Sur la route de la musique

01/09/08 par  |  publié dans : Carnets, Voyages | Tags : ,

Il serait terriblement présomptueux de vouloir présenter en un court article l’histoire de la musique américaine même en se concentrant uniquement sur une zone géographique précise. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on s’arrête sur les mouvements musicaux du sud de États-Unis. La country, le jazz, le blues, le gospel, la soul, la musique des Cajuns et tous les autres voient leurs styles se mêler, s’enrichir et se décliner sans cesse en de nouvelles variantes. Modestement nous vous proposons un itinéraire qui nous l’espérons saura vous donner l’envie d’aller vibrer là-bas par vous même, là où ont grandi les ancêtres de toutes nos musiques contemporaines.

NASHVILLE, TN

Passeport biométrique en main, notre première escale sera donc Nashville. Bienvenue au Tennessee, bienvenue au pays de la Country music ou devrait-on dire DES musiques country ! A vrai dire, on ne vient à Nashville que pour cette curiosité musicale car la ville en elle même n’a rien de très touristique. Ici c’est l’Amérique profonde, Nashville peut se résumer à Broadway et à ses clubs. Mais pour qui est curieux, cette rue est une vraie mine d’or où chaque bar est un filon. Parlez de la musique country à San Francisco ou à New York et l’on vous répondra que c’est la musique des bouseux. C’est vrai. Ici on a vite fait de se retrouver à la campagne et l’authentique “Redneck” en salopette / chapeau de paille roulant en Pick-up n’est jamais bien loin. SO WHAT ?

La Country music c’est bien sûr la musique des cow-boys qui à leur façon chantent le travail, les filles, l’amour et les soucis du quotidien. Le bluegrass en est une variante relativement rythmée où les musiciens assurent le show et montrent leur talent dans de grands solos. Et du talent, il en faut car les groupes ne sont payés qu’au chapeau et la concurrence est dure. Du matin au soir les groupes enchaînent les scènes pour pouvoir vivre de leur art. Il n’est ainsi pas rare de voir un artiste annoncer qu’il sera à 2OH au bar d’à côté pour ceux qui arrivent en fin de set. Business is business !

Il faut donc prendre son temps et ne pas hésiter à passer de bar en bar. Cela vaut également pour Memphis ou la Nouvelle Orléans que nous évoquerons plus loin. La musique est partout, autant donc choisir celle qui nous est la plus agréable. Marre des Stetsons et des Santiags ? Cap au sud ouest là où coule le Mississipi !

MEMPHIS, TN

Bien que rassemblant sensiblement le même nombre d’habitants que Nashville, Memphis semble bien plus grande et plus intéressante. Là encore c’est sur une artère que (presque) tout se passe. Beale Street est LA rue du Blues ! BB King y a encore un établissement et là aussi les clubs s’enchaînent les uns après les autres. De jour comme de nuit la musique s’échappe de partout et donne une atmosphère agréable à la ville. Même si les chargements de coton et le travail des esclaves semble loin, l’héritage de ces chants hante encore les rues.

Memphis offre quelques visites intéressantes. La photo ci-dessus a été prise dans les studios SUN. Après une visite du petit musée au premier étage le guide vous amène dans un endroit absolument magique. Si les murs pouvaient parler ceux là pourraient vous raconter des moments extraordinaires. Imaginez qu’ici Elvis Presley a réalisé son tout premier enregistrement. Rien n’a changé depuis et les lieux sont habités, il y a une âme dans cette pièce. Au mur quelques photos, dont l’une prise ici même réunit Elvis Presley, Johnny Cash, Jerry Lee Lewis et Carl Perkins, rien que ça ! Il y a quelques années, U2 est venu là pour enregistrer quelques titres de Rattle and Hum avec, entre autre, B.B. King.

Mais il n’y a pas de musique sans instruments. Gibson possède à Memphis une petite manufacture dont la visite enchantera les guitaristes et ceux qui sont fascinés par l’objet en lui-même. Le guide est bien souvent inaudible quand les ouvriers sont à l’œuvre, mais de toute façon, quand la magie opère devant soi qui a besoin de paroles ?

Voilà pour Memphis, cap au sud ! Sérieusement, peut-on évoquer Memphis sans parler du King ? Alors restons encore un peu au Tennessee et faisons une halte à Graceland. Oui, c’est un pur piège à touriste. Oui, ça coûte cher. Oui, on a un peu l’impression de se faire arnaquer. Mais NON, il ne faut pas rater la visite !

Cette petite demeure fut le refuge d’Elvis Presley. Certains seront certainement touchés par le mythe que représente le lieu et par feu son glorieux occupant, d’autres seront juste curieux de visiter le repère de la bête de scène qu’il fut. La présentation est forcément élogieuse et partiale mais le fan sera ravi de voir son idole magnifié un peu plus. Le visiteur lambda jugera par lui même des goûts très personnels d’Elvis en matière de décoration intérieure !

La Louisiane

Cette fois c’est bon, cap au sud ouest pour plonger dans le pays Cajun. Descendants d’une partie du peuple d’Acadie qui fut déporté en 1755 de l’ouest du Canada, les cadiens (ou cajuns) ont gardé un accent très marqué lorsqu’ils s’expriment en français. Leur musique est le plus souvent festive, elle raconte les traditions, les difficultés et les petites joies de la vie ou encore l’histoire du peuple cajun. Traditionnellement joués au violon, à l’accordéon et à la guitare, ces chants ont un côté désuet assez touchant.

Une fois dans le sud de la Louisiane vous aurez tout loisir pour vagabonder et visiter les superbes plantations sur la route qui vous conduira à Baton Rouge ou vers la Nouvelle Orléans.

NEW ORLEANS, LA

Parler de la Nouvelle Orléans impose désormais de parler de Katrina. Ce terrible ouragan (Niveau 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte … 5) a balayé la Louisiane à la fin du mois d’août 2005. Passant légèrement à l’ouest de la ville les vents à plus de 250 Km/h mais surtout les inondations qui ont suivi ont fait des milliers de morts et plus de 200.000 déplacés qui n’ont pas encore rejoint leur foyer à condition qu’il leur en reste un. Il a donc fallu du courage pour faire renaître une âme au milieu des décombres. La cité du Jazz a connu de la chance dans cette tragédie car ses plus beaux atouts n’ont que peu souffert. Le “Vieux Carré” a été miraculeusement épargné et Bourbon Street retrouve doucement toute la folie qui fut la sienne.

Les clubs y sont regroupés mais pour de nombreux groupes, il faut également se produire dans la rue pour se faire connaître. Artiste de rue ce n’est déjà pas facile, mais avec un climat semi-tropical il est parfois juste impossible de se produire.

La Nouvelle Orléans est une ville extrêmement attachante même si les choses ne sont plus pareilles. La douleur provoquée par Katrina est encore omniprésente. Dans Bourbon Street, les clubs ne sont plus des repères pour Jazzmen, le rock a mis un pied dans la porte, les musiques électroniques modernes également, quand arrive le samedi soir, c’est une cacophonie qui se propage dans la rue. Chaque club voulant attirer plus que son voisin.

Les jazzmen qui n’ont pas perdu leurs instruments avec Katrina ont fuit vers le nord, certains allant jusqu’à poser leurs valises à Chicago ou Detroit. Il faudra du temps pour que le Jazz se refasse une place. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas venir voir la beauté de cette ville et aller transpirer dans les clubs avec les artistes qui chaque soir se défoncent.

Bon voyage et comme on dit là-bas : Laissez les bons temps rouler.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Pas de commentaire

    Nicolas M.  | 01/09/08 à 18 h 47 min

  • A l’heure ou ce numéro d’Envrak est mis en ligne, l’ouragan Gustav s’attaque à la Louisiane laissant craindre de graves innondations à nouveau. Une grosse pensée pour toutes les personnes rencontrées là bas. Celles qui avaient tout perdu et qui se faisaient une joie de retrouver leurs maisons 3 ans après le drame. Si vous êtes un jour allé à la Nouvelle Orléans, vous aurez vous aussi, je pense, un petit pincement au coeur en entendant les ravages qui résulteront de ce nouveau cataclysme.

  • Nico M.  | 01/09/08 à 19 h 02 min

  • PS : Tout comme le dit Holden plus loin, toutes les photos sont de moi-même … but … WHO CARES ? :D

  • Engy  | 16/09/08 à 22 h 17 min

  • D’ailleurs, en parlant de photos, vrt chouette la première de la nvlle orleans !

Laisser un commentaire