L’Albanie s’expose au MUCEM

27/09/16 par  |  publié dans : A la une, Arts, Expos | Tags : , , , , ,

A 1207 km à l’Est de Marseille, l’Albanie

Exposition Albanie 2016

 

A 1207 km à l’Est de Marseille, il y a l’Albanie. Ceci précisé, a part les professeurs de géographie, qui est en capacité de dire où ça se situe ? Et à part les professeurs d’histoire, qui peut écrire dix lignes de celle ci ? Voire citer sa capitale, Tirana ?

Alors, partons des données de base : pays des Balkans, méditerranéen et adriatique, entouré par le Monténégro, le Kosovo, la Macédoine et la Grèce. Au moins la Grèce, on voit où c’est, le reste c’est entre ailleurs et nulle part.

Depuis 400 avant J.C. et pendant neuf siècles, c’est l’empire Romain, il doit y avoir des arènes et des théâtres. Suivent six siècles byzantins, il doit y avoir des mosquées, puis un royaume autonome pendant trois siècles, avant l’annexion par l’empire Ottoman, en 1506. Il leur faudra quatre cent six ans pour redevenir indépendants, ils redeviennent une royauté, mais amputée de la moitié de son territoire et de ses sujets. Hélas, en 1939 le fascisme italien s’en empare, jusqu’en 1946 où Enver Hoxha devient président de cette nouvelle démocratie populaire, c’est à dire une dictature satellite du bloc soviétique.

Exposition Albanie 2016

C’est donc un pays isolé, pauvre, autoritaire, jusqu’à la chute du bloc soviétique. Suit donc une période de transition où tout va de mal en pis, mais comme ils sont enfin « libres » ils quittent le pays en masse dans les années 90. Mais ils accueillerons plus d’un million de réfugiés pendant la guerre du Kosovo. Enfin, au vingt et unième siècle, ils intègrent l’OTAN et l’Europe, dont ils deviennent le bouclier et la frontière. On ne sait pas vraiment si c’est un cadeau.

 Exposition Albanie 2016

Dans les pays « communistes » le sort des artistes est enviable : pourvu qu’ils vantent les vertus du père du peuple et l’affection réciproque qu’ils se portent, la vaillance des travailleurs et la beauté de ce paradis réalisé sur terre, ils sont appointés et adulés. Le clou de l’exposition est une authentique allégorie d’époque à la gloire de Hoxha, créant une coopérative dans un décors alpestre, au milieu de paysans et paysannes en habit traditionnel. C’est de ce clou planté dans leur chair que les albanais souffrent encore et toujours,  de toute les manières les artistes tentent de l’extraire.

Là bas comme ici c’est ce qui fait la diversité de l’expression artistique : passé les barrières il n’y a plus de limites, passée la censure tout et le reste sont possible.

On pourrait s’étonner de la timidité des audaces des exposants, si on oubliait qu’ils n’ont pas eu comme nous un siècle d’inventions, de provocations, de polémiques, de canulars et de chef d’œuvres, depuis le salon des refusés jusqu’à Ali Boron, grand maître adulé de la peinture contemporaine.

Ainsi, il faut regarder de très près les œuvres post réalistes de Enkelejd Zonja qui reprend l’esthétique du réalisme socialiste, pour réaliser qu’il le dénonce avec un humour acéré.

 

Expo Albanie Mucem 2016

 

A l’opposé, Fani Zguro recouvre des portraits du dictateur avec du papier translucide et peint sur son visage, ou il gratte rageusement ses écrits jusqu’à les rendre illisibles. Endri Dani peint une bétonnière de motifs folkloriques et délave un tissus traditionnel jusqu’à la trame, il l’expose avec les bocaux contenant les produits chimiques de l’opération, et les pigments qu’ils ont capturés. Yllka Gjollesha filme le drapeau national flottant au vent, symbole sacré et dérisoire, Leonard Qylafi peint à partir d’images de propagande des tableaux volontairement un peu flou.

 

Exposition Albanie 2016

 

Anri Sala filme les bâtiments peints de la capitale, le premier ministre actuel est lui même un artiste, il l’était déjà avant d’être nommé. Llir Kaso filme sa mère de19 à 46 ans dans la même position, peu à peu le temps impose sa marque, Adrian Paci filme un dialogue avec sa fille et Ermela Teli crée un film « Architecture de la tristesse » en trois volets, autour de la notion de sacrifice. Driant Zeneli se photographie devant les châteaux kitchs des nouveaux riches du système.

Enfin, Edit Pulaj -elle même peintre non figurative- installe des objets traditionnels albanais puisés dans le vaste fond du MUCEM, dans une mise en scène discrètement décalée.

 

Exposition Albanie 2016

 

Exposition Albanie 2016

 

Comme on peut le voir en visitant l’exposition, la volonté de Jean-Roch Bouillet Commissaire de l’exposition est de présenter un tableau complet de l’art contemporain d’Albanie, qui manque de lieux pour s’exposer et s’épanouir.

 

Exposition Albanie 2016

 

Qui sait si, au sortir de l’exposition, le désir d’aller voir sur place la réalité de ce pays si lointain et si proche ne vous travaillera pas ?

 

Du 24 septembre 2016 au 2 janvier 2017 au Fort Saint Jean, une exposition du MUCEM

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire