Laurent Santi taille un cost’art à Ben Vautier

11/04/14 par  |  publié dans : Artistes, Arts | Tags : ,

Ben“Avoir honte d’être un artiste”, “L’art m’ennuie”, “Les musées ne servent à rien “, “L’art c’est du vol” et j’en passe et des moins bonnes…
Benjamin Vautier, le Suisse paranoïaque auto-proclamé, explore le nombril de Ben l’artiste, performeur (usurpateur ?) et il en ressort quoi, de cette maïeutique faite de bric et de broc ?

Des citations gribouillées grossièrement à la main, des jeux de mots prolixes parlant aux prolétaires comme aux bourgeois, une poésie de fond de bistrot pour certains, un sourire moqueur pour d’autres. Ben a traversé les mouvements (Fluxus, Figuration Libre)comme Alain Bombard l’Atlantique, en s’abreuvant non pas de planctons mais du lettrisme de Isou, des Happenings de Duchamp… absorbant comme une éponge l’art des autres pour recracher dans un rire gras le sien.

L’art de rien

Peintures-écritures, fond noir ou rouge, encre blanche pour les lettres “être libre”, “Seul” etc… des phrases devenues outil marketing d’un business en s’affichant sur les cartes postales, les cartables, les t-shirts… florissant en tête de gondoles d’hypermarchés du coin à chaque nouvelle rentrée scolaire. Des objets hétéroclites, “Eau Sale” (1961_1962) un bocal avec un liquide couleur eau de serpillière plus sérigraphie sur bois (estimation entre 7000 et 9000€). La sculpture ouvrant son champ d’action à la performance avec “Se coucher dans la rue”, ou “Devenir sculpture vivante” en invitant les gens à s’asseoir sur un trône juché sur une estrade. Mais également en multipliant les actions en signant tout : « Je signe tout ce qui m’entoure. Les objets, les filles, n’importe quel caillou sur la plage » dénonçant au travers de cet acte le narcissisme des artistes, l’esprit de conflit qui existe entre eux, de manière grotesque désignant ainsi que tout est art ou rien, ou pour citer le plasticien Américain Robert Rauschenberg : “Je ne fais ni de l’Art pour l’Art, ni de l’Art contre l’Art. Je suis pour l’Art, mais pour l’art qui n’a rien à voir avec l’Art, car l’art a tout à voir avec la vie.”

Alors le but de l’artiste Ben est-il, comme il le dit lui-même, de “Laisser une trace, effacer ses traces, laisser la trace d’un homme qui efface ses traces.” Une éphémère pirouette moqueuse aux yeux du temps, un cache-cache entre le Ben profondément humaniste et le Ben populaire, professionnel du détournement qui ne tourne pas rond et qui tourne à sa façon le monde de l’art en bourrique, ou consensuel bonhomme à l’égo démesuré et à l’esprit mercantile ?

Dira t’on de Ben qui, après sa mort, est devenu célèbreBen-Vautier_5049
qu’il était un grand raté ?
Dira t’on de Ben après sa mort
rien ?
Dira t’on de Ben qui, après sa mort
qu’il était une mouche à merde ?

(Citation de Ben)

Pour le moment nous n’avons pas de réponses, mais nous avons rencontré Laurent Santi, un artiste qui n’a pas honte de l’être. Il pense que Ben se fout de la gueule du monde Nous avons voulu savoir pourquoi, par curiosité mais surtout parce que l’art ne nous ennuie pas !

“Il ferait mieux d’assumer le fait que pour le commun des mortels, “Ben” est une marque d’agendas et de stylo”

Qui est Laurent Santi ? Un écrivain, un poète, un photographe ? Un artiste barbu… Comment te qualifies-tu ?

Un peu de tout ça, mais tu as oublié “chômeur” dans ta liste. Dans l’absolu, je suis poète et photographe. J’ai sorti deux recueils de poésie, chez Microbe (en Belgique) et chez Edilivre (un escroc). Je fais des petites expo à droite à gauche, je publie dans plein de revues et j’écris des paroles de chansons. J’ai aussi à mon actif un Calendrier spécial “Tueurs en série” avec Michel Fourniret etc …

“Chômeur”, tu cherches un job dans quelle branche ?

Ecriture et photo, autant dire que j’suis dans la merde. J’essaie de trouver des piges, mais c’est galère.

