China Blue

08/01/11 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags :

A l’intérieur d’une fabrique de jeans chinoise, personne ne vous entendra hurler…
Comment travaille-t-on en Chine ? Que se cache-t-il derrière le miracle économique chinois ? En 2011, qui n’en a pas sa petite idée ? A première vue, China Blue – tourné en 2005 – ne s’impose pas plus qu’un bon reportage d’Envoyé Spécial. Pression des commanditaires occidentaux pour avoir le moins cher possible, protection des salariés quasi inexistante, pragmatisme des patrons… tout ça, on connaît.

Mais le réalisateur a choisi de suivre pendant de longs mois des employées d’une usine de jeans – dont certaines à peine âgées de 13 ans – tout en plantant aussi sa caméra dans le bureau du patron. D’un côté donc, Jasmin, 17 ans, fraîchement débarquée de sa campagne, fait son dur apprentissage avec Jade, 14 ans, pour 5 centimes de l’heure, à coudre des jeans pour des grandes marques. De l’autre, le chef M. Lam, ex rural, ex chef de la police, autodidacte, la bienveillance incarnée : « [Ces campagnards], ils ont 20 ans de retard, ils ne sont pas capables d’être autonomes ni de se comporter dignement. Moi, je fais un métier épuisant, les gens croient que je vais dans des restaus chics pour le plaisir ».

Jasmin enchaînera les jours de boulot (sept semaines sans un jour de congé), les heures sup’, dépassant parfois le tour du cadran, attendra des mois sa première paye de 50 euros… pour la voir non seulement amputée d’une amende pour être sortie sans autorisation du dortoir (sa seule sortie en un trimestre, pour aller chercher des médicaments !), mais purement et simplement confisquée en caution par son employeur, pour éviter qu’elle ne s’en aille. M Lam, lui, roule en Merco, fait baisser la paie des employés, ces filous « qui tueraient pour quelques centimes », tout en déclarant sagement : « si j’étais employé, j’aurais le point de vue d’un employé… ».

Le film n’a pas l’indignation facile pour autant, préfère l’extraordinaire du quotidien des ouvriers chinois (jusque dans leurs familles, nous éclairant sur la ruralité chinoise) à la banalité de l’expertise économique et syndicale – quand bien même, au détour de brèves conversations avec des militants des droits de l’homme, des acheteurs occidentaux ou avec un inspecteur du travail (« Les entreprises locales et leurs clientes multinationales jouent la comédie sur les conditions de travail »), impossible de rester indifférent.

C’est à ça qu’a dû ressembler notre révolution industrielle. C’est à ça que devraient ressembler tous les reportages d’Envoyé Spécial.


China Blue
envoyé par editionsmontparnasse

Documentaire de Micha X. Peled, durée 1h28, DVD éditions Montparnasse.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire