Je suis une légende

17/12/07 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties

Spectacle intéressant ou navet hollywoodien, votre avis balance sur le film de Francis Lawrence, en salle le 19 décembre. Vous aviez besoin d’une éclaireuse, j’ai pris ce rôle à cœur et ai plongé tête la première parmi les mutants… forcément, maintenant je vous en veux !

Un militaire savant, seul survivant d’une terrible épidémie, cherche le vaccin du virus responsable tout en évitant les dangereux infectés.

Je suis une légende n’est pas le bon film qu’on attendait, pire il n’est même pas de ceux qu’on peut prendre au second degré. Pas moyen de s’en payer une tranche donc, il ne nous reste plus qu’à nous ennuyer. À la limite on pourrait frémir un peu si les zombies en images de synthèse étaient plus convaincants mais déshumanisés par l’ordinateur ils ne sont que de banals monstres. De fait, la tension ne monte que lorsqu’elle est suggérée, c’est-à-dire sur une seule séquence par ailleurs assez réussie. Reste le personnage principal, Robert Neville, plutôt bien mené par Will Smith qui, mine de rien, tient les trois quarts du long métrage sur ses épaules. Sans oublier le représentant canin, Sam, interprété par Abbey et Kona auxquels je prédis un grand avenir cinématographique. Le duo maitre/chien est touchant, leur complicité peut émouvoir, le grain de folie du scientifique a son charme, son buste également et c’est à peu près tout. Ou presque, pardonnez mon aigreur, car en cherchant bien on trouve d’autres points positifs. Par exemple la possibilité d’interpréter différemment le film grâce aux incohérences notoires, notamment la présence d’un vilain central qui cherche peut-être à venger sa compagne devenue cobaye ( ??). Enfin notons que nous avons droit à un happy end à l’américaine avec sacrifice, méchants qui explosent et intervention divine.

Un film qui ressemble fort à ce qu’on en préjugeait dans nos mauvais jours, la distraction visuelle (pas plus bête qu’un prime de Dechavanne) ne nécessite donc pas de se déplacer en salle.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

6 commentaires

    Diana  | 24/12/07 à 13 h 15 min

  • J’ai personnellement bien aimé ce film. Par contre j’en fais encore des cauchemars….Je suis peut etre trop sensible. Il y a un point sur lequel je suis d’accord avec toi: sam à un grand avenir cinématographique!

  • mutant  | 26/12/07 à 1 h 49 min

  • le pire a dire sur ce film et qu’il est tirée d’une nouvelle excelente dont la moralité et la fin on etait changées
    merci encore les americain pour VIANDER un livre

  • dolly  | 28/12/07 à 19 h 35 min

  • mon copain a carrement adoré !!!!!
    moi c’est pas du tout le genre de film qui me plait mais why not en dvd !!

  • hum  | 02/01/08 à 23 h 03 min

  • A rappeler que le film s’inspire du livre et n’est pas une adaptation fidèle. Ca a été dit maintes fois, l’équipe du film a voulu plus se concentrer sur le personnage. C’est ce qu’il fait.
    Reste plus qu’à lire le bouquin pour voir si l’univers a bien été respecté.

  • Robert Neville  | 08/01/08 à 0 h 35 min

  • Je suis une légende est par bien des aspects raté, mais de là à parler de mauvais film… Alors que les films de ce calibre n’ont de cesse de verser dans la surenchère, celui-ci joue la carte du vide et du silence. La mise en scène est brillante tout du long. Les visions de New York régressant peu à peu à l’état sauvage sont saisissantes, la solitude du personnage est bien rendue, dans un monde qui n’est absolument plus sûr. Les scènes d’action genre guerilla urbaine sont hyper nerveuses et on flippe un max (vive le son !).

    Quant à la fin… pour apprécier le cinéma américain hollywoodien je commence à me dire qu’il est bon, des fois, d’être un peu tolérant, et d’accepter que pour beaucoup de monde, Dieu est au cinéma un élément thématique aussi viable que l’amour, la vengeance, les terroristes, les extra-terrestres etc.

    Si on accepte de mettre son cartésianisme européen de côté deux secondes ont peut se dire qu’elle se tient. Elle était annoncée (les papillons), est prévisible (le personnage de Will Smith n’a plus vraiment envie de vivre, conclusion de la série de flash-backs qui n’étaient pas là que pour faire joli) et cohérente (comme le dit Will, rien n’arrêtera les infectés).

    Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de défauts. Oui, les infectés numériques sont un peu moches. Ce qui m’a le plus gêné c’est Will Smith lui même, il est ok (bien doublé en français) mais n’arrive justement pas assez à témoigner du désespoir et des envies suicidaires de son personnage, il a pas la gueule à ça, et je comprends que ça n’aide pas pour saisir les motivations du personnage à la fin. Et la fin… est-ce qu’il y a beaucoup de matos qui a sauté au montage ? Est-ce que le scénario a souffert du caractère improvisé de nombre de scènes ? Toujours est-il que les producteurs/créateurs ont choisi un message différent que dans le roman – où Anna est une taupe des infectés envoyée pour faire comprendre à Neville qu’il est le dernier représentant d’une espèce déchue, et qu’il doit laisser la place à d’autres) et ma foi, on pouvait faire pire.

    Je résume : 95% du film est prenant pour peu que les infectés ne rebutent pas. La fin vient malheureusement gâcher le tout et sape tous les efforts injectés pour faire de ce film un blockbuster pas comme les autres. Dommage. Mais de là à dire que c’est ennuyeux, ou que c’est le mauvais film qu’on attendait… je suis pas tout à fait convaincu !

  • Bébou  | 10/01/08 à 14 h 41 min

  • OK, c’est pas un mauvais film. C’est pas un bon film non plus. Vu le sujet, dommage qu’on n’en garde pas un souvenir impérissable, dommage que les infectés soient complètement ratés (l’informatique, c’est pas automatique), dommage qu’on tombe une fois de plus dans le christique et les bondieuseries, dommage pour le chien… Will Smith assure en général, mais n’était peut-être pas fait pour ce rôle-là, dans lequel j’aurais bien vu un gars comme Tom Hanks – Seul au Monde, les Sentiers de la perdition… le bagage idéal pour jouer Neville – ou Clive Owen et son regard facilement tout triste et tout déprimé. Mais ma foi non, c’est pas ennuyeux, c’est juste frustrant. Je demande à voir l’original, avec cette enflure de Charlton Heston.

Laisser un commentaire