4 mois 3 semaines et 2 jours, Caché, Les Infiltrés

01/04/08 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : ,

Des remakes, des ressorties et des super-chiens: ce que le mois d’avril nous réserve au rayon DVD.
Ce mois-ci, quelques éditeurs blagueurs (c’est de saison) ont décidé de ne pas se fouler et de faire dans la ressortie plutôt que la nouveauté. Il faut dire que l’actualité DVD sera pauvre pour les 30 jours à venir. Seul le lauréat de la palme d’or 2007 va créer l’évènement. Et pour ceux qui avaient décidé de rigoler en avril, c’est mort. Heureusement qu’on a du chien qui vole et du remake bourré de testostérone en attendant le toujours quantitatif et qualitatif mois de mai.

Baby blues

Roumanie, 1987: l’avortement est un crime, sévèrement puni par la loi. La jeune Gabita doit pourtant se débarasser de l’enfant qu’elle porte. Avec l’aide de son amie Otilia, elle fait appel à Monsieur Bébé.
Le réalisateur Cristian Mungiu opte pour l’ultra réalisme – caméra à l’épaule, lumière crade – plonge ses personnages dans un enfer de 15 mètres carré (une chambre d’hotel) et atteint parfois la frontière du thriller. Eprouvant.
Une légende très persistante raconte que durant la projection de 4 mois 3 semaines et 2 jours à Cannes, une femme s’est évanouie lors de la scène de l’avortement. Une autre légende raconte que les frères Coen méritaient une palme pour No Country for Old Men mais visiblement les membres du jury n’ont pas vu le film.
En DVD (simple ou collector) le 3 avril, avec des bonus embryonnesques.

Les deux protagonistes de 4 mois… engagées dans une voie sans issue

Flic ou voyou?

Remake inutile mais bien ficelé du sublime Infernal Affairs (Andrew Lau), Les Infiltrés ne manque pas de qualités, sans être un long-métrage phare de l’oeuvre bien batie de Martin Scorsese. Ce dernier malmène deux des acteurs les plus têtes à claques du cinéma américain (Damon et Di Caprio) au détour de scènes bien viriles d’où se détachent Nicholson et Wahlberg (au risque de me facher avec le fan club de Leonardooooo, pas assez mûr pour se mettre dans la peau de personnages âgés de plus de 20 ans). L’histoire, elle, se résume à un banal: “un flic chez les truands, un truand chez les flics. Ca va charcler”. On n’en demande pas plus.
En DVD Blu-Ray le 24 avril, avec des bonus qui flinguent pas des masses, vu qu’il y en a zéro.

On ne fait pas d’omelette…

Haneke superstar. Alors que sa photocopie américaine – largement boycottable – de Funny Games sort sur les écrans, l’original fait peau neuve en DVD. A la limite du métaphysique, à la frontière de l’insoutenable, le film, conspué par les festivaliers à Cannes en 1997, interroge le spectateur sur son propre rapport à l’image à travers un exercice brillant de mise en scène et via les souffrances endurées par les membres d’une famille torturés par deux jeunes sadiques venus leur demander… des oeufs. On crie au chef d’oeuvre ou on vomit dessus, c’est selon.
Cardiaques et végétaliens s’abstenir.
En DVD le 10 avril, avec quelques bonus pas très violents (interview du réalisateur, point barre).

Funny Games, de Michael Haneke: un film brillant, essentiel et… insupportable

Ta tronche en VHS

Haneke VRAIMENT superstar. Un homme reçoit des films clandestins en vidéo, où on le voit avec sa famille, ainsi que des dessins inquiétants. Le contenu des cassettes devient de plus en plus personnel, les dessins de plus en plus morbides. La police n’intervient pas, minimisant la menace que constituent ces mystérieux colis. L’angoisse s’installe.
A l’instar de son frand frère Funny Games, Caché sort lui aussi en DVD, mais avec une pléthore de bonus (portraits, interviews, making of…) qui font honneur à ce long-métrage froid et passionnant où Daniel Auteuil fait des miracles. Sans doute le film le plus accessible du réalisateur autrichien. A conseiller aux néophytes.
En DVD le 19 avril, avec trois heures de bonus pas cachés.

Daniel Auteuil et Juliette Binoche: raccrochez, c’est une horreur

Elle jouait du piano couchée

Haneke président. Et de trois, donc, avec la réédition de La Pianiste, où Isabelle Huppert donne corps à un personnage jusqu’au boutiste: Erika, qui enseigne le piano au conservatoire de Vienne, fréquente les peep-shows et les cinémas porno, pratique le voyeurisme et s’automutile par plaisir masochiste. Elle noue une relation passionnée avec l’un de ses élèves (Benoit Magimel). Fleurs bleues, passez votre chemin, La Pianiste ne fait pas dans la dentelle, et offre à ses interprètes des rôles qui ont d’ores et déjà marqué leurs carrières respectives.
En DVD le 10 avril, avec peut-être des bonus. On sait pas.

Ouaf ouaf

Un chien tout ce qu’il y a de plus chien se retrouve doté de super pouvoirs par accident. Il est donc obligé de porter un costume, et en plus, il parle. Il va en profiter pour protéger les citoyens de Capitol City du redoutable Professeur Simon Barsinister. En chemin, il décide de séduire une petite épagneule.
Ce film existe, il s’appelle Underdog, et ça n’est pas une blague. On y retrouve même Jason Lee (membre permanent de la bande de Kevin Smith), qui devait avoir de sérieux problèmes de pognon pour se retrouver là dedans. Mais après Mungiu, Scorsese et Haneke, faut bien rigoler.
En DVD le 9 avril, avec des bonus vraiment débiles (bétisier, clip, scènes coupées…)

En attendant le prochain Batman…

Les DVD du mois de mars, c’est par

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

3 commentaires

    Diana  | 10/04/08 à 11:08

  • J’ai détesté 4 mois 3 semaines et 2 jours du fond du cœur. Même si j’aime beaucoup la Roumanie, je dois reconnaitre que le cinéma n’est pas le point fort des roumains et je ne comprends pas que ce film ait reçu la palme!

  • Engy  | 10/04/08 à 11:39

  • Il l’a surement eu parce qu’il était dérangeant/différent/intéressant. Il dépeint un pays, une époque, une situation de manière réaliste. Il a des actrices qui nous parlent (du moins la blonde m’a touché) et il est sans fioritures…

  • PetitJambon  | 13/04/08 à 03:52

  • Curieux film que celui ci, un blockbuster du film d’auteur qui contient à la fois tout ce qu’on aime ou qu’on reproche au genre.

    Sujet dur ou film de dépressif ?
    Jeu d’acteurs naturaliste ou acteurs pas attachants ?
    Mise en scène épurée, frontale, impression de réel ou mise en scène chiante ?
    Emouvant ou repoussant ?
    On aime ou on déteste. Pour ma part j’ai aimé, et oui, la blonde est exceptionnelle.

Laisser un commentaire