David Lynch : un engagement à méditer

02/05/10 par  |  publié dans : Carnets, Société | Tags :

Le papa d’Elephant Man a présenté mi-avril en France son plan de lutte contre la violence à l’école. Aussi nébuleux que ses films.
Quand Engy, notre rédac’chef bien aimée m’a proposé une conférence de presse de David Lynch, j’ai aussitôt frétillé de joie – c’est pas tous les jours qu’on peut rencontrer un monstre sacré du septième art. Mais très vite deux pensées se sont collisionées dans ma caboche fébrile : « Mais il ne sort pas de nouveau film ? » et, plus prosaïque, « Mais qu’est-ce qu’il vient foutre à Lille ? ». Un effroi m’a alors envahi : « il ne vient pas tourner un remake de « Bienvenue chez les Ch’tis quand même ? » – notez que j’aurais bien voulu voir ça quand même… Une fois lu le communiqué de presse, le malentendu est cependant dissipé, mais pas l’envie de rire : « David Lynch exposera brièvement son plan pour contrer la montée du stress et de la violence dans 10 établissements scolaires des banlieues à risque en introduisant la technique de Méditation Transcendantale ».

Une transcendance très « bénéfique »

En ce beau dimanche après-midi du 18 avril 2010, je me rends donc à ladite conf’, dans un hôtel sans faste de la métropole nordiste. Premier constat : le nom de Lynch suffit à attirer. Au moins 70 spectateurs sont venus écouter la star – journalistes, photographes – qui ne cessent de le mitrailler pendant toute la séance du reste-, mais aussi badauds plus ou moins jeunes ayant eu l’info par un réseau quelconque. Et un chef scout en uniforme. Pas d’exposé préliminaire, Lynch, via la bouche de son interprète, demande d’emblée si on a des questions. Et de se lancer dans un grand discours interactif de défense de la méditation transcendantale – et de sa fondation « David Lynch » (en toute simplicité) chargée de la promouvoir. Alors pour ceux qui l’ignoreraient – comme l’auteur de ses lignes jusqu’à peu- la « méditation transcendantale » est un mouvement et une technique de relaxation fondés à la fin des années 1950 par un Indien du nom de Maesh Prasad Varad, alias Maharishi Mahesh Yogi. Avec deux objectifs : permettre à chacun d’« illuminer sa conscience », et amener ainsi « la paix dans le monde ». Rien que ça. C’est beau comme du Miss France. Reste que la mayonnaise a manifestement bien pris, puisque le Yogi a fait de (très) nombreux disciples, dont un certain nombre de stars – ça aide à vendre-, et ouvert plusieurs écoles privées, comme l’« Université Maharishi de Management » (sic), dont un éminent professeur a d’ailleurs fait le voyage avec Lynch pour rallier les généreux mécènes.

Réponses-atouts

On écoute donc David Lynch nous faire l’éloge de cette « expérience sublime », cette technique du « connais-toi toi même » et du « royaume des cieux est à l’intérieur » et balayer les unes après les autres les contradictions -poliment- pointées par la salle. Non, ce n’est pas une secte, mais une technique qui n’oblige à aucune appartenance. Oui, elle peut permettre de résoudre les problèmes de violences scolaires – la nouvelle marotte gouvernementale pour faire oublier la montée du chômage et des inégalités-, en éliminant le stress et l’anxiété chez les élèves comme les enseignants. Non, les autorités françaises ne le reconnaissent pas, mais c’est parce que « les hommes politiques sont toujours frileux par rapport à tout ce qui paraît étrange. Mais quand ils voient que ça marche, ils se rallient en disant : « je les ai soutenus depuis le départ !» » (bon là, il faut reconnaître que ce n’est pas totalement faux). Oui, la formation de base est chère – 1200 euros pour 4 jours-, mais « il faut bien payer les enseignants », et puis si vous écrivez à la Fondation Lynch, on verra ce qu’on peut faire. Non, ce n’est pas contradictoire avec la complexité de mes films, « ce que j’ai essayé de faire à chaque film, c’est de croître et de me développer », et la méditation transcendantale décuple ma créativité, etc., etc.

Les contradictions d’une époque

Un constat à la sortie de cette conférence de presse un peu inhabituelle : il n’y a pas que dans ses films que Lynch aime cultiver la confusion. Mais dans la vraie vie, il se montre nettement moins créatif que dans les fictions, tant il surfe sur celles (les confusions) de son époque. Il apporte ainsi sa pierre à la « psychologisation » des problèmes sociaux, chère au patronat et aux nantis en général, qui consiste à faire croire que chacun est responsable de ce qui lui arrive et que son environnement ne jouerait qu’un rôle secondaire. Il rejoint également la confusion entre la recherche de l’intérêt général et celle du profit qu’aiment à cultiver les grandes entreprises – « d’accord, on se fait plein de blé, mais notre objectif, c’est d’abord le bien-être de nos clients – et de la société dans son ensemble (j’allais oublier, Monique mon petit, il fallait l’écrire en plus gros !) ». Enfin, il a bien intégré les formes de légitimation qui priment à notre époque : des stars et de la (pseudo-)science. Il explique ainsi sérieusement que la méditation transcendantale est « la technique de développement humain la plus validée scientifiquement », et que des « études sérieuses » ont par exemple montré que l’abandon scolaire d’un élève coûtait 250 000 dollars à la collectivité. Or, la méditation transcendantale permet justement de faire baisser les abandons de 30%. Avec ce genre d’affirmations, il devrait bientôt être recruté par nos chers instituts de sondage… Le VRP de luxe a enfin livré ce qui constitue peut-être le secret du succès de la méditation transcendantale : sa parfaite adaptation à la schizophrénie chronique de notre société. Deux séances d’un quart d’heure par jour suffisent pour cette technique facile, sans effort et accessible à tous « de 10 à 110 ans ». Et inutile de changer de vie, car il importe d’alterner activité et repos pour développer un « état de conscience supérieur ». Voilà nos amis traders rassurés. Ah oui, et pourquoi Lille au fait ? Parce qu’il y a pile un demi-siècle, Maharishi était venu y donner une conférence. Tous les symboles sont bons à prendre.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Flo  | 03/05/10 à 9 h 13 min

  • :D

Laisser un commentaire