Noé dans le Pathé

02/12/10 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : ,

John Woo fait le mariole, David Lynch fait court, Ron Fricke fait de belles images et Gaspar Noé fait le mort.
Ce mois-ci, c’est pas parce que c’est Noël qu’on va vous vendre du divertissement niais. On laissera donc aux uns le loisir de débattre sur l’utilité d’acquérir les galettes de The expandables et Blonde movie pendant que les autres se rueront sur les DVD de Enter the void ou Baraka. Quant à Inception, on vous en a déjà parlé.

Mort, mais pas trop

Si vous faites partie de ceux qui n’ont pas réussi à voir Seul contre tous et Irréversible jusqu’au bout, vous feriez mieux de passer au paragraphe suivant, car Enter the void n’est pas pour vous. Quant aux autres : accrochez-vous, car vous n’avez jamais vu ça. Sous prétexte d’adopter le point de vue d’une âme, Gaspar Noé se permet tout. La caméra ne touche jamais le sol, s’immisce dans les moindres recoins de Tokyo – jusque dans le corps de l’actrice – subit des envolées vertigineuses et donne à Noé l’occasion de rappeler qu’il est l’un des plus grands démiurges du 20ème siècle. Epaulé par Benoit Débie (un grand, très grand directeur photo) et Marc Caro (un grand, un immense directeur artistique), Noé signe un mélo psychédélique si parfait techniquement qu’on pourrait, paradoxalement, lui reprocher de manquer d’âme.

Le générique d’Enter the void. Un véritable tour de force.

David Lynch : quelques minutes d’étrangeté

Les courts-métrages de David Lynch, c’est comme les longs-métrages de David Lynch, mais en court. On y trouve donc : six hommes dessinés qui vomissent de l’encre au son d’une sirène, un enfant qui sort de terre, une femme amputée des deux jambes en train de faire ses mots croisés, un alphabet cauchemardesque ou encore une minute d’images filmées avec la caméra des frères Lumière. C’est du David Lynch, quoi. Et c’est chez mk2.

Six men getting sick : ça a l’air étrange, là comme ça. En fait, ça l’est.

Baraka : une ode à la beauté du monde

Il fallait bien que ça arrive : le documentaire de Ron Fricke, Baraka (1992) possède enfin sa version collector, et son Blu-Ray. Outre une nouvelle mise en valeur des sublimes images filmées par Fricke, le véritable événement vient essentiellement de la présence, parmi les bonus, d’un making-of de plus d’une heure. Tourné en 70 mm par une équipe de trois personnes pendant plus d’un an à travers le monde, Baraka offre un spectacle fascinant, méditatif et surtout, muet : celui de la beauté de la nature, menacée par les actions dévastatrices de l’homme “civilisé”.

Apparement, ce monsieur fête ses 480 ans. Joyeux anniversaire.

Pathérible

Au rayon “n’importe quoi”, je demande le coffret Pathé : pour la modique somme de 149,99 euros, vous pourrez ainsi retrouver dans une même (grosse) boite quelques films parmi les plus insipides de ces dernières années : Showgirls, Camping 2, Bienvenue chez les ch’tis, L’amant…, mais aussi – heureusement – de vrais bons films, avec de vrais acteurs et de vrais chefs op dedans, filmés par de vrais réalisateurs : The queen, Amen, The ghost writer, La reine Margot, Lost in translation… 20 films au total, accompagnés d’un 21ème DVD bourré de bandes annonces et un livre de 400 pages (au secours) sur les cinémas Pathé. On a rien trouvé de plus cher et de plus inutile ce mois-ci.

Les cinémas Pathé, ça pue le popcorn et c’est vraiment moche. Alors à la place, on publie la photo de ce joli lapin.

John Woo, un sacré boute en train

Des colombes dans des églises, des scènes d’action filmées au ralenti, des centaines de morts au second plan, des méchants un peu gentils, des flics qui portent des noms de boissons alcoolisées, de la musique classique pour adoucir les meurtres… Le cinéma de John Woo, c’est ça. Mais pas que. Avant d’être le roi des films d’action des-bridés et le cinéaste tristement hollywoodianisé que tout le monde connaît, John Woo réalisait des comédies. Et ça, personne ne le savait. Pas même Envrak. On n’a donc pas vu les films rigolos de Monsieur Woo (réalisés entre 1977 et 1982), mais ça nous intrigue tellement qu’on proclame le coffret “comédies de John Woo” coffret DVD du mois. Bravo HK Vidéo.

Les as de la cambriole, Millionnaires d’un jour, Rendez-vous avec le diable, La course à l’emploi : tout est dans le(s) titre(s).

Les DVD du mois de novembre, c’est par .

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Pas de commentaire

    Jsais pas  | 02/12/10 à 14 h 54 min

  • Merci pour la photo du lapin ! Ca fait du bien !

Laisser un commentaire