Un pied dans le bush

01/10/07 par  |  publié dans : Cinéma, DVDs | Tags :

Ce mois-ci, Envrak fête son dixième numéro à grands coups de bols de chips et de verres de 51. Côté ciné, la tentation était grande de marquer le coup en grattant quelques lignes sur des œuvres aussi impérissables que Les 10 commandements, 10 petits nègres, 10 hommes à abattre ou encore le Ten d’Abbas Kiarostami et le fameux Décalogue de Kieslowski. Impérissables, oui, mais chiants, aussi. Non, chez Envrak, le film du mois, c’est… 10 canoës, 150 lances et 3 épouses, de Rolf de Heer. Personne ne l’a vu ? C’est normal.

Demandez à Terrence Malick de réaliser un remake des Dieux sont tombés sur la tête, à peu de choses près vous obtiendrez 10 canoës. Moins élégant que Le nouveau monde, moins poétique que La ligne rouge, 10 canoës possède toutefois son identité propre, et une capacité à déclencher les fous rires, don que Terrence Malick, lui, n’aura sans doute jamais.

C’est dans la région du marais d’Arafura que l’Australien Rolf de Heer (La Chambre tranquille) a choisi de mettre en images une légende mêlant sorcellerie, vengeance et chasse à l’oie.
En des temps reculés, le jeune Dayindi menace la loi de la tribu en convoitant l’une des trois épouses de son frère aîné. Ce dernier, pour remettre le jeune homme dans le droit chemin, lui raconte une légende ancestrale présentant bien des similitudes avec leur situation.
Il n’en fallait pas plus à Rolf de Heer pour évoquer les traditions et la culture des aborigènes via une galerie de personnages à travers lesquels le stéréotype poussé côtoie le burlesque jouissif, le tout dans une langue méritant largement que l’on ne l’afflige pas d’un doublage.
Les spectateurs découvrent qu’à des galaxies du monde occidental, les bushmen australiens ont les mêmes problèmes de ménage et les mêmes préoccupations que nous. Dépaysant et souvent drôle (quelques situations savoureuses et beaucoup de dialogues furieusement modernes), le film fait prendre conscience à la jeunesse du bush – et au spectateur – que les traditions perdurent et que décidément, on ne convoite pas la femme de son frère, ni ici, ni ailleurs.
Quant aux acteurs, qui se sont mis à nu pour le tournage – la mode minimaliste de leurs ancêtres – ils ont voulu que les enfants de leur peuple voient ce film “pour qu’ils sachent d’où ils viennent”.
À défaut de se prendre une bouteille de cola sur la tête, se prendre un cours d’histoire australienne en pleine face, c’est toujours ça de gagné.

Pas de nouvelles du DVD, en revanche, alors que le film va fêter le premier anniversaire de sa sortie. Ceux qui l’ont vu en salle et qui brûlent d’acheter la galette peuvent toujours se rabattre sur l’édition américaine à condition de savoir bidouiller leur lecteur DVD. Si le film ne sort pas en zone 2 d’ici la fin de l’année, on pourra commencer à s’inquiéter.

En savoir plus : http://www.10canoes-lefilm.com

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Pas de commentaire

    Engy  | 05/10/07 à 14 h 00 min

  • Pour les parisiens : le film passe en VO ce mardi à 18h30 au ciné Denfert (Metro Denfert).

  • nempower  | 05/10/07 à 14 h 16 min

  • SUPER!!!! Bien résumé…

Laisser un commentaire