Tokyo Godfathers

11/12/10 par  |  publié dans : Cinéma | Tags : ,

C’est l’histoire d’un clodo, d’un travelo et d’une ado. Et c’est un conte de Noël. De Satoshi Kon.

Le soir du réveillon, après leur soupe populaire, Gin, Hana et Miyuki cherchent un cadeau de Noël dans une décharge de Tokyo. Ils y trouvent un nouveau-né qu’ils accueillent dans leurs cartons. S’en suit une quête initiatique. Celle des parents ingrats pour la forme et de leurs vies perdues pour le fond.

Au milieu d’autres personnages imparfaits voire amoraux, Gin, Hana et Miyuki omettent et inventent comme ils respirent, arrangeant l’histoire de leur passé au fil des situations. Aux thèmes typiques de Noël – et au récurrent “personne n’oublie père, mère, ou enfant” -, le trio marginal ajoute le chagrin et la honte qu’ils cachaient si bien à la rue de tous, et dévoilent à mesure des rencontres. Tantôt introvertis, tantôt extravagants, toujours inadaptés, les trois sans-abris se répliquent cultes, pleins de tendresse et de gags lourdauds. Tokyo Godfather distille ainsi sa critique sociale, ponctuée par le contraste entre misère et affiches publicitaires. Dissimulée par des cascades à en rendre jaloux James Bond et des grimaces à blanchir Eddy Murphy. Servie par des dessins aussi expressifs et signifiants que jolis.

Fable de fin d’année n’oblige pas et pourtant, Satoshi Kon se prête au jeu de la comédie familiale. Après Perfect Blue et Milennium actress, l’un déstabilisant par son intrigue, l’autre par sa construction, Tokyo Godfather (2003) impose avec talent sa linéarité, à renfort d’émotion, d’humour et de péripéties. Comme si le mangaka – décédé cette année – avait décidé de réaliser du Disney. Et de faire accéder un plus grand public – si possible occidental – à l’animation japonaise, avant son chef d’œuvre onirique Paprika. Mais moi j’aimais et connaissais déjà.

Précédemment dans l’Avent-Vrak :
Jour 10 – Mémère Noël
Jour 9 – Noël comme à la maison
Jour 8 – Noël, ça troue l’cul !
Jour 7 – Le jeu de société, à nouveau tendance
Jour 6 – Le Sapin vert, une Histoire rouge
Jour 5 – Le combat de Noël : Tino 1 – Lily 0
Jour 4 – Un pyjama et bonne chance dans la vie
Jour 3 – Le noël de Saute-Flocon
Jour 2 – Une nuit avec Biolay
Jour 1 – Les marrons glacés

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Pas de commentaire

    Pikachou  | 11/12/10 à 20 h 34 min

  • Je suis fan depuis longtemps de tous ses animes, et mon préféré c’est Tokyo Godfathers,où les expressions faciales des personnages sont hyper soignées et réalistes bon sauf les bouches grandes ouvertes, mais c’est toujours bien mieux qu’Olive et Tom!!), encore un génie qui s’éteint…

Laisser un commentaire