Les DVD se font coffrets

02/10/08 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : , , , , , , ,

Octobre sera le mois des coffrets ou ne sera pas. A l’approche des fêtes de fin d’année, les DVD se vendent par deux. Au minimum.
Ce mois-ci, on se fout de la baisse du pouvoir d’achat et on achète ses galettes par paquets. De toute façon, on n’aura pas trop le choix. La preuve :

Johnny be good

Pas moins de 5 DVD dans le coffret consacré à Johnny Depp, avec une sélection très arbitraire : le gothiquissime Sleepy Hollow de Tim Burton y côtoie le très beau Arizona Dream d’Emir Kusturica ou encore le film qui fit exploser le Johnny au grand jour – après sa carrière sur petite lucarne dans 21 Jump StreetCry Baby de John Waters. On y retrouve également les moins bons The man who cried de Sally Potter et La Neuvième Porte de Roman Polanski.
Sortie le 14 octobre

Arizona Dream, d’Emir Kusturica

Poissons, noix de coco et lapins de Troie

Les Monty Python ont eux aussi leur coffret DVD, et ça s’arrose, bloody hell! Si l’incontournable Sacré Graal, narrant à grand renforts de savoureux anachronismes la quête des célèbres chevaliers de la Table Ronde, est évidemment de la partie, on regrette l’absence du génial La Vie de Brian, toujours disponible toutefois chez Columbia Tristar. Le Sens de la Vie, dernier film commun de la troupe, clôt les réjouissances dans un déluge de saynètes inégales mais souvent hilarantes, juste après le moins connu Bandits bandits, voyage dans le temps émaillé de situations absurdes dont les cinq comiques ont le secret. Peu avare en bonus, le coffret propose notamment d’explorer l’esprit d’un poisson ou encore de découvrir les croquis de travail de Terry Gilliam.
Sortie le 14 octobre

Des chevaliers complètement neuneus parcourant le royaume sur des chevaux invisibles

Saignant ou à point?

Toujours aussi blagueur, Univers Sale décide sur un coup de tête de ressortir les aventures d’Hannibal Lecter de derrière les fagots… mais oublie carrément d’insérer dans son coffret le meilleur film de la franchise, en l’occurrence le premier, Le Sixième Sens (Manhunter) de Michael Mann, lui préférant le très mauvais Dragon Rouge de Brett Ratner. Disons-le tout net : ce crime ne restera pas impuni, et pour rendre justice à monsieur Mann, on vous déconseillera ce coffret opportuniste comprenant également le célèbre Silence des agneaux et le pas top Hannibal, pour vous aiguiller vers la seule édition en zone 2 – chez MGM – de ce Sixième Sens qui n’a pas grand chose à voir avec celui de M. Night Shyamalan. Faiblarde au niveau des bonus, mais le film se suffit à lui-même, et ceux qui l’ont vu nous comprendront. Universal, tu pues.
Sortie le 14 octobre

Le Sixième Sens, très beau film de Michael Mann, n’est pas présent dans le coffret Lecter : une honte

La belle paire de Robert

Avant de cabotiner dans des productions hollywoodiennes soi-disant drôles dont on taira les titres par respect pour l’immense acteur qu’il a été, Robert De Niro était une légende vivante, donc. Pour fêter rien du tout, deux éditeurs, oui, DEUX, ont chacun sorti des coffrets consacrés à la star. Universal, d’abord – encore eux – qui ont fait les choses bien; une fois n’est pas coutume. Quatre films dans la boîte, et pas des moindres, puisque l’on y retrouve Voyage au bout de l’enfer, film fleuve de Michael Cimino sur la guerre du Vietnam, ainsi que les Nerfs à Vif de Martin Scorsese, Angel Heart d’Alan Parker et, surprise, Raisons d’Etat, le second long-métrage réalisé par De Niro, qui se plonge dans la vie d’un agent de la CIA incarné par Matt Damon. Le tout saupoudré de quelques bonus, dont les 3/4 sont consacrés au film de Scorsese.
De son côté, la Warner réédite dans un seul packaging trois pièces maîtresses de la filmo de l’acteur, avec le dernier chef d’œuvre de Sergio Leone, Il était une fois en Amérique, ainsi que Les Affranchis de Scorsese et Heat de Michael Mann, qui signait en 1998 la rencontre sur grand écran entre Robert De Niro et Al Pacino.
Joli coup double pour l’acteur italo-américain. Pas de jaloux : on prend les deux.
Sorties le 14 et le 22 octobre

Robert De Niro dans Il était une fois en Amérique

D’un mythe à l’autre

Sans transition, on passe à Al Pacino, qui fait lui aussi l’objet d’un coffret DVD, sorti chez Universal et regroupant trois films : le Scarface de Brian De Palma, où le rêve américain, aux accents baroques, en prend un sacré coup dans le nez, suivi de L’Impasse, du même réalisateur , ou la rédemption impossible d’une petite frappe rangée des voitures – l’un des plus grands films de l’histoire du cinéma, chez Envrak on n’a pas peur des mots. Serpico, de Sidney Lumet, ferme la marche, histoire (vraie) de la chute d’un flic intègre qui subit une lente descente aux enfers après avoir été rejeté par ses pairs.
Une sacrée triplette qui vaut le détour, malgré une quasi absence de bonus sinon ceux qui accompagnent L’Impasse (un making of de 40 minutes).
Sortie le 14 octobre

Serpico : l’histoire vraie d’un flic au bout du roulot

La truffe dans la cocaïne

Encore une blague bien rigolote de Universal, qui édite Scarface dans un second coffret, dont la légitimité est toute approximative puisque outre le film de De Palma, il comporte également celui du français Jan Kounen, le réjouissant et violent Dobermann, sous l’étiquette très batarde de “coffret culte”. Comme on est sympa, on évitera de faire des commentaires.
Sortie le 14 octobre

Vous avez dit “bizarre”?

Studio Canal : un gage de qualité. Les yeux fermés, on court se procurer le coffret David Lynch, l’un des cinéastes les plus emblématiques de ce siècle. Difficile de faire une sélection dans la filmographie quasi parfaite de ce démiurge en quête d’expérimentations filmiques. Canal a tranché et regroupe Une histoire vraie, Mullholland Drive, Elephant Man et Inland Empire autour d’un DVD bombardé de bonus (de nombreuses interviews du cinéaste). Soit un road movie sur tondeuse, les errances d’une comédienne amnésique, l’histoire vraie d’un monstre de foire assoiffé d’amour et la mise en abime d’un film maudit. Idéal pour les néophytes, qui pourront parfaire les connaissances ainsi acquises avec les non moins indispensables Twin Peaks, Fire Walk with me, et Lost Highway, déjà regroupés dans un coffret sorti chez MK2 en mars dernier.
Sortie le 14 octobre

John Hurt sous le masque d’Elephant Man

“Ça va couper, chérie”

Dans la série “les coffrets foutraques”, Opening en remet une couche en sortant dans la même valise trois films regroupés sous l’appellation “coffret horreur“. On veut bien, mais on comprend pas trop la logique de la cohabitation entre le crépusculaire Zombie (Dawn of the dead) d’un côté, et les slashers générationnels Halloween et Scream de l’autre. D’autant que le film culte de Romero, lui, n’a droit à aucun bonus. Autant acheter les trois séparément, Opening ayant en outre gratifié le film de Carpenter d’une édition “spécial 30ème anniversaire” en tout point réjouissante il y a un an tout rond. Quant à Scream, de Wes Craven, on ne saurait que trop vous conseiller d’attendre sagement sa 18ème rediffusion sur TMC. C’est largement suffisant.
Sortie le 8 octobre

On les connaît tous Parker

Jolie initiative de la part de Sony Pictures, qui ressort deux chefs d’œuvre du réalisateur d’Angel Heart, l’Anglais Alan Parker. Si l’on ne présente plus Midnight Express et sa peinture sans concession des conditions pénitentiaires en Turquie, on s’attardera sur le plus méconnu Birdy, portrait magnifique d’un jeune homme qui se prend pour un oiseau et de son ami, revenu défiguré de la guerre du Vietnam. Le film qui révéla Nicolas Cage et Matthew Modine.
Sortie le 8 octobre

Matthew Modine se sent pousser des ailes

Les Coen savent aussi faire rire

Récemment couronnés d’une petite flopée d’oscars pour le sublime No country for old Men, les frères Coen font l’objet d’un coffret réunissant deux de leurs meilleures comédies, The Big Lebowski et O Brother, where art thou?, respectivement apologie de la glandouille et du nihilisme, et évocation country de l’Odyssée d’Homère, emmenée par un George Clooney gominé jusqu’à la moelle. Côté bonus, c’est le second qui remporte le pompon, malgré une édition molle du bulbe (un petit making of, plusieurs bandes annonces et un bonus caché).
sortie le 14 octobre

Steve Buscemi, John Goodman et Jeff Bridges dans The Big Lebowski

Les frites, ça donne des forces

C’est un peu le De Niro de la tatane, alors pas étonnant que lui aussi aie droit à ses deux coffrets automnaux : le génial Jean-Claude Van Damme, roi du marbré, débarque chez Universal avec cinq de ses chefs d’œuvres : Mort Subite de Peter Hyams, Chasse à l’homme de John Woo, Universal Soldier de Roland Emmerich, Jusqu’à la mort de Simon Fellows, et l’étonnant l’Empreinte de la Mort, du Français Philippe Martinez, qui réserve à JCVD de beaux moments d’émotion, larmes à l’appui. De quoi convaincre sur des capacités d’acteur longtemps mises en doutes. Bonne nouvelle : c’est aussi le film qui compte le plus de bonus, et ça n’est que justice.
C’est nettement moins joli à voir chez Metropolitan, qui mise tout sur des films beaucoup moins folichons, soit The Order, Inferno (pas celui de Dario Argento. L’autre), Replicant (qu’on place tout de même au dessus du lot), Point d’Impact et Le Grand tournoi réalisé par Jean-Claude himself.
Sorties le 14 et le 15 octobre

Dans l’Empreinte de la Mort, comme dans tous ses autres films, JCVD joue le rôle d’un type vraiment pas content

C’est du salsepareille au même

Leur seul rapport avec Jean-Claude Van Damme, c’est leur nationalité. Ils ont 50 ans cette année et, pour l’occasion, font la fête dans un coffret DVD sorti chez TF1 vidéo : les Schtroumpfs mettent le dawa dans 4 galettes comprenant le même nombre de dessins animés (pour les connaisseurs: Contes et Légendes, Le Bébé Schtroumpf, Gargamel et Azraël et Amour et Amitié), mais aussi une figurine de 5 cm du Grand Schtroumpf et une toise pour mesurer les enfants. En attendant un cross-over avec les Pokemon, on va bien rigoler cet automne.
Sortie le 16 octobre

C’est bien connu : quand on mange trop de champignons, on voit des Schtroumpfs

Deux fois plus de conneries

On n’a pas pu résister à l’envie de vous faire partager cette nouvelle : l’intégrale de l’irréprochable filmographie du duo de cinéma le plus culte depuis Laurel et Hardy sort en coffret 8 DVD. Que du lourd. Jugez plutôt : Une Journée à New-York, Le Défi, Un été à Rome, Recherche maman désespérément, Tel père, telles filles, Double jumelle, double problème, Route et Déroute, Aventures à Paris. Non, on ne vous parle pas de Bud Spencer et Terrence Hill, mais bien des jumelles Mary-Kate et Ashley Olsen, papesses du port de tongs à 400 euros et de l’anorexie fashion. Et c’est la Warner qui sort ça. Merci.
Sortie le 22 octobre

Quand Zodiac rencontre Godzilla

TF1 Vidéo peut avoir des éclairs de génie, parfois. Exemple : la sortie du coffret Bong Joon-Ho, cinéaste coréen aussi à l’aise dans le polar (l’exceptionnel Memories of Murder) que dans le B-movie décalé (The Host, film de monstre à la fois hommage au cinéma d’horreur des années 50 et pamphlet politique grinçant et très très drôle). En attendant de découvrir son segment du film collectif Tokyo!, une belle occasion de découvrir ce cinéaste avec qui il va falloir compter.
Sortie le 16 octobre

Il se passe de drôles de choses dans les égouts de Séoul

Rien de neuf au rayon boucherie

Alors que le cinquième opus de Saw s’apprête à sortir sur grand écran, Metropolitan propose la tétralogie dans un coffret DVD. Ceux qui sont intéressés par les étalages de violence gratuite, les démonstrations de sadisme et les steaks tartares pourront éventuellement s’offrir ce truc. Les autres pourront se rabattre sur le DVD du premier épisode, seul film valable de la franchise qui, depuis qu’elle a touché le fond avec Saw 3, se contente de creuser le sillon du n’importe quoi.
Sortie le 22 octobre

Sous la douche, personne ne vous entendra crier

En voilà un qui va s’arracher pour Noël : 24 films, c’est ce que propose Universal dans un coffret consacré au maître du suspense, Alfred Hitchcock. Du terrifiant Psychose à l’envoutant Sueurs Froides en passant par le sublime Fenêtre sur cour ou encore les deux versions de L’homme qui en savait trop, tout y est – du moins, tous les incontournables – y compris les œuvres réalisées entre les années 20 et les années 40, le tout regroupé en un judicieux packaging représentant le profil du réalisateur. Difficile de trouver de la place pour ranger cet indispensable objet dans votre dvdthèque, mais passer à côté serait… un crime.
Sortie le 14 octobre

James Stewart et Grace Kelly espionnent leurs voisins dans Fenêtre sur cour

Deux derniers pour la route

Enfin, s’il ne s’agit nullement d’un coffret, on ne pouvait vous laisser partir sans vous parler de la sortie attendue de Rec (annoncé pour le 23 octobre), réalisé par le tandem ibérique Jaume Balaguero et Paco Plaza. Un film dont Envrak vous avait déjà parlé, et qui repousse toutes les limites du trouillomètre.
De même, on tenait à vous signaler la sortie en DVD du très beau film israélien La Visite de la Fanfare (le 7 octobre), réalisé par Eran Kolirin. Une petite fanfare de la police égyptienne, invitée à jouer en Israël lors d’une cérémonie d’inauguration d’un centre culturel arabe, se retrouve paumée au fin fond du désert dans un village oublié de tous. C’est très beau, très émouvant, souvent très drôle, et très recommandé. Si vous trouvez mieux ailleurs, Envrak vous rembourse la différence.

La Visite de la Fanfare, l’un des coups de cœur d’Envrak

Les DVD du mois de septembre, c’est par

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Pas de commentaire

    bcolo  | 03/10/08 à 13 h 28 min

  • Oh, dommage, y a plus les qualificatifs sur les bonus à la fin des articles ! C’était ça le plus rigolo !

  • Sab  | 03/10/08 à 14 h 15 min

  • Oui j’avoue. J’ai pas eu le temps…

  • nempower  | 12/10/08 à 13 h 19 min

  • Elle est quand même au top…

Laisser un commentaire