[Dossier] Stephen King / Paris 2013

22/11/13 par  |  publié dans : Auteurs, Livres | Tags :

20131112_150144Rien que pour faire cette photo, ça valait le coup de venir. Creative Commons JN, ENVRAK.FR

FRAGMENTS (FLEUVES) DE STEPHEN KING : LA CONFÉRENCE DE PRESSE, LA SOIRÉE AU GRAND REX

Il faut l’avouer, ça fait un petit peu bizarre de se retrouver parmi l’un des seuls webzines invités avec 200 journalistes dont Libé, TF1, France 2, Le Figaro, l’AFP et la télé Russe pour cette conférence de presse évènement. En bientôt 40 ans de carrière et plus de 300 millions de livres vendus, c’est la première fois que Stephen King fait une opé promo en France. Et on le lit depuis une vingtaine d’années… Arrivé une heure et demie en avance pour prendre un siège convenable, on surveille les moindres mouvements de l’organisation, on redoute le moment où elle va s’apercevoir qu’on n’a rien à faire là et venir nous demander de céder notre place à un journaliste d’un grand média, plus méritant. Du coup, quand ça commence, ça fait encore plus bizarre d’être à 4 mètres d’une de ses idoles, et on décolle très facilement, avec un sourire d’une oreille à une autre. Ça méritait bien une traduction fleuve, avec les digressions et les pitreries d’un type, plus chaleureux et plus américain, tu meurs.  Retrouvez aussi la vidéo de la conférence de presse, et surtout la vidéo de LA soirée au Grand Rex, une heure et demie face aux fans, avec sa traduction en français intégrée (et bravo le site Mulderville.net ). Après ça, la seule question qui vaille, c’est : mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour venir se présenter en France ? Réponse ici…

(Un grand merci à Florence Godfernaux et le staff d’Albin Michel)

LIRE LE COMPTE-RENDU

DOCTEUR SLEEP : LE MARCHAND DE SABLE ÉTAIT BOURRÉ

36 ans, c’est le temps qu’il aura fallu à Stephen King pour se lancer dans sa première sequel. En 36 ans, le monde a changé, ses lecteurs on vieilli, leurs croque-mitaines aussi. Docteur Sleep, la suite de Shining, fait l’effet d’une plaisante ballade dans un train fantôme, doublée d’une touchante réflexion sur les peurs et l’hérédité. Quand nous retrouvons Dan Torrance, l’ex « enfant lumière » qui survécut de justesse à la folie de son père dans l’Hôtel Overlook, il est désormais mi-vagabond, mi-employé dans des maisons de retraite. Et – cruelle ironie, triste ironie, à vous fendre le coeur – 100% alcoolique… comme son père. Son arrivée dans une paisible ville du New Hampshire lui permet de mettre sa vie en ordre et sa route (télépathique) croise celle de la petite Abra, 12 ans, elle-même dotée d’un shining surpuissant…

LIRE LA CRITIQUE

JOYLAND, LE ROMAN ENCORE INÉDIT EN FRANCE

Avant Docteur Sleep, sorti en novembre chez Albin Michel, Stephen King a publié en juin dernier aux Etats-Unis Joyland. Toujours sans date de sortie en France, Joyland est une récréation. Dans le sillage de Colorado Kid, il est le fruit de l’amour de Stephen King pour les pulps et les magazines pour hommes qui lui ont permis de manger au début de sa carrière, en publiant ses nouvelles. Devin Jones, la soixantaine, se souvient de l’été qui changea sa vie à tout jamais. Celui où, étudiant, il vécut son premier chacun d’amour, se fit embaucher dans un parc d’attractions, perdit son pucelage, et se lança dans la traque d’un tueur. Entre autres surprises… Oh, et pour ceux qui auraient du mal à suivre, sachez que S.K a déjà écrit deux autres livres, dont l’un sortira en 2014.

LIRE LA CRITIQUE

“I’M YOUR NUMBER ONE FAN…” INTERVIEW AVEC LE WEBMASTER DU CLUB STEPHEN KING

Je suis votre fan numéro un. C’est ce que susurre dans Misery Annie Wilkes à Paul Sheldon, l’écrivain qu’elle a kidnappé pour lui faire écrire la suite de son roman préféré. Nous avons retrouvé un fan beaucoup plus innoffensif même si un petit peu obsédé : Jérémy, webmaster du site Club Stephen King. Sa passion lui prend un temps fou, mais lui a permis de se retrouver aux premières loges de cette semaine inoubliable. Avec nous, il en fait le bilan, et répond à une question à 100 000 euros : post Saw, et à bientôt 70 balais, Stephen King peut-il toujours faire peur ?

LIRE L’INTERVIEW

ET AUSSI :

NOTRE CHRONIQUE DE 22/ 11/ 1963

NOTRE CHRONIQUE DE DÔME (ROMAN)

TOUS NOS ARTICLES STEPHEN KING

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire