[Bloc-note] Impressions sur La vie d’Adèle

25/10/13 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags : , ,

 

Je suis heureux d’avoir vu le film mais je ne l’ai pas aimé.

Heureux que la renommée de Kéchiche et la Palme aient pu le faire sortir du ghetto dans lequel beaucoup d’autres tombent – car j’ai tendance à fuir dès qu’on me vend un film sous l’étiquette LGBT. Je veux qu’on me raconte une histoire d’amour, un thriller, un film historique etc avec des gays ou des hétéros, mais pas “une histoire de gays”, tout comme je fuirai – de manière très superficielle certes –  un “film pour blacks” ou “film pour cuisiniers”. Le cinéma doit transcender les étiquettes.

Adèle et Léa sont magnifiques. Mais Adèle, plus.

Kéchiche ne connaît qu’une valeur de plan – le gros plan visage cadré “casquette” et son film est une ode au champ contre-champ. C’est balourd.

Trois heures c’est trop long. Vient un moment ou Adèle, les caractères constamment mis à nus par la caméra braquée sur eux perdent de leur charme, énervent (au sens de : rendre les nerfs faibles à force de trop les solliciter). Devoir se projeter sur les personnages, décortiquer le moindre frémissement de leurs expressions ça va un temps. Au delà il faut du grain à moudre, du romanesque – La vie d’Adèle n’est PAS romanesque.

Kéchiche invente le naturalisme-porn, le film où tu finis par être désensibilisé à force de gros plans sur les émotions des gens.

Le travail sur la durée est intéressant (cf les scènes miroirs : séduction dans un bar bondé, rupture dans un bar vide, découverte l’une de l’autre dans un musée / fuite l’une de l’autre dans une galerie d’art) mais les scènes s’éternisent bien au delà de leur temps de compréhension nécessaire, bien au delà de leur pouvoir de sidération.

J’aime quand le soleil sort de la bouche d’Adèle et Léa.

La vie d’Adèle est un film d’amour. Point.

J’ai préféré La Graine et le mulet.

Pendant les scènes de sexe lesbien, trois pensées : est-ce que c’est représentatif de quoi que ce soit ? Le courage insensé des actrices. Et : est-ce que Kéchiche aurait osé filmer du sexe hétéro aussi crument ?

Blue is the warmest color (à 20 ans)  ————> Blue Valentine (à 30 ans)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Héloïse  | 14/11/13 à 11 h 38 min

  • Après avoir lu l’article d’Engy, je relis celui d’Holden … que je rejoins sur la plupart des remarques (qui m’ont fait sourire). Ca donne envie de faire une BD du spectateur qui découvre le film. “Mes pensées en voyant La vie d’Adèle”. J’y songe.

Laisser un commentaire