Clint est sur un bateau

02/06/08 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : , , , ,

Ce mois-ci, on ne chôme pas : de l’Italie aux États-Unis en passant par l’Angleterre et la Finlande, on s’amusera à dégommer des zombies, manger des tartes, mettre des robes à paillettes, acheter des bateaux et aboyer. Emploi du temps chargé, on vous dit.

Will Smith contre le reste du monde

Un virus décime la quasi totalité de la population mondiale. À New York, il ne reste plus que Robert Neville et sa chienne. Heureusement, Robert est un scientifique, et il planche sur la recette d’un antidote. Ce qui pourrait sembler crétin au premier abord, puisqu’il ne reste plus personne à soigner. Du moins, c’est ce qu’on croit. Adaptation du roman d’anticipation écrit en 1954 par Richard Matheson, Je suis une Légende, de Francis Lawrence, est l’un des films les plus frustrants de l’année. Malgré quelques plans d’ensemble spectaculaires (les rues de New York entièrement vides) et une angoisse plutôt bien distillée, on reste de marbre face aux infectés pas crédibles et vraiment pas effrayants (entièrement créés par ordinateur, bravo les gars, c’est sympa pour les figurants au chômage) et les bondieuseries pénibles agacent sérieusement. Je suis une Légende présente donc peu d’intérêt, sauf pour les fans de Will, décidément très visuel. À lire ici, la critique d’Engy.
En double DVD collector le 19 juin, avec des bonus apocalyptiques (fin alternative, films d’animation, documentaire…)

Will Smith et son berger allemand, seuls au monde… ou presque

Tu vas te prendre une tarte

Après 2046, Wong Kar Wai quitte momentanément Hong Kong pour tourner aux États-Unis My Blueberry Nights, road movie esthétisant dans lequel Norah Jones (beaucoup plus convaincante derrière un micro que devant une caméra) partage ses peines de cœur avec Jude Law dans le bar d’icelui, puis parcourt des centaines de kilomètres, rencontre des tas de personnages, s’apitoie sur son sort et joue au poker, pour finalement revenir en arrière et manger une tarte aux myrtilles avec Jude Law, qui est peut-être bien l’homme de sa vie, on sait pas. Dit comme ça, ça a l’air débile, mais en fait c’est beau. Juste beau. Un peu comme In the Mood for Love. Mais en moins bien, quand même…
En double DVD collector le 3 juin, avec des bonus tout sucrés (entretiens et documentaire]

Jude Law et Norah Jones tout mélangés

Oh mon bateauohohoh

Deux frères – Colin Farrel et Ewan MacGregor – aimeraient bien s’offrir le bateau de leurs rêves et partir au large avec un pack de douze. Mais ils n’ont pas assez d’argent. Contre un gros paquet de livres sterling, ils acceptent de rendre un “petit service” à leur oncle richissime. Un petit service qui va se transformer en gros problème.
Quelque part entre Plein Soleil et l’Homme du Picardie, Le Rêve de Cassandre est un film (très) mineur dans la filmographie de Woody Allen, que l’Angleterre inspirait davantage dans Match Point. De ce film-là, dont on devine à l’avance tous les rebondissements, on ne retient que les performances des deux acteurs principaux.
En DVD le 5 juin, avec des bonus qui prennent l’eau (inexistants…)

Colin Farrel et Ewan MacGregor, frères de sang

Go ahead, make my day

Las de jouer les cowboys, le grand Clint change de registre et en 1971, se glisse dans la peau d’Harry Callahan, flic adepte de la manière forte et des méthodes expéditives. Jusqu’en 1988, en cinq films – l’Inspecteur Harry, Magnum Force, L’Inspecteur ne renonce jamais, Le Retour de l’Inspecteur Harry et L’Inspecteur Harry est la Dernière Cible – Eastwood alimente les polémiques autour d’un personnage ambigu aux frontières de l’illégalité, et dont les prises de position sont très claires : les Noirs tuent nos enfants, et les hippies sont des psychopathes. Mais on a le droit de voir là un zeste d’ironie et de deuxième degré.
Les cinq films sortent en DVD le 11 juin en édition Deluxe, avec des bonus qui flinguent tout ce qui bouge

Clint Eastwood, calibré pour le rôle

Kaurisma qui?

Tout simplement l’un des plus grands réalisateurs de ce siècle. Pour fêter les 25 ans de carrière du cinéaste finlandais Aki Kaurismaki, Pyramide Vidéo édite un coffret de 11 DVD abritant précieusement l’intégralité de sa filmographie, soit 15 longs métrages, accompagnés de courts et de clips. L’occasion de découvrir un univers peuplé de magnifiques paumés et de marginaux attachants et où l’humour absurde, les dialogues minimalistes et les cadrages frontaux sont légion. De Shadows in Paradise aux Lumières du Faubourg en passant par La Jeune fille aux Allumettes, Au loin s’en vont les nuages, Les Leningrad Cowboys ou encore L’homme sans Passé, Kaurismaki a bâti une œuvre magistrale. Un coffret indispensable, mais pour l’avoir dans sa dvdthèque, il faut être riche. 125 euros, tout de même…
En coffret DVD le 19 juin, avec des bonus kärsiä astua ulos riisua avata ulostaa takapuoli

Les Lumières du Faubourg (2006) : comme dans un tableau de Norman Rockwell

Je fais ce que je veux, avec mes cheveux

Près de 20 ans après la sortie de Hairspray de John Waters dans les salles, son remake réalisé par le pas très illustre Adam Shankman sort en DVD chez Metropolitan Video. Porté par un Travolta travelo et une Pfeiffer perfide, le film offre le haut de l’affiche à une jeune actrice méconnue – Nikki Blonsky – qui crève l’écran et qui nous la joue fièvre du samedi soir version Maïté. À Envrak, on a cru qu’il s’agissait d’un biopic sur Magali Vaé de la Star Ac, mais on a vite compris que c’était bien mieux que ça. Un film qui donne la pêche, donc, et qui renoue avec la grande tradition des comédies musicales de Broadway sur grand écran.
En double DVD collector le 3 juin, avec des bonus aussi dodus qu’une boule à facettes (karaoké, cours de danse, making of, scènes coupées…)

John Travolta et Nikki Blonsky dans Hairspray : une cuillère pour maman…

I wanna be your dog

Chez Disney, on aime les paradoxes et les questionnements métaphysiques : Dingo est un chien. Pluto aussi est un chien. Mais Dingo, lui, il marche sur ses deux pattes et il parle. Pluto, c’est juste un chien. Il aboie. Et son maître est une souris. Qui parle. À part ça, Pluto est une star, et il fait aujourd’hui l’objet d’un très prestigieux coffret DVD en métal sorti chez Buena Vista dans la collection “Les Trésors de Walt Disney”. Documentaires, naissance et animation du personnage, et surtout, 25 courts métrages réalisés entre 1930 et 1947… Une très belle initiative.
En DVD le 25 juin avec des bonus qui remuent la queue

Allez faire comprendre aux enfants que Pluto a plus de classe que le chien de Télé Z…

DVD of the dead

Ça sent l’opportunisme à plein nez. Alors que Diary of the Dead est sur le point de sortir sur les écrans français, Opening réédite en DVD les premiers volets de la trilogie des morts-vivants de George A. Romero – La Nuit des Morts Vivants (Night of the Living Dead, 1970), Zombie (Dawn of the Dead, 1978) et Le Jour des Morts Vivants (Day of the Dead, 1986) – devenue en 2006 une tétralogie avec Land of the Dead, puis finalement une “polylogie”, avec la sortie imminente, donc, de ce cinquième volet.
On aurait pu se contenter des précédentes éditions, certaines proposant même des bonus passionnants, mais Opening s’en fout, et prend même les fans pour des abrutis, en changeant les visuels des boitiers, certes magnifiques (très beaux dessins de Laurent Melki, spécialiste ès jaquettes de VHS dans les années 80-90) Aucun bonus à se mettre sous la dent. Une belle arnaque.
En DVD le 18 juin, avec des bonus bel et bien morts, eux

Qu’on ne s’y trompe pas : vous ne verrez pas de bonnasses à gros tétés chez Romero

Les DVD du mois de mai, c’est par

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire