Dame de Trèfle

13/01/10 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags :

Cette semaine au cinéma : La Dame de Trèfle de Jérôme Bonnell, un réalisateur français qui a le vent critique en poupe. Après Le Chignon d’Olga (2002), Les Yeux Clairs (2005) et J’attends Quelqu’un (2007), il s’essaye au polar : un prétexte qui lui permet d’installer (dans la longueur) deux personnages.

Deux inadaptés s’adaptent ou Un frère, une sœur, un crime dixit l’exergue. Comment expliquer que les idées sont bonnes, les plans réfléchis mais qu’on s’ennuie? La dernière fois que j’ai vu passer 1h40, ça n’en faisait pas trois. Aussi entrainé qu’on puisse être par les premières images du film, l’implication retombe en même temps que l’ambiance finit d’être discrètement posée. Ce moment est à peine perceptible, quelque part entre là où il arrête de se passer quelque chose et là où il ne se passe toujours rien. Et pourtant Jérôme Bonnell est doué pour les non-dits et Malik Zidi fait preuve d’une profondeur dont on attendait la démonstration. Merci La dame de Trèfle. Pour le reste, jetons la pierre à l’affiche qui dévoile le lien familial quand on aurait préféré percevoir un inceste sans pouvoir confirmer. Le duo fraternel se prend en pitié, en colère, en hâte qu’il s’y passe un peu de sexe histoire de franchir des tabous trop suggérés. Non pas qu’on s’emmerde – les acteurs sont justes et les caractères complexes – mais tout de même, une histoire captivante aurait aidé. Aurait tranché.

Le conseil: Au moins Drew Barrymore et Ellen Page sont-elles des valeurs sûres. Fantasmez sur Bliss, après tout, pourquoi pas ?

Semaine pré-précédente : http://www.envrak.fr/breve-127-cinerama-du-30-12-09

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire