Bienvenue à bord, maintenant sautez

04/10/11 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags : ,

Rémy Pasquier vient tout juste d’être embauché par la compagnie Costa croisière. Grande première pour lui, il va superviser le pôle Animation. Son embauche est due à l’envie de vengeance de la RH, qui elle-même vient d’être fraichement foutue à la porte et larguée par le PDG, qui n’était autre que son amant depuis cinq ans… Objectif : faire foirer la croisière à tout prix.

Pas bien inspirés, nos réalisateurs français ont sans doute fleuré le bon filon de la reprise du feuilleton américain La Croisière s’amuse. Sorti en avril, La croisière de Pascale Pouzadoux – que nous ne sommes pas allés voir pour ne pas avoir à supporter Line Renaud et son zozotement irritant – semblait y aller un peu fort avec une bande son copiée de la série américaine et des personnages stéréotypés au possible.

Cette fois-ci c’est Eric Lavaine qui s’y colle avec Bienvenue à bord. Embarquée six semaines durant sur un paquebot de croisière Costa au beau milieu des vacanciers, l’équipe du film s’en est allée voguer sur les flots des Caraïbes pour nous pondre une petite comédie à l’humour un poil H (la feu série de Canal+ dont Lavaine fût scénariste et directeur artistique). On y retrouve, des “décors kitch à l’italienne que l’on croirait sortis tout droit de Disneyland“, dixit Frank Dubosc lui-même; et on regrette que l’équipe n’ait pas profité des escales pour filmer des scènes à terre, histoire de nous faire voyager couleurs locales et intégrer le tout dans un scénario qui aurait pu être moins plat que la ligne d’horizon d’une mer d’huile. Mais Lavaine, son truc à lui, c’était de ” travailler dans un huit clos géant et de profiter des chassés croisés d’acteurs” pour construire son scénario autour de son con favori (et celui des français) : Franck Dubosc, alias Rémy Pasquier.

Un con qui tient lieu de programme filmique

Oui, Rémy est un vrai con, mais un gentil : le con maladroit qui n’a peur de rien et surtout pas d’être ridicule, le con inculte qui vous attendrit, bref, le genre de con qu’on ne peut pas détester parce qu’il vous fait rire. Tout tourne autour de ce con – dont “surprise” tout le monde tombe sous le charme, car les cons ont un cœur d’or, c’est bien connu.

Des scènes drôles il y en a, parfois trop téléguidées, mais bien rythmées avec une parodie de Titanic pas piquée des hannetons et un caméo d’Enrico Macias hilarant d’auto-dérision – incarnant un chanteur has been guest star du spectacle de fin de croisière . Les séries de sketchs, Eric Lavaine sait faire, mais construire une histoire autour sans broder, il a du mal. On déplore ses tentatives d’épaissir un peu le tout par des histoires de coucheries par-ci par là et l’importance qu’il a donné à certains personnages alors que d’autres ont été clairement sous-exploités.

Au final, difficile de vous inciter à aller voir le film, si ce n’est pour y emmener vos marmots un mercredi pluvieux, tant le tout fleure la comédie française comme on ne les aime pas trop. Et les croisières, sérieux, ça vous fait rêver, vous ?

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire