WELDI (MON CHER ENFANT)

13/05/18 par  |  publié dans : A la une, Cinéastes, Cinéma | Tags : , , ,

Synopsis : Riadh et Nazli forment un couple uni et proche de leur enfant Sami qui souffre de migraines répétées peu de temps avant son Bac. Mais alors qu’il semble aller mieux, il disparaît.

Traiter du problème du Djihadisme du point de vue des parents d’un extrémiste, donne une profondeur et une sensibilité toute autre que d’accoutumée. Et Mohamed Ben Attia s’y emploie avec méticulosité. Inspiré du récit d’un père -magistralement incarné par Mohamed Dhrif – dont le fils est parti rejoindre Daech, le cinéaste s’attache au ressenti, au désarroi et surtout à l’impuissance des proches qui n’ont pas su empêcher la chose, prévoir l’impossible ! Ils subissent, tentent d’avaler une pilule qui ne passe pas car non ! On ne se soigne hélas pas du terrorisme ! C’est une épidémie qui prolifère et touche tout le monde, surtout les jeunes adultes, sans prévenir… mais l’issue est fatale. Basé sur des témoignages de familles tunisiennes meurtries par ce fléau, le scénario ne s’attarde pas sur les causes du départ de Sami en Syrie, ce qui amplifie ce sentiment profond d’incompréhension, principale source de notre peur. Il n’est pas question non plus de stigmatiser le profil terroriste par une radicalisation religieuse ou une situation sociale qui justifierait le crime. Le personnage de Sami renvoie plutôt à une image d’enfant presque modèle : bien élevé, gentil, calme, discret, angoissé et soucieux de ses résultats scolaires, ce qui lui crée de nombreuses migraines. Une manière très délicate d’aborder un problème de fond, celui du réel danger de Daech : sa capacité à se fondre dans les masses et à intégrer la classe d’élites.

Sortie le 21 Novembre 2018 (Durée 1H44)

Distribution : BAC Films

De Mohamed Ben Attia Avec Mohamed Dhrif, Mouna Mejri et Imen Cherif

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire