Cinévrak : De Wes Anderson aux Zombies

03/04/13 par  |  publié dans : Cinéma, Médias | Tags : ,

walking-dead

ANDERSON OUVRE SON HÔTEL

Le prochain film de Wes Anderson se déroulera entre les années 30 et les années 60, s’appellera The Grand Budapest Hotel et rendra hommage à Billy Wilder et Ernst Lubitsch. Jusque là rien de bien nouveau pour ceux qui auraient suivi de près l’actu du cinéaste. Le tournage a débuté et on y croise sur le plateau un casting à rendre dingue n’importe quels cinéphiles : Ralph Fiennes, Jude Law, Saoirse Ronan, Edward Norton, Tilda Swinton, Bill Murray, Adrien Brody, Owen Wilson, Willem Dafoe, Harvey Keitel, Jeff Goldblum, Jason Schwartzman, F. Murray Abraham, Bob Balaban ou encore Mathieu Amalric. A présent, il est temps d’en apprendre un peu plus sur l’histoire. Wes Anderson contera les aventures d’un concierge légendaire (Ralph Fiennes) dans un célèbre hôtel durant l’entre deux guerres. Autour de ce récit : un vol de peinture de la Renaissance, une bataille liée à un héritage, une amitié entre le concierge et son protégé, le tout sur fond de bouleversements sociaux en Europe. Au final, les ingrédients pour faire de cette fresque historique un bon film indé à la sauce Anderson, comme on les aime.

DU GRAND AU PETIT ECRAN

Quand deux (très) grands films se déclinent en série télé, on tremble, et on se demande si les scénaristes commencent à manquer d’imagination.

Depuis un an, la rumeur de l’adaptation de Fargo des frères Coen faisait frémir les fans. Le feu vert a été officiellement donné par la chaîne FX : Fargo deviendra une mini-série (ou comment limiter la casse) avec un nombre d’épisodes précis défini en amont. La présence des frères Coen à la production s’avère toutefois rassurante. Le tout devrait démarrer cet hiver pour une diffusion au printemps 2014.

C’est ensuite au Gangs of New York de Martin Scorsese de devenir une série. L’histoire s’inspirera des événements du film mais ne se cantonnera pas à New York (du coup le titre n’a plus vraiment de sens…). Il s’agira de dépeindre la naissance du crime organisé à travers les États-Unis, une sorte de “Gangs of America” qui n’aura plus grand chose à voir avec le scénario de base. Pour l’instant, aucune chaîne n’a manifesté son intérêt pour le projet.

DES IMAGES QUI FONT RÊVER… (OU PAS)

Tourné en secret en Grèce, Before Midnight est la troisième collaboration entre Richard Linklater, Ethan Hawke et Julie Delpy. Neuf ans après Before Sunset et 18 ans après Before Sunrise, on sait enfin que les deux héros sont toujours ensemble et devenus parents. Leurs vacances en famille, et en Grèce, vont leur permettre de faire le point sur leur relation, car oui, entre eux le bonheur simple n’existe pas. Les images sont prometteuses et raviront les fans des deux premiers opus. Vivement la sortie en salles le 26 juin prochain.

Rien à voir, mais vraiment rien à voir avec la vidéo précédente, puisque voici la première bande-annonce de The Wolverine. Serait-ce enfin le film digne de ce nom pour l’un des X-Men les plus emblématiques ? Premier bon point, James Mangold s’inspire du comic de Frank Miller et Chris Claremont pour son scénario, même s’il se permet quelques digressions en emmenant Logan au Japon où il pourrait enfin se débarrasser de son immortalité. Si les images nous laissent à penser que l’histoire d’amour entre Mariko (fille d’un chef Yakuza) et Logan pourrait être mise en scène, on se focalise plus sur la nouvelle transformation du X-Men. Au final, on fait face à de l’action sauce L’Homme Bicentenaire d’Asimov. On lui laisse donc – presque – le bénéfice du doute et on ira le découvrir en salles le 24 juillet.

On ne dira jamais assez tout le mal qu’on pense des remakes, surtout ceux de nos films préférés. A nos yeux, Evil Dead, le premier film de Sam Raimi (1982), atteignait la perfection. Maintes fois imité, maintes fois inégalé, le film est resté une référence dans le genre. Et nul doute qu’il le restera, malgré les efforts déployés par le jeune réalisateur Fede Alvarez, pour nous faire oublier qui est le maître. On ne va pas se mentir : les premières images de ce Evil Dead nouvelle génération – dont on nous jure qu’il ne comporte QUE des effets spéciaux artisanaux – sont très très alléchantes. Mais même si Alvarez veut nous faire croire que le film n’est pas vraiment un remake (“parce que tu comprends, la fin est différente, t’as vu”), on a quand même la sale impression d’avoir affaire à un copier coller. A quoi bon ? Petite consolation : si ce truc marche en salle, Sam Raimi réalisera lui-même (et sans CGI, on espère) le quatrième opus de la saga. On est d’accord, c’est du chantage. Mais le jeu en vaut peut-être la chandelle. Alors on serre les fesses (et pour les plus sensibles, on ferme les yeux) et on y va.

(Bande-annonce déconseillée aux âmes sensibles)

R.I.P

1364560435_richard-griffiths-articleRichard Griffiths, connu pour avoir incarné l’Oncle d’Harry Potter, est décédé le 28 mars des suites d’une complication post-opératoire. Hospitalisé pour une chirurgie cardiaque, il était âgé de 65ans. Ayant d’abord sévi sur les planches, Richard Griffiths a tourné dans de nombreux films (Ghandi, Greystoke…) et séries britanniques comme Pie in the Sky. C’est cependant sa participation à la saga de J.K. Rowling qui a rendu son visage célèbre dans le monde entier. Daniel Radcliffe, qui lui avait aussi donné la réplique au théâtre dans Equus, se rappelle que “ses encouragements, son soutien et son humour faisaient du travail une joie”.

Les fans d’Harry Potter n’ont certainement jamais entendu parler de Jess Franco, réalisateur madrilène underground ayant dans les années 70, fessé de la cuisse en abondance dans des WIP (Women in Prison, sous-genre bis érotico transgressif) hyper cultes (99 women, Quartier des Femmes, Sadomania, Des Femmes pour le Bloc 9…). On se souvient aussi de ses films fantastiques tout aussi fauchés et tout aussi jouissifs, en particulier La Fille de Dracula (1972). Grand fan de jazz – il en inondait le moindre de ses plans – Jess Franco, plus proche de Jean Rollin que de Russ Meyer (hélas pour lui), à l’âge de 82 ans, a rejoint hier sa muse, l’amour de sa vie, l’actrice Lina Romay, décédée il y a un an. Ça va pas être triste, là haut…

jessfranco

Il était comme ça, Jess Franco. Il aimait bien les femmes. Et ça se voyait.

ET LE PETIT ECRAN ALORS ? SPOILER ALERT

La saison 3 de Walking Dead vient de se terminer et il faut bien le reconnaître, c’est un soulagement. Sérieusement, cette saison était un brin pathétique. Molle du genou, la deuxième partie de saison a bien failli achever plus d’un fan. Entre les passages provoquant des bâillements en série et les épisodes faisant office de somnifère, on avait plutôt hâte que le Gouverneur se décide à lancer l’assaut final. Au final, le plus gros défaut de cette saison est de s’écarter encore et toujours plus des comics. Quelle erreur ! Les fans de l’œuvre d’Adlard et Kirkman comprendront le malaise qu’on a en voyant Andréa dans les bras du Gouverneur, Tyrese réduit à quelques apparitions ou encore Michonne dans la peau d’une jalouse qui veut juste récupérer sa copine… Autant la série a su donner de l’ampleur à des personnages comme Daryl (rhaaaa pause midinette) ou Carol. Autant certains choix scénaristiques paraissent complètement aberrant. Laurie Holden (Andrea) en aurait-elle eu marre de la série ? Le fait d’avoir fait de Sophia un zombie aurait-il choqué l’Amérique puritaine au point de sauver le bébé de Rick ? Difficile de comprendre la logique dans tout cela. Reste à attendre les 16 épisodes de la quatrième saison à l’automne 2013, qui on l’espère aura plus de patate.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire