CINEMA DES ANTIPODES 2013 : Last Dance / Mystery Road

18/10/13 par  |  publié dans : Cinéma | Tags : ,

header

Les années défilent et certaines choses demeurent immuables. À Saint Tropez, l’arrière-saison a un relent d’été. Quelques échoppes cossues affichent des réductions phénoménales pour ceux qui possèdent un yacht dans la rade, l’appareil des tartes tropéziennes se fige entre deux croûtes qui furent appelées brioches, les ménagères s’habillent toujours en poules de luxe, et les boulistes s’acharnent à faire des carreaux sur la Place des Lices. C’est dans ce contexte radieux et sous un soleil bienveillant que le Quinzième Festival des Antipodes nous accueille une nouvelle fois. Et cette année, six films sont en compétition. Trois sont australiens et les trois autres néo-zélandais. On ne comprend pas encore pourquoi le cinéma des Antipodes est boudé par les distributeurs et par la presse. It’s a long way to the theatre if you want to do movies !

JEUDI 17 OCTOBRE

Et tout de suite, qui fait partie du jury cette année ? La Présidente n’est autre que Radha Mitchell, l’actrice de Melinda, Melinda, Neverland et encore Silent Hill. Patrick Braoudé, Vahina Giocante, Frédéric Gorny et Daniel Nettheim (The Hunter) vont l’épauler dans cette mission.

LAST DANCE de David Pulbrook

Sadiq Mohammad, un jeune Palestinien, est pourchassé par la police, suite à un attentat dans une mosquée. Blessé, il force Ulah Lippman, une vieille juive à l’héberger chez elle. Les relations entre le jeune homme endoctriné et l’ancienne rescapée de l’Holocauste vont se transformer peu à peu en syndrome de Stockholm. Idéologie, foi, liberté, vengeance, amour et compassion, ces sentiments exacerbés par des décennies de haine peuvent-ils cohabiter dans notre monde actuel ?

lastdance

Limite huit clos, Last Dance vaut surtout par l’interprétation de Firass Dirani (Pitch Black, Underbelly) et de Julia Blake. Le sujet est malheureusement traité de façon conventionnelle. On ne sort pas des terrains battus et parfois la corde sensible tirée n’est pas la meilleure des bienvenues (la valse allemande par exemple). On ne sera pas regardant sur les incohérences de certaines images ou du scénario, ayant deviné depuis le début la fin de l’issue. On espère que ce film mettra en lumière le beau et ténébreux acteur Firass Dirani, acteur australien d’origine libanaise.

MYSTERY ROAD de Ivan Sven

Un road train roule sur une route de l’outback sur fond de crépuscule miraculeux. À la faveur d’une halte, son conducteur découvre le cadavre d’une jeune aborigène égorgée abandonnée sous une canalisation. Les policiers blancs s’en lavent les mains et confient l’enquête à Jay Swan, un policier du cru, revenu depuis peu dans sa ville. Peu à peu, Jay Swan découvre le chant du cygne de sa petite cité corrompue par la drogue et la prostitution. Le jeune policier l’ayant précédé a trouvé la mort en voulant démêler l’écheveau. Qu’en sera-t-il pour lui ?

mysteryroad

Il y a eu Impitoyable aux USA, il y aura Mystery Road en Australie. Thriller lent, pesant et crépusculaire, le film d’Ivan Sven étudie la fin d’un monde et le début d’un autre. Des paysages somptueux, une lumière remarquable et une étude sans concession de portraits locaux donnent une couleur notable au film. Si la lenteur de l’intrigue peut être insupportable pour certains, d’autres verront dans la fusillade finale une originalité jamais vue, même dans les meilleurs films de Tarantino. Au passage, on notera la présence au générique de Ryan Kwanten, le Jason Stackhouse de True Blood.

En savoir plus :
* http://www.festivaldesantipodes.org/
* http://www.envrak.fr/tag/antipodes/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire