-gardiste).

« La danse pour moi ce n’est pas l’art de l’éphémère, c’est juste un art quelque peu amnésique, lui rendre la mémoire c’est lui donner une écriture. La précision et la concision du système Benesh m’ont conforté dans cette idée de faire entrer dans les murs de la danse la notion de conservation des œuvres chorégraphiques par l’écriture »

Et la vidéo alors? A l’heure du tout numérique on serait tenté de filmer l’intégralité d’un ballet en HD et de le graver sur DVD, non? Que nenni. Comme nous l’explique Dany Lévêque (choréologue au sein du Ballet Preljocaj) dans l’entretien filmé qui suit, la vidéo est beaucoup trop subjective. Lorsque l’on filme un spectacle nous explique-t-elle, le cadreur va être tenté de zoomer sur une partie du corps, ou faire des plans d’ensemble qui ne montreront pas assez précisément la portée d’un geste. D’où l’intérêt de tout retranscrire minutieusement sur papier, quitte à le numériser par la suite.

Et comment ça marche ? Il existe deux méthodes de notation du mouvement : Benesh et Laban mises en place depuis les années 50. Concrètement, sur une portée de 5 lignes horizontales (inspirées par le schéma des proportions du corps humain dessiné par Léonard de Vinci) le corps est représenté par de simples pictogrammes. Toute la difficulté est de mettre en lumière les mouvements clé dans un soucis d’être le plus concis et le plus lisible possible. Le travail du chorégraphe et du choréologue sont alors intimement liés tout au long du processus de création.

En théorie voici ce que cela donne:

Et en pratique…

 

 

Extrait partition chorégraphique Helikopter, n°001 Copyright : Benesh Movement Notation © London 1955 & Dany Lévêque © Ballet Preljocaj.

 

Huit à douze heures de retranscription pour seulement une minute de chorégraphie d’un seul danseur. Des dizaines et des dizaines de pages sans cesse réactualisées au fil des répétitions auxquelles assiste la choréologue… Imaginez donc le travail titanesque à accomplir pour retranscrire un ballet d’une vingtaine de danseurs qui s’étale sur plus d’une heure de représentation…
Ce travail, Dany Lévêque l’opère minutieusement depuis près de vingt ans au sein du Ballet Preljocaj. Elle nous l’explique dans cette vidéo:

 Vous l’aurez compris, ceci ne s’adresse pas aux novices. Alors si vous pratiquez la danse (à un niveau professionnel bien entendu), et que cela ne vous décourage pas, il existe une formation spécialisée étalée sur deux années d’études aux conservatoires de Lyon, Paris ou Londres.

Pour en savoir plus :
“Angelin Preljocaj, de la création à la mémoire de la danse”, par Dany Lévêque
“Grammaire de la notation Benesh – Manuel Élémentaire”, par Eliane Mirzabekiantz

Crédit photo: JC Carbonne

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire