Caricaturistes : Fantassins de la démocratie de Stéphanie Valloato – Hors Compétition #Cannes2014

23/05/14 par  |  publié dans : Cinéma | Tags : , , ,

caricaturistesCe n’est pas tous les jours qu’un documentaire sur les dessinateurs de presse voit le jour et encore moins que ce dernier est choisi pour être projeté au Festival de Cannes (Hors compétition certes, mais à Cannes tout de même). En 2008, C’est dur d’être aimé par des cons revenait sur l’affaire des caricatures du prophète Mahomet publiées dans Charlie Hebdo. Avec Caricaturistes : Fantassins de la démocratie, Plantu décide de mettre en avant son association, Cartooning for Peace, fédérant des dessinateurs de presse du monde entier, dans un seul et même film relatant leur quotidien, leur parcours.

C’est un documentaire essentiellement politisé que propose la réalisatrice française Stéphanie Valloato. Plus que de présenter la vie de ces dessinateurs pas comme les autres, elle appuie fortement sur les thématiques de la censure et de la liberté de la presse. On y découvre donc 12 caricaturistes aux personnalités et aux parcours bien différents.“La démocratie est un combat de tous les jours. Ce n’est jamais acquis” précise Plantu au début du film. Parfaite phrase pour définir la mission et la volonté qui poussent ces dessinateurs de l’extrême à ne jamais lâcher leurs crayons. Ils ont pour mission d’appuyer là où ça fait mal et peu importe si pour cela ils risquent parfois très gros. Ce sont des provocateurs, des agitateurs. Pour amplifier cet aspect et son impact, la cinéaste décide de se focaliser tour à tour sur chacun d’entre eux. La forme est certes classique, mais efficace. Le message est simple et beau : ils rêvent tous d’un monde où l’on pourrait dire/dessiner ce que l’on pense et souhaite en toute liberté.

Soldats de la liberté

Parcourir 12 pays aussi différents que la Chine, la France, la Russie, le Burkina Faso ou encore le Venezuela permet aux spectateurs de mettre en perspective les différents contextes dans lesquels les journalistes travaillent. On se rend compte que la censure n’est jamais la même, mais demeure toujours présente à un degré plus ou moins élevé. Caricaturistes nous permet de découvrir des artistes bourrés d’un courage à la hauteur de leur talent. Et la cinéaste parvient même à faire en sorte que l’on s’attache à certains d’entre eux. On a ainsi Zlatovsky, d’origine russe, qui est obligé de faire le chauffeur de taxi au noir pour gagner sa vie. On a Boligan au Mexique qui ne peut ni parler du président, ni de l’armée et ni de la vierge de Guadaloupe, et qui ne compte plus les menaces. On a aussi Willis, derrière ce pseudo se cache une femme tunisienne qui a débuté au moment de la révolution de 2010.

Ils sont en première ligne, tels des fantassins lors d’une guerre. Cible principale des politiciens, de l’armée ou des forces spéciales tout cela pour quelques coups de crayons. Car oui, le crayon est, comme le répète ce documentaire, probablement la plus puissante des armes. Pourtant, ils n’attaquent pas, ils se contentent de dire, de dénoncer, de combattre par l’humour une réalité parfois bien trop sombre. Ce documentaire rend brillamment hommage à ces “soldats” de la liberté.

Retrouvez les blogs de certains des caricaturistes :

Willis From Tunis

Boligan 

 Zlatovsky 

Rayma

Danziger

Glez

Le site de Cartooning for Peace

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

Laisser un commentaire