Ah tu m’étonnes, je suis dans le même cas ! Qu’est-ce Ben Vautier à fait pour que tu en arrives là ? Peux-tu nous en dire plus sur ce projet “Ben Vautier on te nique tous” ? Quel est le but de ta démarche ?

Je sais pas trop. J’ai toujours viscéralement détesté ce qu’il fait. Il n’est certes pas le seul que je conchie, mais il est le plus facile à parodier. Un Posca blanc, un fond noir, le tour est joué. Je sais bien que c’est un peu gratuit, comme démarche, mais la gratuité a son charme. Le but était de rigoler un peu, et aussi de faire de jolies cartes postales. Cela m’a d’ailleurs permis de me faire remarquer par la Galerie des Pentes, à Lyon. Je suis donc probablement autant un escroc que Ben.

 Comment peut-on se procurer ladite carte postale ?

Pour recevoir la carte postale “Ben Vautier je te nique”, il suffit de m’envoyer votre adresse postale sur mon mail : laurentsanti@gmail.com”

Laurent SantiPour la critique d’art Nicole Esterolle , Ben Vautier a su hisser l’art du foutage de gueule au rang d’art majeur. Es-tu d’accord avec elle ?

Dans le fond, oui, mais c’est tout à l’honneur de Vautier. Il a raison de se foutre de la gueule du monde. Dans la forme, non. Esterolle qui traite Ben d’escroc, c’est l’hôpital qui se moque de la charité. C’est une vieille réac qui confond critique et jugement. Elle pue la droite.

Ben Vautier n’a jamais cessé de répéter “Si j’ai réussi, c’est parce que j’ai copié les autres” , Isidore Isou pour l’utilisation des lettres, Duchamp pour les performances… Que penses-tu de ses références artistiques et du concept que Ben définit lui-même comme “un art d’appropriation” ?

Je ne pense que du bien de ces références-là, particulièrement Isou, dont le “Traité de bave et d’éternité” est un véritable bijou. Là encore, Vautier a raison : l’art d’appropriation est un art comme un autre. Il s’est approprié des choses appartenant à d’autres artistes, je m’en suis approprié lui appartenant, etc. C’est sans fin, c’est ça qui est chouette. Ce mec est critiquable sur le fond, pas sur la forme. Je ne suis même pas sûr qu’il y ait du fond dans ce qu’il fait. Il ferait mieux d’assumer le fait que pour le commun des mortels, “Ben” est une marque d’agendas et de stylo, au même titre que Poivre Blanc.

Ben a créé à Blois avec son ami Jean-Pierre Galdin (ancien directeur des beaux arts de la ville) la Fondation du doute www.blois.fr › Culture & tourisme‎ dédiée au mouvement Fluxus financée par la Région Centre et par les contribuables. “Créer c’est douter, douter c’est créer ” est inscrit sur le fronton de l’établissement. C’est un aphorisme que Ben a écrit sur une toile vendue une somme conséquente à Drouot, ça t’inspire quoi cette phrase ?

Déjà, le fait que ce soit financé par les contribuables m’indiffère totalement. Qu’ils financent ça ou autre chose, c’est pareil. Sinon, l’aphorisme de Ben ne m’inspire pas grand chose. C’est juste de la novlangue à la con. Il a totalement assimilé le langage publicitaire, médiatique et politique. Il peut
peut-être se vanter d’utiliser le langage de l’ennemi, mais il n’en est devenu qu’une vitrine. Je suis peut-être cynique, mais je suppose qu’il a bien fait de vendre sa toile “une somme conséquente”, comme tu dis. Dans sa logique, pourquoi ne pas vendre ce que les gens veulent acheter ? Et mine de rien, le fait de vendre une toile doit lui donner l’impression d’être redevenu artiste, c’est-à-dire quelqu’un qui fait autre chose que des stylos.

 Donc es-tu d’accord avec Ben quand il est dit que créer c’est questionner, en somme on en revient à “créer c’est douter”…

Ah bien sûr, l’acte de créer, c’est FONDAMENTALEMENT questionner. Ce n’est que rarement répondre. Créer, c’est, pour moi, s’interroger en interrogeant les alentours. Oui en effet c’est remettre en cause, le doute.

L’art de Ben Vautier se décline en merchandising, sur des trousses, des t-shirts ” à bas la société de consommation”… et à côté de ça il s’investit dans des associations caritatives pour le Tibet, le Sahel… Pour toi, est-il un as du marketing et un artiste engagé ? Ou est-ce autre chose ?

Un as du marketing, à n’en point douter. Et ce n’est évidemment pas un compliment. “A bas la société de consommation”, c’est facile, ça reste bien en tête, et ça fait toujours bien de le dire. C’est joli, ça donne l’impression qu’on a caillassé des CRS en mai 68.

Pour certaines personnes, Ben a fait de son ego la source, le fondement de son oeuvre. Il bénéficie d’une incroyable popularité et son business est florissant pourtant c’est un autodidacte qui n’a suivi aucun cursus académique et qui a été poussé sur la voie de l’art par Yves Klein (entre autres)… Tu crois que pour devenir artiste, on est forcément obligé de sortir d’une école, actuellement ?

Si, par “devenir artiste”, tu veux dire “vivre de son art”, la réponse est non. Je connais plein de gens qui sortent d’une école d’art avec un bac+5 (aux beaux-arts, ça s’appelle un DNSEP) et qui taffent dans autre chose. En art, ce qui compte, c’est se faire un réseau. C’est d’ailleurs la même chose dans la pub et le commerce. On dit “le marché de l’art”, c’est pas pour rien.

Derrière ton projet “Ben Vautier on te nique tous” ton intention est-elle de faire du mail art ou art postal ?

Bien entendu. Sinon j’aurais fait des grilles-pain, pas des cartes postales. C’est chouette, l’art postal, c’est rapide, ludique, et ça coûte qu’un timbre.

As-tu l’intention d’investir les murs avec tes mots, ou comme Ben la police te fait peur (ahah) ?

Ni l’un ni l’autre. La plupart du temps, le “street art” m’emmerde. C’est juste un artifice, qui permet aux bourgeois de s’encanailler en regardant des immeubles qu’ils auraient préféré faire raser.

Si demain tu rencontrais Ben, qu’est ce que tu lui dirais ?

“T’es qui ?”

Ben Vautier

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

7 commentaires

    Pierre-Jean  | 15/04/14 à 15 h 05 min

  • La Galerie des Pentes, c’est moi (entre autre). Laurent est tout sauf un escroc !

  • sabrina  | 17/07/14 à 19 h 21 min

  • J’adore !!!!Bien joué et très pertinent ce discours ^^

  • benoit  | 13/12/14 à 15 h 29 min

  • Article vulgaire et médiocre.

  • binvoltié  | 13/02/15 à 9 h 36 min

  • mon dieu, que c’est con. Je ne sais pas si Ben Vautier est un escroc ou non. Quoi que j’aime plutôt sa newsletter qui me fait rire. Mais ce qui est sûr c’est que cette action carte postale n’apporte rien du tout. Gratuite dites vous ? C’est déjà cher payé, me semble-t-il, que de simplement poser les yeux sur cette chose. Pathétique, pathétique, pa-thé-tique….
    Euh.. Santi devrait plutôt essayer de créer quelque chose de beau au lieu de passer son temps a critiquer le vieux Ben, classer les journalistes réac qui pue la droite dans des paniers, cracher (a défaut de baver) des insultes alors que la vulgarité c’est quand même autre chose.

  • MC Aguesse  | 07/04/15 à 18 h 25 min

  • je suis entièrement d’accord avec cette (bien esseulée !!!)protestation contre une escroquerie: les foules ne sohaitent vr

  • MC Aguesse  | 07/04/15 à 18 h 27 min

  • je suis entièrement d’accord avec cette (bien solitaire !!!)protestation contre une escroquerie: les foules ne souhaitent vraiment que du vent?….
    Alors que l’on cherche difficilement des renseignements sur d’AUTRES Benjamin VAUTIER, bien meilleurs en leur temps, tout Google est pollué par Ben…. pitié, l’Europe mérite mieux…

  • Bard rené  | 01/10/16 à 10 h 37 min

  • Trés petit SANTI ;;;
    Véritable Vérue d’extreme gauche , parasite de la société . Genre de personnage vivant dans l’insulte permanent afin d’exister . Insupportable gauchiste colabo idolâtrant Staline et Mao .

Laisser un commentaire