Le besoin de bidouille

14/04/11 par  |  publié dans : Edito | Tags :

Quand Scream est sorti, j’allais sur mes 17 ans, je n’avais pas ma carte d’identité sur moi, le film était interdit aux moins de 16, et on ne m’a pas laissé rentrer. Humiliation totale – vous savez comment c’est important de faire son âge et plus, à 17 ans – ce jour là j’ai dû accompagner mon petit frère à la séance de Batman et Robin. Depuis, je me suis vengé, en éreintant la VHS pas loin de vingt fois, Scream a longtemps été un de mes films de chevet. Alors que Scream 4 sort sur les écrans, je commence à regretter le temps où on me disait que je faisais plus jeune, et les ados de 17 ans – biberonnés aux Saw, autrement plus gore que Scream – ont, eux, toutes les chances de découvrir le film dans des versions screener ou BlurayRip offrant un confort incertain. Entre les deux, il s’est passé un truc, qu’on appelle internet, et qui jette à la rue les producteurs et les majors – disent-ils. Il y en a bien, des vieux de la vieille, qui font de leur mieux pour apprendre à faire la grimace, mais les jeunes singes courent trois longueurs devant la caravane qui passe, un gros LOL peint sur les fesses. Ce qui est sûr, c’est qu’entre Ulule, Wikileaks, My major company, les mêmes et les Torrents, le Pirat@ge n’en est qu’à ses débuts, et promet de belles choses pour peu qu’on s’éloigne de ses définitions usuelles (l’infâme avertissement vidéo “le piratage c’est du vol”).

Le besoin de bidouille, de musique et d’histoires restera toujours le même, qu’on ait 17 ou 30 ans.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire