La culture, c’est comme un bol de cacahuètes.

08/01/11 par  |  publié dans : Edito

Une file d’attente, un concert, un bar et l’humain parle. Ce n’est pas qu’il n’a que ça à faire mais il y a des gens à côté. Alors l’humain parle aussi machinalement qu’il aurait pris une chips dans le saladier. Pour tromper l’ennui souvent, parce qu’il a faim peut-être, ou qu’elles ont l’air bonnes, les chips. Et parfois l’humain s’intéresse. Ce n’est pas qu’il l’avait prévu mais ils peuvent être intéressants, les gens. De ces rencontres naissent des amitiés, de ces amitiés éclosent des projets.

Qu’est-ce qu’un film, un livre, un webzine, sinon les conséquences d’affinités ? De dédicaces en remerciements, des potes à la famille au générique, on ne compte plus les gens qui comptent. La part de chacun va du mot à l’idée : l’important – même à ses dépens – est de participer. Chaque rencontre génère de nouveaux thèmes à aborder. C’est infini et infiniment réconfortant de savoir que l’humain crée. Le même humain qui fait la guerre, le même relou à qui on aurait pu s’abstenir de parler. A qui on doit les anecdotes farfelues qu’on se plait à raconter.

Au sommaire ce mois-ci, des gens et des sujets.
Servez-vous.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire