[Dossier] PIFFF2013

26/11/13 par  |  publié dans : Cinéma | Tags : , , , , ,

Le Paris International Fantastic Film Festival vient de se terminer après 6 jours de projections. Retrouvez tous nos articles dans un seul dossier (en cliquant sur les images). Et débrouillez-vous pour voir The Battery, notre coup de cœur de cette édition 2013.

JOUR 1 : ALEX DE LA IGLESIA ENSORCELLE LE PIFFF

Invité le soir de l’ouverture pour présenter lui-même son nouveau film, Alex de la Iglesia prévient le public du festival : “Les Sorcières de Zugarramurdi est un mauvais film ! Je l’ai fait à mon image“. Comprendre : bordélique, barré, grotesque, hilarant, inclassable. Mais “mauvais”, ça, non.

sorcieres
(cliquez sur l’image pour lire l’article)

JOUR 2 : ENTRE DEUX FILMS CONTEMPLATIFS, STUART GORDON NOUS RE-ANIME

Love Eternal, de Brendan Muldowney, peine à nous convaincre malgré de jolies images de fleurs qui s’ouvrent et de femmes qui souffrent. Au second jour seulement, The Battery, de Jeremy Gardner, s’impose à nos yeux comme LE film du PIFFF2013. Entre les deux, le classique Re-Animator affiche une étonnante fraîcheur plus de 30 ans après sa sortie.

The-Battery-Still-2
(cliquez sur l’image pour lire l’article)

JOUR 3 : DES VAMPIRES, DES HOMMES ET DES OURS

Animals, de Marçal Fores, a enfin fait son chemin dans notre tête. On a aimé, même si la tristesse qui s’en dégage n’aide pas à surmonter la grisaille ambiante. All Cheerleaders Die, le film le plus con de la programmation, déçoit pas mal de festivaliers tandis que Byzantium de Neil Jordan, tient toutes ses promesses, sauf celle de sortir sur les écrans (en DVD en janvier prochain. Injustice). En milieu d’après-midi, on découvre un impressionnant film de répertoire : Seconds, de John Frankenheimer. Sublime et cauchemardesque.

Byzantium_Photo 1
(cliquez sur l’image pour lire l’article)

JOUR 4 : LE CINÉMA AVEC DES BAGUETTES

Un spécial Japon aujourd’hui, avec le dernier Kurosawa, Real, beaucoup trop long pour subjuguer malgré un sujet magnifique. On découvre Perfect Blue et on ne regrette rien. Plus de 15 ans après sa sortie, l’anime de Satoshi Kon glace le sang et fait passer Aronofsky pour un amateur. Plus tard dans la soirée, HK Forbidden Super Hero plie la salle (et les culottes) en deux. Toute japonaiserie mise à part, Odd Thomas se fait cuisiner par Jean-Philippe.

Odd-Thomas-Bodach
(cliquez sur l’image pour lire l’article)

JOUR 5 : L’ÉTRANGE FILM DE CATTET-FORZANI

L’Étrange Couleur des Larmes de ton Corps fait salle comble en dépit de son approche très expérimentale du giallo. On adhère malgré l’agressivité ambiante et les tympans qui morflent. Le huis-clos de EL Katz, Cheap Thrills, ne nous emporte pas malgré quelques fulgurances comiques et un casting inspiré. Carrie, La Vengeance, de Kimberly Pierce, est une honte. Les classiques qui lui succèdent lors de la nuit Stephen King, relèvent heureusement le niveau.

l-etrange-couleur-des-larmes-de-ton-corps
(cliquez sur l’image pour lire l’article)

JOUR 6 : LE BUSH, C’EST SYMPA…

Aujourd’hui, on organise son voyage retour. Au choix : on se fait cramer par une communauté de fous furieux sur une petite île écossaise, ou on se fait ouvrir en deux par un psychopathe dans le désert australien. On a tenté les deux, on en est revenu, mais on a souffert. The Wicker Man et Wolf Creek 2, deux des meilleurs films du PIFFF2013, clôturent le festival, qui révèle son palmarès un tout petit peu décevant.

Wolf-Creek-2
(cliquez sur l’image pour lire l’article)

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire