Carnet Austral : les reptiles menaçants

01/07/09 par  |  publié dans : Carnets, Voyages | Tags :

Alors d’accord, je pars pour l’Australie, c’est génial, je vais vivre plein d’aventures aventureuses. Je vais découvrir la vie dans le bush, ces grandes étendues perdues au centre du pays avec moins d’un habitant par km2. Ou sur les plages de sable blanc, face à la mer, les embruns des vagues dans la figure (enfin pas trop quand même, après j’ai les cheveux qui frisouillent et ça ne me plait pas). Ou je vais pagayer sur les mangroves entourés de toute cette nature luxuriante.
Je vais me sentir seule au monde et ce dernier m’appartient. Enfin, à moi et quelques autres : quelques animaux tout ce qu’il y a de plus autochtones. Pas de problème.

Et puis je me réveille.

Pour découvrir que l’Australie compte un nombre de serpents assez impressionnant dont 8 sont dans le top 10 des serpents les plus dangereux au monde. Et moi, j’aime pas ça les serpents.
Puis j’ai découvert que dans la partie nord du pays il y a des crocodiles partout, qui adorent la viande et que même si j’ai perdu quelques kilos dernièrement, ça ne les dérangerait pas de faire de moi leur casse-croûte. Et moi, j’aime pas ça servir de casse-croûte.

Alors en arrivant j’ai emmagasiné toutes les informations de survie en pays australien, en visant plus précisément sur le côté reptilien de la question.

Dans les arbres c’est pas grave. Sur le sol…

Les serpents sont inclus dans le quotidien des Australiens. Ils sont fascinés par eux, tous parleront du « brown snake » le plus célèbre des serpents mortels et tous auront une histoire à propos de la voisine de la cousine qui a failli être tuée.
Alors oui, il est impossible de voyager en Australie sans voir le moindre serpent mais il y en a tellement que si vous en voyez un finalement c’est que vous êtes chanceux.

Brown snakes mâles en train de combattre.

Le serpent commence à chasser à la tombée de la nuit et jusqu’à l’aube, et si l’homme est effrayé par lui c’est réciproque. Il préférera souvent fuir plutôt qu’attaquer.
Enfin, dans les régions habitées peu seront dangereux, principalement des pythons (le nom fait peur mais ça s’arrête là) et des serpents des arbres, souvent long et fins.

Serpent vert des arbres. Non dangereux, il est aussi connu par son caractère curieux. J’en ai aperçu un dans mon jardin au milieu d’un tas de branches ; il s’est élevé et m’a observée en tournant la tête lorsque je me déplaçais.

Il existe aussi des serpents de mer. Ils sont peu agressifs mais ont un poison dangereux car très puissant. Il faut les manipuler avec attention, mais les crocs se situant au fond de leur gueule et non sur le devant, ils n’ont pas la possibilité d’injecter leur venin à l’homme facilement même s’ils le mordent.

Il y a deux règles de survie face aux serpents. S’il est dans un arbre, pas besoin d’avoir une attaque cardiaque, il n’est pas dangereux. Et si par le plus grand des hasards vous surprenez un serpent qui se dresse face à vous surtout ne bougez pas, il vous considérera comme non dangereux et s’en ira.

Serpent de mer nageant prés des coraux, présent dans les estuaires.

Crocodiles d’eau douce ou marin d’eau douce, c’est du pareil au même

Il existe deux sortes de crocodiles en Australie.
Le crocodile d’eau douce, vivant dans les rivières d’eau douce comme son nom l’indique, n’est pas dangereux. Pas très grand ni très lourd, sa mâchoire est très fine et ses dents même si elles sont affûtées ne lui permettent de tuer que les poissons, grenouilles, écrevisses et insectes dont il se nourrit.
La période de reproduction est fin août début septembre, au début de la saison des pluies.
La mère enterre ses œufs dans le sable des berges de la rivière. Après éclosion les bébés attirent leur mère par leurs cris. Elle va alors les aider à se déplacer dans l’eau.

Un crocodile d’eau douce, reconnaissable à son museau très fin.

Le crocodile d’eau de mer, c’est une autre affaire.
Présent sur les côtes, dans les estuaires, certaines rivières [sic] et quelques billabongs, il est un réel danger pour l’homme si celui-ci s’aventure imprudemment sur son territoire. Il est le plus grand reptile du monde, et avec une vitesse de réaction 5 fois supérieure à celle de l’homme, celui-ci n’a aucune chance. Un mâle pèse en moyenne 450kg et mesure autour de 4-5 mètres. Sa mâchoire a une force gigantesque qui lui permet de broyer la cage thoracique de sa proie en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et si sa mâchoire vous évite, la puissance de sa queue vous assommera pour vous laisser à sa merci.

Une femelle crocodile que j’ai photographiée au Kakadu national park.

Sa longévité dépend de ses conditions de vie : autour de 100 ans en captivité elle est réduite dans la nature à cause des batailles territoriales. Le territoire d’un mâle est de 6 km mais tend à se réduire de nos jours. Pendant longtemps, les crocodiles marins ont été chassés en grande quantité jusqu’à la loi d’interdiction en 1971. Depuis cela, ils prolifèrent et leur densité a augmenté, les obligeant à réduire leur territoire ou à se déplacer dans de nouvelles réserves d’eau.

Bien sûr, il existe toujours des exceptions à la règle. Parmi les légendes du territoire du nord, Sweetheart le célèbre crocodile (5.4 mètres) d’eau salée au mauvais caractère qui pendant un siècle a attaqué à de nombreuses reprises des bateaux de pêcheurs, laissant des marques de dents impressionnantes sur le moteur et qui a été finalement capturé en 1979.
Ou encore l’histoire d’un homme qui a sauvé sa femme des dents d’un crocodile en se jetant dessus et le battant à coups de poings. Il y a des fous partout!

Bien sûr, tous les reptiles australiens ne sont pas synonymes de danger. Pour en savoir plus, suite au prochain numéro.
Carnet austral : épisode précédent – ces animaux étranges
épisode suivant – tortues et grenouilles

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    krist  | 22/05/12 à 10 h 57 min

  • c’est super choette mais quesquon sen fou couplet sa va pas nous avance a grand chose dans la vi bisous bisou <3

Laisser un commentaire