Valérie Benguigui : 1965 – 2013

03/09/13 par  |  publié dans : Cinéma | Tags :

Valerie-Benguigui_l

On se souvient du moment où on est tombé amoureux de Valerie Benguigui, c’était en novembre 2009, on bouffait du film français en projo presse et elle sauvait les siens de critiques mitigées : ils valaient le coup d’être vu, parce qu’elle y était. La sensation était bizarre, on l’aimait déjà bien sans trop savoir pourquoi et tout d’un coup, on l’aimait tout court, pour sa capacité à donner vie à tous ses seconds rôles comme s’ils étaient des premiers.

A l’occasion de la sortie de La famille Wolberg, on l’avait rencontrée pour le compte d’un autre média, un grand portail cinéma qui n’avait pas jugé utile de publier l’interview vidéo – qu’on aimerait tellement exhumer -, parce que Valérie était pour eux une nobody. Elle y évoquait la mort de Jocelyn Quivrin, qui figurait au casting du film d’Axelle Roppert – où elle déployait une fois de plus une époustouflante palette de jeu – et on n’avait rien vu de plus émouvant que ces yeux embués sur un des visages les plus sympathiques qu’il nous avait été donné de filmer. En fait, elle était belle, et on avait du mal à trouver les mots pour la qualifier : bonté, modestie, professionnalisme, ambition, humour, sagesse, etc. Il y en avait tant qu’on s’était promis de faire son portrait sur Envrak, avant d’oublier la chose dans la boite à idée.

valerie

Valérie Benguigui est décédée le 2 septembre 2013 des suites d’un cancer. Elle avait 47 ans. On lit partout que son César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Le Prénom en 2013 lui promettait la carrière cinématographique qu’elle méritait. On oublie au passage l’impolitesse de Joey Star et Jamel Debouzze lors de la cérémonie, et ses 27 ans de bouteille – au théâtre et au cinéma – non récompensés. De notre entretien, on se rappelle qu’elle espérait un jour enchainer les premiers rôles, sans aucune aigreur pour son métier de comédienne qui semblait la combler. On ne se souvient plus, en revanche, du rêve à la con qu’elle nous avait confié : interpréter princesse Sissi ou une méchante sorcière Disney ? On voudrait écrire une belle necro afin de lui rendre hommage, mais Valérie est morte sans avoir de tag sur Envrak, et on a bien du mal à se le pardonner…

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    CANDICE  | 23/09/13 à 10 h 52 min

  • Valérie,
    D’où me vient cette tristesse si profonde…? Ce manque incroyable… Jamais une disparition ne m’avait autant bléssée… Je croyais pourtant ne pas te connaitre… et pourtant quelque chose de toi m’habitait, et s’est envolé avec toi… Je me sens vide quelque part en moi…
    Je savais que je t’Aimais, mais je croyais que ce sentiment relevait d’une certaine fiction, celle du cinéma et des médias, mais aujourd hui je sais que cette profonde affection relevait du réel, de la vie… Je t’Aimais comme une soeur, une amie… On se ressemble…
    Je suis envahie de regrets car tu n’es plus là pour que je puisse te dire tout ça… Cette nuit, j’ai rêvé que je te parlais encore et encore, et pourtant nous savions que tu étais déjà partie… Je parlais à ton âme… J’ai alors compris qu’à jamais tu m’habiterais et brillerais dans un coin de moi comme une petite flamme magique qui jamais ne s’éteindra… A toujours
    Candice

Laisser un commentaire