Bolide et libido pour film débile

06/07/07 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags :

Death Proof (Boulevard de la Mort en version française) constitue le second segment du diptyque Grindhouse, complété par le Planète Terreur de Robert Rodriguez, encore au chaud dans sa bobine.
Hommage aux doubles programmes qui faisaient le bonheur des tourtereaux américains avides de papouilles dans les drive-in, le “double-film” des frères Pétard se voulait à l’origine émaillé de fausses pubs et fausses bandes-annonces dans la plus pure tradition des films d’exploitation. Seulement voilà, le projet a fait fuir le public américain, et la sortie européenne a tranché, stricto sensu, puisque les deux films sortiront ici séparément, rallongés de 30 minutes chacun. Le segment tarantinesque, pour sa part, en pâtit terriblement. Au détriment des scènes d’action (réussies, par ailleurs. Voir la scène du crash, gore à souhait, et la poursuite finale, hallucinante), les dialogues à rallonge plombent l’ambiance. Dommage: ce scénario foutraque contant les aventures pétaradantes d’un adepte du charclage de bimbos à grands coups de bagnole avait tout pour séduire.
Malgré la bande-originale jubilatoire (comme toujours avec Tarantino) et les trouvailles de mise en scène qui permettent au film de ressembler à s’y méprendre à une série B des années 70, au final, la caméra se place partout sauf là où on aimerait qu’elle soit: dans la tête (et la voiture) de Stuntman Mike, le tueur campé par Kurt Russel. A la place, on découvre que les filles – passablement insupportables – aiment lire des magazines de mode, parler de sexe, boire du jus de fruit, marcher pieds nus et conduire des grosses cylindrées. Russ Meyer nous a raconté la même chose. En mieux.

Boulevard de la mort, un film Grindhouse, de Quentin Tarantino, avec Kurt Russell, Rosario Dawson, Zoe Bell, Tracie Thoms…

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Ab'  | 23/09/11 à 11 h 27 min

  • Nooooooooooooooooooon ! Ah! que ça me fait mal de lire ceci ! Non! Non! non!

Laisser un commentaire