Le secret de la voix de Tintin

27/10/11 par  |  publié dans : Cinéma, Sorties | Tags : , ,

 

Il n’est pas belge, n’a pas de fox-terrier, et porte à peine la houppette. Pourtant, notre Tintin national, c’est lui : Benjamin Bollen, comédien, est la voix française de la légende rousse, métamorphosée par Steven Spielberg en une créature hybride. Chez cet humain désincarné, seule la voix est d’origine certifiée, 100 % naturelle. Entrée dans le monde invisible du doublage…

Comment as-tu décroché cette “première voix” dans une superproduction ?
J’avais déjà doublé Jamie Bell dans un précédent film [L’aigle de la neuvième légion]. L’équipe de Tintin a auditionné beaucoup de comédiens sans trouver ce qu’elle cherchait, on m’a alors appelé pour passer des essais. Ensuite, on a enregistré en trois semaines, au mois de juillet. Ca a été très vite.

Comment se prépare-t-on à un doublage ?
Avant les essais, je me suis replongé dans les albums, j’ai revu la série animée des années 80 et les films des années 60. Mais en amont, il n’y a aucune répétition du texte, ni aucun travail de la voix. Lorsque je suis arrivé le premier jour, je ne savais rien du film. On voit la première scène en VO, ensuite c’est parti, on enregistre… C’est un travail très contrôlé : on fait des tentatives, on teste, mais ce cheminement a lieu pendant le doublage. La consigne première étant de ne pas trahir le jeu du comédien anglophone et de coller le plus possible à son timbre.

Doubler, c’est vraiment jouer la comédie ?
Ce n’est pas qu’une récitation. Devant l’écran, on joue totalement le personnage : on bouge, on court avec lui, pour que le son de sa voix corresponde à ses mouvements. Tout est doublé, la moindre respiration, les cris. Il faut donc être très mobile, tout en suivant bien le mouvement des lèvres. Un peu comme en répétition au théâtre, on cherche un personnage, même si le spectateur ne se rend pas compte de cette quête à l’écran.

Ta voix est très différente de celle du dessin animé des années 80. Tu n’as pas été tenté par l’imitation ?
Cette série était une adaptation de la BD plus lisse que celle de Spielberg. Dans le film, Tintin est plus aventurier, plus humain. La voix du dessin animé n’aurait peu-être pas collé à cette évolution du personnage. Même si les gens ont en mémoire ce grain de voix, j’ai essayé de ne pas l’avoir en tête.


VF…

Les doubleurs peuvent-ils apporter des modifications au texte ?
On propose de temps en temps des petits changements, qui sont toujours soumis à l’acceptation du directeur artistique. Par exemple, on a voulu rajouter quelques insultes dans la bouche du Capitaine Haddock… Mais globalement, il y a très peu d’adaptations.

Tu as rencontré Spielberg ?
Le choix des doubleurs a été soumis à la distribution française du film et à la superviseuse américaine. Je ne sais pas si Spielberg a regardé nos essais… Je ne l’ai pas rencontré, je l’ai juste vu, ainsi que Jamie Bell, à l’avant-première. Dommage, je n’ai pas réussi à décrocher son numéro !

Petit, tu étais fan de Tintin ?
Tintin est incontournable. J’aimais beaucoup, sans être fanatique… Cela dit, un journaliste belge m’a fait répondre récemment à un quiz sur la BD. J’ai eu 13/15, et c’était assez corsé !

Quelle place occupe le doublage dans le métier de comédien ? C’est juste alimentaire ?
Moi, pour le moment, ça m’amuse beaucoup. Je sais que certains s’y plient par nécessité. Ce qui est drôle dans ce milieu, c’est qu’on croise en studio des personnes qu’on reconnaît à leur voix : tant qu’ils se taisent, ils ne te disent rien, et dès qu’ils ouvrent la bouche, le son de leur voix est très familier ! Jean-Philippe Puymartin, le directeur artistique sur le doublage de Tintin, est par exemple la voix de Tom Hanks dans beaucoup de films, celle du cowboy de Toy Story, de Timon dans Le Roi Lion

Et VO. Une préférence ?

Penses-tu que cette expérience aura des répercussions positives sur ta carrière ? Entre un premier rôle de doublage sur une superproduction, et une activité de comédien de théâtre ?
Je ne crois pas que ça pose problème. Beaucoup d’acteurs mènent les deux de front. Yvan Attal par exemple, a longtemps été la voix de Tom Cruise, ça ne l’empêchait pas d’avoir une carrière d’acteur réussie. Roger Carel, qui doublait Astérix, le monstre Alf dans la série du même nom, était aussi un grand comédien…

En VF, on retrouve régulièrement les mêmes voix d’un acteur à l’autre. Par rapport à la VO, c’est tout de même appauvrissant…
Un doubleur ne peut pas se cantonner à un seul acteur; il a besoin de manger, aussi ! Ça me choquerait plus d’entendre un acteur doublé par une voix différente de celle à laquelle on est habitué. Imaginez que la voix française de Julia Roberts change…

A titre personnel, tu es plutôt VO ou VF ?
Depuis que je fais ce métier, bien sûr je le défends ! Je regarde de plus en de VF…

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Tintin est un petit peu lillois « Portraits de vie  | 02/11/11 à 20 h 27 min

  • […] VO, ensuite c’est parti, on enregistre… » explique l’acteur dans un article de Envrak. Ce travail n’a pas été toujours facile puisque Tintin est un personnage très particulier, […]

Laisser un commentaire