Cas particulier

20/05/10 par  |  publié dans : Edito

Initialement, cet édito traitait de discrimination. Si ce n’est plus le cas, c’est parce que la journée mondiale contre l’homophobie (ou IDAHO) avait lieu ce lundi, date officielle de parution du nouvel Envrak, et que nous avons laissé passer cette occasion de militer. Ainsi, le n°55 ne paraît qu’aujourd’hui en raison d’un manque d’effectifs (et de moyens) devenu flagrant. Notre sommaire, à dominante musical et littéraire pour varier les plaisirs des amateurs de ciné, appelle inconsciemment deux de ses rédactrices : Madeleine et Elise, qui n’ont pas pu y participer. Tout comme j’y étais absente le mois dernier mais présente ici avec Stromae. Ou tout comme Flo et Marlène qui reviendront, tel Blur, vous parler BD. La cause de cette mobilisation laborieuse est simple : vie associative ne se couple pas toujours avec vie professionnelle et privée, en témoignaient justement les associations d’aides aux victimes d’actes homophobes ce 17 mai. Eux préviennent et soutiennent, forts de membres bénévoles et engagés jamais assez nombreux, tandis que nous écrivons et échangeons, bientôt en manque de passionnés. Lors de notre dernière édition, nous lancions un appel à webmaster (toujours d’actualité), ce sont maintenant de nouveaux rédacteurs que nous souhaiterions. Promis, après nous arrêtons – ni d’écrire, ni d’être curieux, espérons-le, mais bien de recruter dans cet espace plutôt que d’y digresser à l’humeur.
Bonne lecture avant tout,

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire