Avatar & Gamines

13/12/09 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags : ,

 

Trois gamines sans père VS une mère sans mari. Attention à l’overdose d’effets : flous, lumières, ralentis et du piano. Éléonore Faucher a mis son style dans l’adaptation du roman de Sylvie Testud et on ne pourra pas l’accuser d’y avoir été mollo dans le parti pris cinématographique. Cette réalisation étouffante gâche la fraicheur de Gamines, le jeu décalé de ses acteurs et leurs dialogues percutants, amortis par tant d’enrobage. Les gamines sont pourtant bien castées et on apprécie Sylvie Testud – tout en s’interrogeant sur la pertinence de sa mise en avant – ainsi qu’Amira Casar, très crédible en italienne – elle qui n’a aucune origine latine. Il y a également ce fossé enfant/adulte qui dit avec beaucoup d’humour l’absurdité de nos actes de grands et a forciori des relations humaines. Jusqu’à ce que ça ressorte par l’autre oreille.

Un marine sans jambes VS un marine sans cerveau. Le très attendu Avatar, c’est deux comédiens prometteurs, une histoire d’amour, des costumes et une scène de sexe dont on ne voit rien. Soit : l’efficace recette Titanic. Les influences ciné y sont multiples (SF/Western/Anime), du genre epico-spectaculaire qui souligne ce que le film ne met pas en valeur – à l’inverse de son petit frère naval : le jeu d’acteur. Pourquoi nous vanter la motion capture (qui utilise les expressions et mouvements de l’humain derrière l’animation) si c’est pour ne pas insister sur la souffrance des Na’vis, ces petits bonshommes bleus à l’incroyable potentiel? La modestie du film le perdra, comme elle perd peu à peu ses personnages principaux au profit des deux plus jouissivement caricaturaux : le colonel et la pilote. Comme à l’affut d’effets, on retient de la fable écologique ses scènes de guerre et de destruction grandioses, douce ironie. La technique se sait et se respecte mais fait moins de bruits qu’un bon gros blockbuster. Plus qu’une métaphore historique, usons donc d’une comparaison sportive : dans la course à la 3D, James Cameron vient de faire son échappée. Reste pour le public à s’intéresser au cyclisme…

Le conseil : Ce mercredi, tandis qu’Avatar sort en 2D ou 3D, le nouvel Envrak débarque sur la toile avec un article tout frais d’Holden, faisant suite à ses craintes de révolution en carton. Wait and read.

Semaine précédente : http://www.envrak.fr/breve-124-persecution-yuki-oscar-astro-et-loup

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

2 commentaires

    Pikachou  | 16/12/09 à 10 h 44 min

  • Ben ouais, comme tu le disais dans ton précédent article, c’est une gigantesque pompe à fric, avec ce truc de 3D, et à part un bon mal de nez en sortant de l’avant-première, je peux vous dire que l’oeil se blase, passé les 20 premières minutes à halluciner de voir les acteurs comme si on était dans la scène.
    Bref. Je n’ai pas boudé mon plaisir, mais enfin, même si le cinéma est l’art du son et de l’image, il ne faut pas négliger le développement du scénario.
    Beaucoup d’aspects ont été zappés, et c’est dommage. Le moment où le héros bascule, entre en résistance, prend fait et cause pour les navis, ben ce n’est pas assez marqué. Au passage, les créatures, et tu l’as dit toi-même Holden, ont plus d’expressions faciales pour leurs émotions que le héros humain.
    Pour moi, ce film n’a pas la même force que les anime de Miyazaki, qui pourtant sont souvent des fables écologiques, ou bien la beauté des films sur l’autre et la différence (Elaphant Man, Edward Scissorhands…). Tout simplement car les protagonistes manquent de profondeur (hahaha, il fallait que je le replace, et maintenant c’est trademark, un filme en 3D qui manque de relief!!).
    En guise de conclusion, Mr Cameron a voulu mettre trop de choses dans son film, qui devient fourre-tout, et je pense qu’un bon scénario aurait fait la différence. C’est pavé de bonnes intentions, mais à l’instar de son héros, M Cameron a eu beaucoup de mal à choisir ce qu’il allait privilégier dans son film.
    Je termine ce long commentaire avec un petit coup de gueule: j’en ai marre que ce soient des soldats américains qui apprennent aux “indigènes” à combattre.

  • H  | 16/12/09 à 20 h 02 min

  • Merci Pikachou, je transmettrai à Engy qui a signé cette brève il y a quelques jours… ma version est en attente ;)

Laisser un commentaire