Les DVD de la rentrée : ceux qu’on a vus

10/09/10 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags : , , ,

Tous les garçons aiment Mandy Lane… ou presque

Elle est belle, elle est blonde, elle est sympa, Mandy Lane. Elle porte surtout la poisse, à tel point que tous les garçons qui la courtisent meurent dans des circonstances étranges. Elle-même semble ne pas en comprendre les raisons. Jusqu’au jour où une petite fête champêtre entre amis révèle le pourquoi du comment.

Bel essai, hélas pas vraiment transformé, pour All the boys love Mandy Lane de Jonathan Levine, petit film mélancolique (oui, mélancolique) pas gore pour un sou, qui veut renouer visuellement avec l’esthétique des seventies. Il y parvient presque, mais passe à côté d’un sujet tant de fois ressassé au cinéma (Eros, Thanatos, tout ça, on a vu ça cent fois) que le suspense tombe à plat, jusqu’à un twist prévisible depuis les premières secondes. Amber Heard, elle, est parfaite.
En DVD depuis le 3 août, avec des bonus fatals.

Un mariage qui fait marrer

Louer deux bus, y entasser pèle-mêle les invités à la noce, se tromper de route, ne pas retrouver l’église où doit avoir lieu la cérémonie et avoir comme seul guide un curé fana de football. Voilà la recette du Mariage à l’islandaise

Entre deux disputes au bord de la route, les couples se font, se défont, les révélations explosent, le marié en vient aux mains et la grand mère de la mariée est oubliée dans un champ. Drôle sans surenchère de gags lourdingues, interprété sans surjeu, filmé avec sobriété et dialogué avec finesse, Mariage à l’islandaise fait preuve d’une belle efficacité malgré un rythme très inapproprié au comique de situation. Sans être inoubliable, le film est à ranger au rayon des jolies surprises du mois.
En DVD depuis le 24 août avec des bonus en blanc.

L’ombre de Polanski

Après avoir méchamment galéré pour trouver son chemin vers la zone 2, The house of the devil, de Ti West, débarque enfin chez nous en DVD. Les raisons pour lesquelles le film n’a jamais été distribué dans les salles françaises dépassent l’entendement, tant le talent déployé par Ti West pour restituer l’atmosphère du cinéma horrifique des années 80 frise la perfection. Si le scénario est loin d’être révolutionnaire – une étudiante est embauchée le temps d’une soirée pour faire du babysitting dans une maison passablement flippante – le traitement réservé à l’image est simplement sidérant, tout comme le soin particulier apporté à la bande originale.

Géant hommage au non moins géant Roman Polanski (Le locataire, Répulsion et Rosemary’s baby sont largement cités), le film parvient à distiller l’angoisse malgré la présence à l’écran d’un seul personnage pendant les 3/4 de l’action, et à élever la paranoïa au rang de véritable démarche artistique. A Envrak, les mots nous manquent pour dire à quel point on a aimé. Le DVD du mois (on aurait aimé le voir sortir aussi en VHS, les puristes comprendront après l’avoir vu), c’est celui-là.
En DVD le 8 septembre avec des bonus diaboliques. A noter : le DVD est vendu ce mois-ci avec le magazine Mad Movies

L’immortel ne restera pas dans les mémoires

Un gentil truand retraité réchappe par miracle d’un guet-apens. Devinez la suite ?
On en connait que la simple formule “Un film de Richard Berry” fait pleurer de rire. A Envrak, on a rien contre le bonhomme, mais on n’est pas pressés de le défendre non plus tant son cinéma semble particulièrement formaté pour et par le cinéma de prime-time à la tévé.

L’immortel est donc aux films de gangsters ce que La boîte Noire, son précédent film, était à Fight Club : un grossier décalque de choses vues en beaucoup mieux ailleurs, auquel Reno et Foïs tentent désespérément de donner une épaisseur. Mention spéciale au personnage de Kad Merad et à son interprétation, qui atteignent des sommets de ridicule.
En DVD le 15 septembre, avec des bonus vite faits.

The ghost writer : la menace fantôme

Un nègre (porte-plume littéraire) est embauché pour travailler sur la biographie d’un ancien premier ministre anglais au moment où le mec voit ses “affaires” lui éclabousser à la gueule.


THE GHOST-WRITER – BANDE-ANNONCE VOST FR

Hasard du calendrier (?) le DVD du film de Roman Polanski sort en même temps que les mémoires de Tony Blair sur ses dix années au pouvoir. La similitude entre les maux qui collent aux basques de l’ancien golden boy de la politique anglaise, et ceux auxquels est confronté son alter-ego – Pierce Brosnan, carnassier, a décidément bien fait de laisser tomber le costard de 007 – est ainsi cocasse pour qui a vu le film. Critique avouée du blairisme, the Ghost writer est aussi une histoire d’exil, de complot et de secret politique inavouable, dans l’ombre de la guerre en Irak. Un terreau fertile pour le thème paranoïaque cher à Polanski, qui filme ici avec un tempo et une maîtrise qui laissent pantois. Un thriller racé, donc, aussi beau à regarder qu’à écouter (musique de notre Alexandre Desplat national, à écouter sur Spotify / Deezer), le must have / must see de cet automne. PS: à la demande de Sabrina, on précise qu’Ewan McGregor est super mign—- assure un max. Comme le reste du casting, d’ailleurs. Raison de plus pour (re)voir le film fissa.
En DVD depuis le 8 septembre, avec des bonus battus aux élections.
Les DVD du mois de juillet, c’est par .

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire