La Pivellina

18/02/10 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags :

Cette semaine, Envrak s’intéresse à La Pivellina de Tizza Covi et Rainer Frimmel, parce qu’avec John Travolta, Julia Roberts et Mel Gibson, les autres sorties ciné sentaient trop fort la tête d’affiche.

A Rome, une famille de saltimbanques s’occupe d’une fillette abandonnée. L’enfant est mimi mais les adoptants ont vécu : La Pivellina ne fait pas dans le trop choupitriste suggéré par l’affiche. Le film lent s’avère difficile d’accès, puisque n’y brille pas sa porte d’entrée : tout est trop naturel – gris donc – lumière et prise de vue. C’est l’aspect documentaire qui s’en retient, ce qu’il dit du mode de vie des marginaux : leur convivialité et leur précarité. Les acteurs viennent réellement du spectacle vivant, et d’une caravane : ils ne jouent pas, ils improvisent. Tizza Covi et Rainer Frimme sont du milieu (du documentaire) et ont de l’affection pour le milieu (du cirque) qu’ils traduisent par cette volonté de nous le présenter inoffensif. Ces gens-là font du mieux qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont, ici jusqu’à ce qu’on s’y attache. L’angle a le mérite du réalisme et d’un neutre respect. Dommage qu’il mette tant de temps à provoquer l’intérêt, quand plus de fiction nous l’aurait colorié… et fait davantage apprécié.

Le conseil : Si tu n’as pas eu ta dose d’ARTE cette semaine parce que ton décodeur était en panne, file en salle combler ta frustration.

La semaine précédente : http://www.envrak.fr/breve-134-cinevrak-10-02-10-lovely-besancenot

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire