Truands, marginaux et enfant sage

01/07/09 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : , , ,

Diane Kruger prend la tangente, Vincent Cassel prend du poids, Yolande Moreau prend les armes, Clint Eastwood prend sa voiture. Vous prendrez bien quelques DVD ?
Entre Love story et Prison break

Un travail lucratif, un mari aimant et un enfant tout blond : Lisa (Diane Kruger) a tout pour être heureuse. Mais un matin, la police débarque et l’arrête, pour le meurtre de sa patronne. Elle en prend pour 20 ans. Persuadé que sa femme est innocente, Julien (Vincent Lindon) décide de la faire évader de prison.

Diane Kruger. Le visage de l’innocence.

Comme son titre ne l’indique pas, Pour elle n’est pas un film romantique, même s’il y est fortement question d’amour fou. Passées les premières minutes – ambiance ami Ricoré – le récit laisse la part belle à l’action. Et si le rythme ne suit pas toujours, si les invraisemblances et la mise en scène souvent peu inspirée ternissent l’ensemble, on s’attache rapidement à ce joli couple improbable, et surtout à ce personnage de mari anéanti interprété avec beaucoup de justesse par Vincent Lindon. Pourquoi regarder Pour elle ? Pour lui.
En DVD depuis le 23 juin, avec des bonus pour nous.

Le DVD public numéro 1

Le voilà enfin au format galette, ce fameux biopic acclamé par le public et encensé par la presse, ce dyptique qui impose enfin Vincent Cassel parmi les tenors, les grands, les césarisés. Inutile de revenir sur ce que le réalisateur Jean-François Richet raconte là-dedans (la vie et le parcours de Jacques Mesrine dans les années 60-70) ni sur l’impressionnante brochette de comédiens qui se succèdent à l’écran (Depardieu, Lanvin, Amalric…)

Vincent Cassel dans le rôle de sa vie.

Signalons simplement la sortie en DVD de ces deux films complémentaires (L’ennemi public numéro 1 et L’instinct de mort disponibles seuls ou en coffret) et rappelons à cette occasion que Hollywood n’a pas le monopole de l’entertainment de qualité et du voyou charismatique.
En DVD le 1er juillet avec des bonus en cavale.

Lou sort de sa case

Alors que les fans attendent avec impatience le tome 5 des aventures de Lou, l’espiègle adolescente entame une toute nouvelle carrière en DVD. Le chat, ma mère et moi, premier volet d’une série vouée à être fructueuse (si les DVD se vendent aussi bien que les BD, en tout cas), conte la vie de Lou aux côtés de sa maman et du chaton qu’elles ont recueilli.

Lou : des librairies aux dvdthèques.

Les lecteurs assidus retrouveront leurs personnages favoris, les petits tracas d’une maman au cœur d’artichaut et de sa fille qui n’attend qu’une seule chose : devenir une adulte. Le tout croqué avec tendresse et fantaisie par le dessinateur Julien Neel et animé par Jérôme Mouscadet.
En DVD le 1er juillet, avec des bulles de bonus.

Les marginaux se rebellent

Le cinéma formaté et consensuel, très peu pour eux. Quand Benoît Delépine et Gustave Kervern, citoyens charismatiques du Groland de canal, s’emparent de la caméra, on peut s’attendre à tout. A Louise Michel, par exemple, dont les personnages – des caricatures de cas sociaux incarnés avec folie par Bouli Lanners et Yolande Moreau – prônent le patronicide pour résoudre les problèmes et combattre les délocalisations.

Leur décision est prise : ils vont buter le patron.

Rejeton mutant du cinéma de Kaurismaki et de celui d’Albert Dupontel (qui apparaît d’ailleurs dans le rôle d’un tueur serbe muet), Louise Michel, entre deux scènes absurdes et trois dialogues à mourir de rire, lance même des pistes de réflexion sur l’identité sexuelle, les névrosés du 11 septembre et la meilleure façon de buter un chien. Respect.
En DVD le 2 juillet avec des bonus consanguins.

Gran Torino : un grand Clint

Clint Eastwood n’a peur de rien. Surtout pas de créer un personnage qui semble n’être qu’une accumulation de clichés : Walt Kowalski, fraîchement veuf, vétéran de la guerre de Corée, irascible, raciste, réactionnaire, intolérant. Évidemment, les apparences peuvent être trompeuses. C’est ce que vont découvrir ses nouveaux voisins, des immigrants Hmong d’Asie du sud-est que Walt déteste instantanément. Une série d’évènements va le pousser à revoir son jugement.

On a retrouvé l’inspecteur Harry ; il est à la retraite.

Le grand Clint réussit tout ce qu’il entreprend, y compris l’auto-destruction de sa propre légende. Le vieillard xénophobe et misanthrope qu’il incarne parvient à redonner vie à l’inspecteur Harry tout en l’expulsant une bonne fois pour toutes dans la tombe. Son Gran Torino pourrait bien être le miroir d’une Amérique dans laquelle Eastwood le républicain ne se reconnaît plus et où Eastwood le cinéaste semble régler ses comptes avec lui-même. On n’est pas loin du chef d’œuvre.
En DVD le 3 juillet, avec des bonus vrombissants.
Les DVD du mois de mai,c’est par

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire