Song Without a Name

21/05/19 par  |  publié dans : A la une, Cinéastes, Cinéma, Festival | Tags : , , ,


Copyright Luxbox

Synopsis : Pérou, au plus fort de la crise politique des années 80. Georgina attend son premier enfant. Sans ressources, elle répond à l’annonce d’une clinique qui propose des soins gratuits aux femmes enceintes. Mais après l’accouchement, on refuse de lui dire où est son bébé. Décidée à retrouver sa fille, elle sollicite l’aide du journaliste Pedro Campos qui accepte de mener l’enquête.

Avis : Un sujet fort : le trafic d’enfant. Un contexte politico-social sur fond de révolte et d’attentats. Une image en noir et blanc travaillée qui reflète l’état d’esprit sombre du protagoniste principal, errant au cœur de plans larges pour symboliser sa solitude, en proie aux intempéries qui la rendent plus vulnérable à chaque pas. La mise en scène réfléchie de Melina Leon est indéniable. Mais ne fait tout ! Si l’on comprend en effet l’aspect dénonciateur souhaité par la réalisatrice, basé sur l’inattention voire le déni total des autorités péruviennes face aux basses classes sociales dans les années 80, le traitement du contexte politique crée une confusion inutile qui disperse l’attention. On se perd ainsi entre la quête de Georgina à retrouver son enfant volé, ses relations auprès de son mari, tantôt proche tantôt absent sans raison apparentes et ce climat de tensions politiques qui en dehors d’une fin scénaristiquement bricolée, n’a aucune influence sur la trame principale du film. Malgré la qualité de jeu de la comédienne Pamela Mendoza qui laisse exploser avec force ses souffrances physiques et psychologiques via des chants locaux, donnant alors un côté quasi mystique à sa descente aux enfers, on ressort de la projection avec un sentiment d’incompréhension perturbante sans être parvenu, hélas, à adhérer au propos de Melina Leon.

Sortie : prochainement (Durée 1h37)

Distribution : Sophie Dulac

De Melina Leon Avec Pamela Mendoza, Tommy Parraga, Lucio Roja

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire