Bye Bye Blondie vs Week-end : le podcast France24

26/03/12 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties

Toutes les deux ou trois semaines, Guillaume Gugaïn, critique français et Jon Frosch, critique américain, partagent leurs impressions sur deux sorties ciné, qu’ils relient par une thématique commune dans leur podcast 24 images seconde. Cette semaine, pour le #23, ils traitent des amours homosexuels à travers les films Bye Bye Blondie de Virginie Despentes, sorti le 21 mars, et Week-end d’Andrew Haigh, en salle ce 28 mars. Pour l’occasion, je les accompagnais.

Bye Bye Blondie : ceci n’est pas une adaptation

Difficile, pour ceux qui ont lu le livre éponyme paru en 2004, de ne pas considérer le film Bye Bye Blondie de Virginie Despentes comme une (mauvaise) adaptation. Aussi ardu d’ailleurs, que de le considérer comme tel après réflexion. Au-delà des détails et scènes délaisséés, l’histoire du long-métrage s’éloigne de celle du roman dans sa narration même. Que la relation déchirante entre Gloria et Eric, devienne une romance entre Gloria (interprétée par Béatrice Dalle) et Frances (par Emmanuelle Béart) passe encore, le plus dur est le changement de ton.

Bye Bye BlondieHuit ans après le Bye Bye Blondie en librairie, Virginie Despentes propose une version complaisante au cinéma. Avec beaucoup de recul, elle omet celle qu’elle était pour y mettre ce qu’elle est devenue. Reste l’attachement de l’auteure et cinéaste pour la période adolescente, pour les inadaptés sociaux, pour les punks fans des Bérus. Quand la justesse du bouquin, sa force névrosée se réduit à ce qu’elle appellerait peut-être aujourd’hui les aléas de la vie. Bye Bye Blondie le film, paraît souvent grossier, comme une auto-dérision non assumée. Une façon de dire : « ils étaient punk, mais c’était surtout de joyeux lurons », « ils s’aimaient violemment mais surtout avec passion ». Une relecture indulgente qui disculpe le roman de sa violence et de son pessimisme. Un scénario édulcoré en somme, filmé avec les pieds.

Week-end : ceci est la découverte de la semaine

Il y a, dans Week-end, d’Andrew Haigh, une scène où les deux protagonistes gays – Russel, le romantique, et Glen, le libéré – abordent la question du mariage entre personnes du même sexe, sur un canapé. La réalisation, le jeu d’acteur, les dialogues, auraient pu être larmoyants, ou, à défaut, militants. Ils ne le sont pas. Avec les bons mots, les bonnes hésitations et les bonnes contradictions, la conversation fait mouche, l’émotion monte. Le film s’avère à l’image de ce moment qui aurait pu tout gâcher : juste, tout simplement.

S’il existe une l’échelle cinématographique des histoires homosexuelles – ayant pour extrêmes la marginalité et le populisme (avec leurs lots de bons films ou de films ratés) -, Week-end y trouve un équilibre sain quand Bye Bye Blondie pèche doublement. Dans le premier, l’intime se mêle à l’universel et les personnages, consommateurs de sexe, de drogue et d’alcool, passent pour représentants de la génération de l’excès, toutes orientations sexuelles confondues. Dans le second, l’aspect grand public se tâche d’un peu de ce trash propre à Virginie Despentes, et le côté hors-normes d’une touche de niaiserie qui paraît incohérente. De la comparaison entre les deux seconds long-métrages ne peut sortir qu’un seul gagnant : Week-end d’Andrew Haigh. Non parce qu’il est le film de l’année mais parce qu’il maintient son ton là où d’autres ont échoué. Parce qu’il est joli, aussi.

Bye bye Blondie, de Virginie Despentes, avec Béatrice Dalle et Virginie Despentes, en salle depuis le 21/03.
Week-end, d’Andrew Haigh, avec Tom Cullen et Chris New, au cinéma à partir de demain 28 mars.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Sarah  | 28/03/12 à 11 h 59 min

  • Je ne suis pas d’accord pour Bye Bye Blondie! j’ai eu du mal avec les 15 premières minutes, mais j’ai franchement passé un bon moment, c’était à le fois rock, tragique et drôle. Virginie Despentes a le don de la réplique pertinente, et qui arrive au bon moment. Je crois que justement, il ne fallait pas y aller en pensant que c’était une adaptation! Voilà! Pour Week end, je ne l’ai pas encore vu. (pour voir mon opinion développée, aller sur le site des barbieturix.) voilà!

Laisser un commentaire