Le petit guide de la dédicace BD

19/02/13 par  |  publié dans : BDs&Mangas, Carnets, Société | Tags : ,

file_dattente_salon_du_livre
En décidant d’assister à un festival comme celui d’Angoulême (par exemple), il est évident qu’à un moment ou un autre on se laissera prendre au jeu de la dédicace. Par simple plaisir de voir le dessinateur à l’œuvre sous nos yeux, parce qu’on est vraiment fan du bonhomme, ou juste pour donner plus de cachet à un cadeau que l’on s’apprête à faire… Les raisons de piétiner et de patienter sagement au lieu de parcourir les allées du festival ne manquent pas.

Afin de ne pas perdre tout votre temps dans les files d’attente voici quelques tuyaux pour faire de vous le roi de la dédicace.

Le petit guide de la dédicace BD

Favoriser les petites maisons d’éditions : Moins connues, elles attirent forcément moins de monde autour de leurs stands. Et le talent est au rendez-vous, puisque c’est souvent là que l’on découvre des pépites et des œuvres ne bénéficiant pas de couverture médiatique. Par contre, difficile (voir impossible) de quitter les lieux sans acheter de BD surtout quand l’auteur de passer une heure à vous dire à quel point il s’est investi dans son œuvre au risque d’y perdre son hypothèque.

Éviter les samedis et dimanches : On est bien d’accord que ce point n’est à prendre en compte que si le Festival en question se déroule sur plus de 2 jours… N’hésitez donc pas à venir plutôt le vendredi ou le lundi par exemple. Certes le nombre d’auteurs en dédicace sera moins important sur ces jours-ci, mais il en est de même pour la foule des festivaliers. Là où une heure de queue aurait suffi pour obtenir votre dédicace, il faudra en compter le double voir le triple le week-end.

Avoir toujours un enfant de moins de 12 ans sous la main pour les auteurs jeunesse : Favorisant naturellement leur public cible, ils leur donnent la priorité au moment des dédicaces. Dans leur cas, le temps d’attente est beaucoup moins long. Attention, Envrak ne vous incite en aucun cas au kidnapping d’enfant !

bd-guide-1
Éviter les groupes scolaires : Certes, ils viennent les jours où l’affluence est moindre, ce qui est déjà judicieux de leur part. Dans les files d’attente pour les dédicaces, cependant, ils incarnent le MAL ! Jouant des coudes, profitant de leur petite taille pour passer devant tout le monde, mais le plus fourbe c’est l’écolier isolé… Celui-ci est en fait un éclaireur qui laissera passer toute sa classe devant lui au moment propice… Vos meilleurs alliés : Créer une coalition avec les autres adultes / Une série de croche-pattes pernicieux / La fuite.

Apporter vos propres ouvrages : Ce qui ne vous empêche pas de faire de nouvelles acquisitions durant le Festival, mais il faut savoir que la plupart des éditeurs n’imposent plus la règle selon laquelle il faut acheter la BD sur place pour avoir accès aux dédicaces. En prime, votre banquier vous remerciera pour ne pas avoir explosé votre plafond de découvert en moins de 48h.

Faire un planning : Une organisation militaire n’est pas obligatoire pour ce genre d’évènement, mais elle pourra être un certain atout si vous souhaitez maximiser le nombre de dédicaces obtenu. Les plannings sont disponibles sur les stands éditeurs ce qui facilitera votre plan de bataille. Cependant, vous n’êtes pas à l’abri d’un contretemps (retard de l’auteur ou temps de dédicace plus long que la moyenne).

2 notions de temps à avoir en tête :
– Mieux vaut passer dans les premiers, mais cela implique de faire la queue bien en amont, de 30 min à 3h suivant l’auteur.
– Chaque auteur a son rythme de dédicace : pour un simple crayonné 5 minutes suffiront, par contre s’il sort les pinceaux/paillettes/… comptez au minimum 15 minutes.

Garder le sourire et un bon esprit à tout moment : Après des heures à piétiner ou à faire du sur place ce n’est pas toujours évident, surtout si votre ventre cri famine ou qu’une envie urgente pointe le bout de son nez… Souvenez-vous que vous êtes tous dans le même bateau et en prenant les choses du bon côté, vous pourrez rendre ce temps d’attente beaucoup plus sympathique et agréable que vous ne l’imaginiez. C’est l’occasion de rencontrer d’autres fans et d’échanger avec eux, sans compter que certaines infos utiles peuvent vous être dévoilées pour la suite de votre journée.

bd-guide-2
Réfléchissez à la dédicace que vous souhaitez : Si certains auteurs sont en mode automatique et vous demanderont seulement votre nom, la plupart vous mettront à contribution en demandant ce que vous désirez. Si vous connaissez l’oeuvre, il vous suffit de demander (gentiment) votre personnage préféré. Mais si vous découvrez la BD, profitez de l’attente pour la feuilleter et vous imprégner un peu de son univers, de cette manière vous ne resterez pas coi devant l’auteur. Vous pouvez toujours le laisser libre de dessiner ce qu’il veut mais ce choix est à double tranchant. Soit l’auteur en sera ravi et vous aurez une dédicace encore plus unique, soit il en profitera pour faire le “minimum syndical”.

Préparez-vous à être déçu : Pas forcément par l’auteur ou sa dédicace, mais plutôt par l’organisation des éditeurs (enfin des responsables du planning des dédicaces) qui laisse parfois quelque peu à désirer. Il arrivera que vous fassiez la queue pendant des heures pour que d’un seul coup on vous annonce que la dernière dédicace sera pour la personne devant vous ou que l’auteur est parti parce que c’était l’heure…
N’oubliez pas de vérifier si la dédicace est bien ouverte à tous. Au vu du succès de l’auteur ou d’une œuvre, les éditeurs décident parfois de bloquer le nombre de dédicaces possible via une distribution de tickets en amont ou en effectuant des tirages au sort.

Essayez de vous renseigner sur les différents auteurs : D’où l’importance de parler avec d’autres festivaliers (point 7), car les expériences des autres sont une mine d’informations non négligeable. C’est grâce à ces indices que vous pourrez faire des choix plus judicieux concernant votre planning de dédicaces. Par exemple, je vous déconseille Barbara Canepa (End, Skydoll) qui malgré des dessins magnifiques est une véritable D.I.V.A : 45 minutes de retard + 3 pauses de 20 min dont une pour se faire masser (si si véridique) = 10 dédicaces réalisées sur 4h… et pour bibi 5h30 de queue pour que dalle ! Dans ce cas, rappelez-vous que tuer un auteur c’est pas génial pour votre CV.

A vous de jouer à présent et n’hésitez pas à nous faire part de vos propres expériences dans les commentaires ou sur notre page Facebook.

LES FESTIVALS BD A VENIR :

AfficheBDPerros2013– Festival de la BD de Perros-Guirrec
13 et 14 avril 2013
Auteurs présents : François Bourgeon, Nicolas Keramidas, Juanjo Guarnido, Régis Loisel, Mathieu Reynès…

– Roch’Fort en Bulles
31 août et 1er septembre 2013
Auteurs présents : Philippe Briones, Christophe Chabouté, Adrien Floch…

– Quai des Bulles à Saint Malo
Du 25 au 27 octobre 2013
Gotlib sera à l’honneur

– Festival International de la BD d’Angoulême
Fin janvier 2014

Photographies (hors UNE) ©Emi

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

Laisser un commentaire