[Festival de Gardanne] : En attendant Cantet

19/10/14 par  |  publié dans : Cinéma | Tags : , ,

A Girl at my door, de July Jung, à découvrir à 18h45 en salle 2 (en compétition pour le prix du public)
Day two (on a commencé en anglais, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin). Aujourd’hui c’est samedi. On a décidé de faire une pause – après un film, on est déjà fatigué.

…..

En réalité, un coup d’oeil sur le programme du jour suffit à nous faire réaliser que de nombreux films projetés ce jour ont déjà été chroniqués par chez nous. L’occasion est donc trop belle de dépoussiérer nos archives. On la saisit :

Timbuktu (en compétition) : Il y a 5 mois, Emi a fait du film d’Abderrahmane Sissako l’un de ses chocs cannois. Difficile de ne pas affronter la séance le cœur desserré et les yeux grands fermés, le sujet est brûlant, le soleil du Mali, aussi. Pour sûr, ce film-là a dû terrasser les festivaliers. On leur posera la question demain.

“Le cinéaste Mauritanien rappelle ses spectateurs rapidement à l’ordre avec des coups de kalachnikov qui retentissent dans le fond. Puis une voix. Hurlant “Ne la tuez pas, fatiguez la !” Et voilà comment en une seule phrase, Sissako résume la technique des djihads pour arriver à leurs fins : épuiser le peuple en promulguant des lois arbitraires et insensées. En faisant régner une terreur absurde en se cachant derrière des prétextes religieux, on pousse à la faute pour avoir encore plus de raisons de punir, de tuer… Voilà le Timbuktu qui est dépeint. On vous avait prévenu, le Mali ne sera pas votre prochaine étape pour un repos bien mérité.”

Lire l’article en cliquant ici.

Maestro : Les ombres de Truffaut et Rohmer planent sur le film de Léa Frazer, long-métrage complètement méta qui s’autorise de vrais moments de comédie. Cédric avait, au moment de la sortie du film, incité les lecteurs à aller le découvrir en salle. Revoilà une belle occasion de se rattraper.

“Deborah François et Alice Belaïdi, dans des registres différents, blonde intello au sourire ravageur ou brune pleine de tempérament, sont les atouts charme de ce film, qui, même s’il demeure un brin convenu et s’attarde sur les amourettes, se place dans le haut du panier des comédies françaises vues cette année.”

Lire l’article en cliquant ici.

Gett, le procès de Viviane Amsalem : Parce que le divorce au cinéma, ça n’est pas seulement La Guerre des Rose, parce qu’Israël est décidément un pays où tous les espoirs sont permis – mais pas sans heurts pour les femmes – et parce qu’on aime Ronit Elkabetz d’amour, son film est à voir. Et tant pis pour le “huis clos terrifiant” et “la boule à l’estomac” évoqués par Engy à la vision de ce long-métrage qui sera rediffusé ces prochains jours au 3 Casino.

“Soumis aux contraintes formelles – et répétitives – du tribunal hébraïque (de lieu, de temps, de procédures), Gett s’en sort avec une multiplication des points de vues, une aisance dans tous les genres, un montage de plans subjectifs auquel n’échappe aucun regard, aucune mimique.”

Lire l’article en cliquant ici.

A voir dimanche 19 octobre

  • 10h30 : Maestro / Black Coal
  • 12h30 : Le Promeneur d’Oiseau / Sunhi
  • 14h30 : Xenia / Circles
  • 17h : Retour à Ithaque (compétition) / Boys like us
  • 18h45 : A Girl at my door (compétition) / Gett, le procès de Viviane Amsalem
  • 21h : Leviathan / Des Chevaux et des Hommes

Pour la petite anecdote

Laurent Cantet, réalisateur de Retour à Ithaque (présenté à 17h en compétition ce dimanche), est un habitué du festival de Gardanne. En 2012, il était venu en personne présenter Foxfire, Confessions d’un Gang de filles, reparti avec le prix du public. Un film qui ici, nous avait plutôt laissé de marbre. Ce qui ne nous empêche pas, encore sous le coup des chocs passés (Entre les Murs, L’Emploi du Temps, Vers le sud…) d’attendre avec impatience de découvrir Retour à Ithaque. Annoncé dans un premier temps, le réalisateur sera finalement retenu en Italie par d’autres obligations.

 

retour-a-ithaque

 

Notre article précédent sur le festival : Bande de Filles fait l’ouverture

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire