LEAVE NO TRACE

13/05/18 par  |  publié dans : A la une, Cinéastes, Cinéma | Tags : , , , ,

Synopsis : A 15 ans Tom vit paisiblement en pleine forêt avec son père. Mais lorsqu’ils se font expulser de leur refuge, Tom découvre une autre manière de vivre et qui semble lui convenir : sous un toit et en communauté.

Traiter la thématique de la « dé » sociabilisation avec un retour à la vie en pleine nature, sans téléphone, sans téléviseur, sans médiatisation ni conditionnement sociétal incluant par là-même la non-scolarité de l’enfant qui n’est pas dénué pour autant d’intelligence et d’apprentissages, est un sujet qui fait sens. D’autant plus aujourd’hui où la société nous emprisonne dans ses pseudo-normes balisées entre le bien et le mal, ce qui se fait ou ne se fait pas… et qui nous place dans l’illégalité pour peu que l’on soit marginal, que l’on se refuse à marcher dans les clous. La liberté de pensée est considérée comme un délit. Elle est punissable aux yeux de la loi qui n’a pas droit de regard sur vos actes et c’est d’ailleurs bien là le problème. Ne pas être dans leurs fichiers, référencé. Debra Granick implante très bien la situation et donne un autre regard sur ci-devant qualifié de S.D.F. qui ne fait de mal à personne, vit d’amour filial et de nature. Mais à force d’insister sur ces « gentils-personnages, jamais méchants » le propos paraît surfait. Une fille parfaite, éveillée et émerveillée par sa belle curiosité, un père qui ne hausse jamais le ton, connaît tout sur tout et ne se perd jamais même en pleine forêt, des services sociaux qui se mettent en quatre pour les aider, et une communauté semblable à eux, toujours la main sur le cœur et qui les accueille bras grands ouverts… sur une durée indéterminée… Ça va bien pendant dix minutes mais au-delà, l’utopie devient plus agaçante que le propos intéressant et cent pourcent écolo. C’est bien dommage car la cinéaste aborde par ailleurs la relation père/fille avec une très belle douceur et plongé dans ce cadre verdoyant, le tableau prend alors une tonalité agréablement poétique.

Sortie le 19 Septembre 2018 (Durée 1H48)

Distribution : Condor

De Debra Granik Avec Ben Foster, Thomassin McKenzie, Jeff Kober

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire