Dance of the dead

01/06/09 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : , ,

A ceux qui pensaient que l’hilarant Shaun of the dead, d’Edgar Wright, n’était qu’une exception, on conseille de se procurer le premier long-métrage du réalisateur américain Gregg Bishop, qui lui aussi décide de donner une seconde jeunesse aux déterrés par le biais de l’humour potache. Et ça tombe bien : de potaches*, il est fortement question dans Dance of the dead, où les lycéens de Cosa High s’apprêtent à participer au bal de fin d’année. Alors que les garçons partent chasser la cavalière, les filles retournent leur garde-robe. Les morts, eux, sortent de leurs tombes. Direction… le bal de la promo, bien entendu, potentiel garde-manger où la chair fraiche abonde, et d’où ont été exclus les geeks, les cancres et les cocus. C’est donc entre leurs mains que repose l’avenir de la ville, voire davantage. Car James, le héros du film, l’a bien compris : “si on ne sauve pas la promo, le monde entier va y passer!”. Ces répliques-là foisonnent dans Dance of the dead, long-métrage ultra-indépendant filmé avec des moyens ridicules auxquels pallie une inventivité à toute épreuve.

Bishop place la barre à mi-chemin entre la série Sauvés par le gong et Carrie au bal du diable, morts-vivants en sus. Malgré d’énormes défauts – abus de filtres verts, maquillage pas toujours convaincant – le réalisateur déballe quelques trouvailles de génie. Première bonne nouvelle : les acteurs ont l’âge des protagonistes, et certains se payent le luxe d’être bons. Deuxième bonne nouvelle : les personnages, délibérément caricaturaux – les bigleux fans de SF, la blonde stupide (“Une machette? Je ne sais pas tirer, avec une machette!”), le bad boy qui a redoublé trois fois, les musicos qui carburent aux spliffs – débitent à la minute des dialogues à mourir de rire, certaines scènes convoquant même un humour à la Monty Python (l’ancien militaire surarmé décimant à la mitraillette un attroupement de zombies mélomanes, ou le prof de bio attaqué par les grenouilles mortes qu’il fait disséquer par ses élèves). Quid de l’horreur et des effets gores, alors, se demanderont les aficionados du genre? S’il n’a pas vocation à effrayer le spectateur, ce B-movie sans prétention n’oublie pas de faire honneur aux codes en vigueur, à l’occasion d’une scène d’étripage (un peu attendue, certes) et d’un joli baiser bien crado entre deux jeunes zombies fougueux. Pour le reste, Romero – qui n’a pas souvent envie de rire – n’a pas à craindre le régicide. Dance of the dead, ses ados remontés à bloc, ses morts-vivants rigolos et ses effets spéciaux (inventifs et réussis) relevant de l’artisanat (il faut les voir, les zombies, bondir de leurs tombes comme boostés par un gigantesque et invisible coup de pied au cul), est une excellente surprise, à découvrir séance tenante malgré son statut peu enviable de DTV (direct to video). Cheap, oui, mais très marrant, et de bon augure on l’espère pour la carrière naissante de Gregg Bishop.

Quant aux bonus DVD, on se réjouit que l’éditeur Free Dolphin ait préféré un vrai (bon) making-of à quelques featurettes inutiles. L’occasion d’en savoir plus sur la réalisation de certains effets spéciaux – les morts sortant des tombes, notamment, doublés par des cascadeurs propulsés par un système de poulies – et des maquillages. Les témoignages des acteurs et quelques scènes coupées complètent le tout.
* Dans le jargon scolaire, le mot “potache” désigne un collégien ou un lycéen.

En DVD depuis le 19 mai.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire