En 2012, le Flanby est roi

17/05/12 par  |  publié dans : Carnets, Cuisine, Société, Tendances

Chez Flanby y’a une languette sur tous les pots pour démouler, c’est plus rigolo. Tadadam tadadam …

Souvenez-vous de ces réclames d’un temps révolu où, sur le tube cathodique résonnaient les jingles de notre enfance. Je parle aux trentenaires élevés aux plateaux télé et plat surgelé, Marie “c’est moi qui l’ai fait”, Captain Igloo et tout le toutim en boîte ou sous vide, que nos chers parents nous faisaient ingurgiter, car atteints de flémingite aiguë me direz-vous. Mais non, déjà sous l’emprise de la toute puissante force Marketing, à dire vrai.

Le flan qui se démoule : mais quelle idée de génie ! s’écria Chambourcy (oh oui!) et pendant que des morveux s’extasiaient devant un zèbre qui perdait ses rayures au zoo face à un attroupement de boutonneux hilares, un présentateur de journal stupéfait tombé du dessous de l’écran de la télévision, et des publicitaires se réjouissaient de faire s’empiffrer des masses aveugles. Mais qu’avait-il de plus que les autres ce Flanby ? Du lait,du sucre, des colorants… Mais le plus, la touche ultime, l’instant jouissif : le retournement sur assiette suivi de l’apothéose, le démoulage via le système de languette.

C’est ainsi qu’est née la Fédération Française de gobeurs de Flanby, un regroupement obscur aux tendances gélatineuses, expiant ses pêchés caramélisés par des expériences saugrenues que l’on nommera “concours” pour faire plus simple. Mais avant de pouvoir faire partie de ce clan ubuesque, il faut découvrir la philosophie qui régit les aficionados du pot en plastique, des règles précises qui se suivent à la lettre.

Comment gober ? Par ou commencer ?

Oh, on se calme : voici une explication claire de la démarche à suivre pour vivre un instant unique.

Le démoulage : le démoulage, c’est les préliminaires. Un instant privilégié où l’on observe le Flanby et pendant lequel on sent monter le désir (dingue ce qu’un flan a du sex appeal). Fébrilement, on va lui ôter son couvercle et le renverser délicatement sur l’assiette! (déshabillez moi…)
Dés lors, plus rien ne nous autorise à flancher et à revenir en arrière ! ( souviens toi du vase de Soissons). Il va falloir gober ! Glups.

Le gobage : Le Flanby est un être délicat qu’il faut savoir aborder : un rien l’émeut et peut le disloquer… (pas d’imprudence, reste calme comme John Mclaine dans une situation pétaradante). Il faut approcher ses lèvres sur le rebord doucement, sans précipitation : le Flanby ne doit pas se sentir agressé, manquerait plus qu’il se débine. Le premier contact est source d’une vive émotion, cette rencontre est forte et le gobeur débutant devra s’en méfier. Attention à ne pas te précipiter derechef, jeune puceau.

Passée cette courte hésitation, un rapide coup de langue permet de goûter le caramel et là, les choses s’emballent. Le gobeur soudain s’impatiente, l’œil embué, la fleur au fusil. Il vide l’air de ses poumons, prêt à descendre les profondeurs de son être, accentue la pression de sa bouche sur le Flanby et soudainement SSSLLUURRRPPPP!!!! il téléporte le Flanby jusqu’au fond de sa gorge ! (Deepthroat style). Surtout, jeune padawan, de la gorge profonde ne régurgite pas, car ta mission tu auras échouée.

Nous ne vous donnons que les prémices. Si jamais vous souhaitez découvrir les techniques officielles et autres, du genre lancer de Flanby (on imagine), Le Strip-Flanby (on n’essaie pas d’imaginer), Le Flanby Cousteau, Les 100 Mètres Flanby etc… et bien démerdez-vous !

La Cinquième République sera sous le signe du Flanby ou ne sera pas. Maintenant, vous êtes au parfum.

*-Source- http://www.gobage.com/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire