Mesdames, relevez la cuvette !

02/06/11 par  |  publié dans : Carnets, Tendances

1944 : les femmes françaises obtiennent le droit de vote. 2011 : les femmes peuvent faire pipi debout. Vous vouliez l’égalité ? C’est gagné.

Ce qu’il y a de bien avec les “salons des nouvelles tendances”, c’est qu’on peut y manger des quiches végétariennes, boire du thé bio, découvrir la chromothérapie, se faire offrir des soins du visage. Et au détour d’un stand, rencontrer un curieux bonhomme affublé d’un t-shirt “Faites pipi debout” et brandissant du bout des doigts un morceau de carton qui, selon lui, constitue une vraie révolution. Mais qu’est ce qu’il raconte, cet olibrius ?

Stand up and pee !

Le pipi, Jean-Philippe, ça le connaît. VRP spécialisé dans les sanitaires mobiles, il distribue aujourd’hui, par le biais de sa société, un entonnoir cartonné commercialisé depuis le début des années 2000 aux Pays-Bas, et nommé P-mate. Face aux sceptiques, Jean-Philippe livre un argumentaire bien rôdé : difficile pour une femme de trouver un endroit où se soulager la vessie quand elle est en randonnée, une soirée sur la plage, une boite de nuit où les sanitaires sont repoussants, une robe de mariée trop encombrante… “vous pouvez faire pipi sans baisser votre pantalon et sans vous accroupir !” lance fièrement Jean-Philippe. Ricanements dans la foule. “Si vous devez faire de longs trajets, vous pouvez en laisser dans la boite à gants de votre voiture, c’est très pratique“.

Un monsieur qui se croit drôle s’exclame : “Té, j’en ai pas besoin, moi, ça fait des années que je pisse debout !“. Sans se démonter, Jean-Philippe poursuit : “c’est recyclable, biodégradable, déperlant comme le revêtement d’une poêle Téfal“. La chose commence à nous intéresser. “Et ça a été créé par une femme !”conclut-il. Voilà qui achève de nous convaincre : si une femme l’a créé, le P-mate doit être rigoureusement indispensable. On embarque donc un paquet de 5, et on étudie avec attention les pictogrammes qui longent le bord de l’emballage, ainsi que le mode d’emploi dessiné derrière – au cas où on n’aurait pas bien compris le principe : déplier le P-mate, le poser contre son bassin après avoir ouvert sa braguette, faire pipi. Pigé.

P-Mate mode d'emploi

Mode d'emploi du P-Mate

Grand moment de solitude…

Tu verras, quand tu feras pipi le soir dans la nature, en regardant les étoiles, tu connaîtras la jouissance d’être un mec” (Thomas M., Gardanne).

Sauf que pour essayer le P-mate, on a choisi l’intimité de nos toilettes. Là, devant la cuvette, on sort l’objet de son emballage, et avant de l’utiliser, on cherche une lueur de défi dans le blanc profond de son carton déperlant. Rien. On appréhende un peu : la moindre petite erreur de jugement, et c’est la fuite. Mais le P-mate a été étudié pour. Il est ergonomique, le P-mate. Et après tout, 2 millions de femmes hollandaises l’ont fait avant. Alors on se lance.

Tout se passe bien. On n’a pas eu besoin de baisser son pantalon – juste la braguette. C’est de bon augure pour les prochaines sorties nocturnes champêtres : des bières, des potes, un arbre, un p-mate… On commence à comprendre à quel point cet objet manquait à l’intérieur de notre sac à main (oui car le p-mate rentre parfaitement dans le sac à main. On vous rappelle que c’est une femme, qui l’a créé). On n’avait juste pas prévu l’immense moment de solitude – à défaut de la jouissance tant promise par les mâles rompus à l’exercice – procuré par l’expérience. D’abord, les filles ne sont pas habituées à voir leur pipi. Traditionnellement assises, leur regard est davantage occupé à fixer les affiches punaisées sur la porte, où à contempler le robinet du lavabo. Les filles n’ont pas l’habitude non plus d’avoir dans leur champ de vision, le levier de la chasse d’eau. Cette nouvelle perception des choses est troublante, tout comme le vacarme produit par le liquide, qui tombe de haut. On apprécie moyennement, on a l’impression que le monde entier nous regarde en riant. Mais on doit bien avouer que le délai de réflexion – quelques secondes – a été suffisant pour admettre le côté pratique de cet objet discrètement révolutionnaire. Premier test effectué avec succès : pas une goutte à côté – d’autant qu’on a oublié de relever la cuvette. C’est à se demander s’ils ne le font pas un peu exprès d’en mettre tout le temps partout, les autres, là. En pliant le carton parfaitement sec (l’effet Téfal), on prévoit de renouveler l’expérience, en vue de réaliser le deuxième test : écrire son nom dans la neige, comme les mecs, les vrais. En attendant, la pochette de 3 P-mate (évidemment, l’une de nos copines a voulu essayer) prendra place dans la voiture. Le jour où une envie pressante nous poussera à uriner à la fraîche, on pourra, comme la jeune chanteuse GiedRé (désormais égérie de la marque), clamer, le P-mate à la main : “plus besoin de m’accroupir comme une clodo entre deux voitures je pourrai en toute impunité pisser contre un mur“.

Debout les filles, et en 2012, n’oubliez pas d’aller voter.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire