Steve Jobs : le roi est mort et je m’en fous

06/10/11 par  |  publié dans : Carnets, Société | Tags : ,

A l’heure où j’écris, les fanboys Apple se réunissent déjà devant les Apple Store pour brûler des cierges en pleurant la mémoire de Steve Jobs. Mais ne comptez pas sur moi pour ajouter à l’hagiographie ambiante qui dégouline de nos écrans depuis cette nuit. Je ne peux me réjouir de la mort d’un homme – surtout aussi jeune –  mais j’ai tout autant de mal à compatir à la douleur de la populace esseulée qui, à longueur de micro-trottoir, va nous expliquer combien la “vision” de ce “génie”  a “profondément marqué” son temps, et sans qui “le futur ne sera pas aussi beau”.

Steve Jobs aura probablement autant fait pour le génocide des bébés phoques et la fonte des glaciers centenaires que George Bush, les vendeurs d’armes et les foreurs de pétrole réunis. Je le dis d’autant plus tranquillement que j’ai possédé un de ses produits, et que je ne suis ni pro ni anti Apple – indifférent à ses “innovations”, je ne rechigne pas à en conseiller l’achat autour de moi, ou à en faire cadeau. Parce qu’un produit Apple, ça pète, c’est beau, ça flatte. “Je vois l’Ipad à la télé, ça me fait trop envie”, me disait ma mère pas plus tard qu’hier matin, elle qui n’a encore jamais eu d’ordinateur, et encore moins de modem.

UPGRADER OU SAUVER LES OURS POLAIRES ?

Justement : je ne pardonnerai jamais à Steve d’avoir réussi à intégrer dans la tête d’autant de monde que le Progrès technique allait sauver le monde de tous ses maux, pour 599 euros-dollars. Encore moins d’avoir entraîné dans son sillage une tripotée de concurrents tout aussi voués à la satisfaction de certains “besoins” – surtout ceux de la bourse. Je lui en veux d’avoir transformé ses clients en VRP de luxe, prêts à vous dégainer les yeux exorbités combien ils apprécient leur “expérience utilisateur” devant la moindre petite critique. Je déteste combien internet se remplit de spéculations et de bruit à l’approche de chaque nouvelle Keynote, je ne supporte plus comment les médias jouent les courroies de transmission du département marketing d’Apple (Anicet de BFTMTV, si tu me lis…). C’est avec de plus en plus d’effroi que je parcours des sites entiers dédiés au Dieu High Tech, toujours plus mieux, toujours plus fort. Le monde peut bien couler, tant que vous pourrez vous géolocaliser par reconnaissance vocale, tout va bien…

Lorsque je regarde un Ipad ou un Iphone, je ne vois pas l’incarnation du Beau, ni de l’Ergonomie. Je pense aux marges réalisées par la firme sur le dos d’employés que les droits du travail Européens et Américains, font sûrement rêver. Je vois avant tout des amas de plastique enrobant des composants qui sont déjà périmés et destinés à être bientôt remplacés. Ce point en particulier m’obsède : la vitesse effrénée à laquelle les sorties se succèdent et les produits sont remplacés, programmés pour être aussitôt désirés, aussitôt oubliés. Le lundi : plaisir consumériste de se procurer le dernier truc au top. Le vendredi : annonce de la sortie prochaine du nouveau truc au top… oh, wait.

Je refuse d’accepter cet ordre des choses, je n’y vois aucune philosophie, aucune branchitude, juste un mal bien trop populaire. J’ai la faiblesse de croire qu’il existe d’autres figures un peu plus dignes d’admiration qu’un marchand de gagdets à l’égo surdimensionné ; qu’il y a des gens qui se bougent les fesses pour rendre la vie plus facile ou simplement plus supportable à leurs prochains. A minima, j’ai envie de penser qu’on peut fabriquer et vendre des produits plus équitablement. Et que toute l’énergie et le fric dépensés autour de nos gadgets pourraient être employés ailleurs. Upgrader ou sauver les ours polaires, il va falloir choisir.

Traitez moi de gaucho, de moral fag – père la morale – de Tartuffe même, comme il vous plaira. Mon utopisme vaut bien le votre.

A ceci près qu’il ne sera pas remplacé par le nouveau modèle.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

16 commentaires

    Dolly  | 06/10/11 à 13 h 37 min

  • Merci pour cette vision si réaliste mais qui va te faire passer pour un utopiste …

  • newjil  | 06/10/11 à 13 h 41 min

  • Alors fais mieux que lui !
    Lui au moins, il a foutu quelque chose dans sa vie !
    Prends en de la graine

  • Had  | 06/10/11 à 13 h 56 min

  • D’ailleurs je remarque que ceux qui l’adulent pour la deuxième partie de sa carrière (celle des machines branchouilles complétement verrouillées vendues trop cher à une élite de fashionistas incapables de se servir d’un ordinateur en en comprenant au moins un peu les principes de bases) sont ceux qui avaient boudé les premiers macs, ceux livrés avec une notice qui t’expliquait comment les bidouiller, conçus pour être librement modifiables, ceux de son époque “géniale”.

  • Croquer la pomme véreuse - Article thématique - Esperluette  | 06/10/11 à 14 h 05 min

  • […] certes… Talentueux, certes… Mais si il y avait un revers de médaille?A lire, donc, le très bon article publié ce matin sur Envrak. On ne mâche pas ses mots, à quoi bon? Ce billet a été posté dans Article thématique et […]

  • Esperluetta  | 06/10/11 à 14 h 07 min

  • Excellent.
    Je partage cet article illico presto sur mon site.

  • Arnaud  | 06/10/11 à 14 h 30 min

  • Je ne m’abaisserai pas à qualifier Steve Jobs de roi, de dieu etc… c’est un humain comme tous les autres. Le plaisir consumériste est à la base de la société de consommation et ce n’est pas Apple qu’il l’a inventé, ni même MS. Donc c’est une attaque un peu facile.
    Sur le reste, il y a une vérité. Mais pensez-vous réellement que Steve voulait être aduler à ce point ? N’est-ce pas plutôt les utilisateurs les responsables de tout ça ?

  • Sab  | 06/10/11 à 14 h 43 min

  • Les utilisateurs sont effectivement responsables de tout ça, ce sont eux qui d’une certaine manière, ont toujours dicté à Apple ce qu’ils voulaient, ce dont ils avaient envie (à défaut d’en avoir besoin). Ils fournissaient les rêves, Apple les réalisait (à des tarifs complètement aberrants, d’ailleurs). Ce dont ils ne sont pas responsables en revanche, c’est la façon catastrophique dont Apple gère ses entreprises et surtout ses salariés, la façon dont ils se sont royalement foutus des problèmes de pollution, des soucis simplement humains, des salaires, des suicides et même des empoisonnements des ouvriers en Chine… Tout en ménageant royalement les actionnaires. Et ça, Jobs en était responsable.

  • Smith  | 06/10/11 à 18 h 01 min

  • Ok, je comprends tout à fait que tu sois saoulé par l’emballage médiatique…
    Cependant, concernant la pollution…note qu’un nouveau modèle d’iPhone apparait tous les Ans, voir années et demi; contrainrement à TOUTE les

  • Smith  | 06/10/11 à 18 h 01 min

  • autres marques de téléphone…

  • LordGalean  | 06/10/11 à 19 h 00 min

  • moi je l’idolâtre pour une seule chose et tu n’en parles même pas, chien de communiste social fag tartuffe ;)

  • Sab  | 06/10/11 à 19 h 42 min

  • Pixar ? (pas faux)

  • LordGalean  | 07/10/11 à 19 h 50 min

  • ben oui quand même, c’est lui qui a eu la bonne idée de le racheter à Georgie :)

    d’ailleurs eux ils s’en souviennent et sur leur site, ils lui rendent un petit hommage :)

  • tof  | 08/10/11 à 2 h 23 min

  • c’est quand même énorme toutes ces réactions ridicules envers Steve Jobs.
    Il faut ouvrir les yeux, apple n’est pas uniquement iphone et ipad !
    Jobs a mené son entreprise à bien, en ayant certains objectifs de rendement comme la plupart des entreprises de nos jours. Et surtout des idées lumineuses. Ca a été un succès énorme. vu le nombre d’utilisateurs qui suivent. Et c’est d’autant plus ridicule que de se revendiquer different…
    Oui c’est la société de consomation. Je pourrais faire la même allusion en disant que les smartphone sont aujourdhui ce qu’internet pouvait être il y a 15 ans. Vous êtes differents ? déconnectez vous!

  • Cacalotl  | 09/10/11 à 16 h 18 min

  • Et les conséquences de ce consumérisme jobsien avec le travail infantile, les conditions de travail des ouvriers de Foxconn

    Je partage donc complètement le point de vue d’Holden.

    @Newjil : de vrais programmeurs et chercheurs travaillent sur Unix et proposent des solutions aussi brillantes que MacOSX mais gratuites et ouvertes à tous. Votre jugement est erroné sachant que Jobs a récupéré ce qui était gratuit (UNIX) pour créer MacOS. Certainement pas un exemple de vertu, Steve Jobs.

    Avoir souffert d’un cancer et subi une greffe ne l’a certainement pas rendu philanthrope.

    Je n’ai aucun produit Apple et ne suit pas prêt d’en acheter un…

    Au mieux ce type n’aurait même pas mérité qu’on parle de sa mort parce qu’on a complètement zappé le décès du Prix Nobel 2004 la semaine dernière.

  • Cacalotl  | 09/10/11 à 16 h 19 min

  • J’ai vu une phôte : “je ne suis”

  • noiseandpixel  | 10/10/11 à 21 h 26 min

  • Article on pourrais dire obligatoire parce-que bon … ça remet les choses à leur places… le génie ressemble trop à un budget com surdimensionnée … il faut trouver section fashion à linux haha …:) mais ça aidera pas les ours polaire :( … peu être les pingouins … :/ j’ai d’ailleurs vue que l’Inde fais des tablettes à 45 euros j’aimerai bien savoir qu’elle os est utilisé …

Laisser un commentaire