Heureux qui comme Spirou

18/02/13 par  |  publié dans : BDs&Mangas, Livres | Tags : ,

couverture
Si vous ne savez pas quoi lire ce mois-ci ou que vous êtes à la recherche désespérée d’une idée de cadeau, EnvrAk vous sauve la mise avec sa sélection BD :

INVITATION AU VOYAGE

Heureux-qui-commeNicolas Presl nous transporte en Afrique avec son Heureux qui comme. Loin de l’aspect mythologique auquel le titre fait écho, ce récit dresse un portrait sans concession d’une partie du continent africain. On y suit deux histoires parallèles : celle d’une jeune touriste occidentale rêvant d’un peu d’exotisme et celle d’un entrepreneur africain sans scrupules. Deux visions d’un même pays qui tout en étant crues ne manque pas de poésie. La raison : l’absence de dialogues, qui laisse le lecteur s’imaginer son propre récit.

Heureux qui comme de Nicolas Presl
Ed. Atrabile Editions- 16/11/2012

ÂMES SENSIBLES S’ABSTENIR

walkingAlors que la seconde partie de la saison 3 de Walking Dead a repris sur AMC, Charlie Adlard et Robert Kirkman viennent de sortir le tome 17 sous le nom de Terrifiant. Titre collant parfaitement à ce dernier volet des péripéties vécues par Rick et les autres survivants. Hémoglobine et cruauté sont au rendez-vous avec, en prime, l’arrivée d’un nouveau méchant qui pourrait bien faire passer le Gouverneur pour un gentil nounours… Reste à savoir si, après 17 tomes, Adlard et Kirkman n’ont pas fait le tour du sujet. Pour cela, il faudra attendre le prochain opus…

Walking Dead T. 17 – Terrifiant de Robert Kirkman et Charlie Adlard
Ed. Delcourt – 30/01/2013

lady-doll-bdDans un autre registre plus coloré mais bien glauque aussi, Vessella et Penco Sechi bouclent leur diptyque Lady Doll. Gaja est à présent adulte et encore plus obsédée par ses poupées au look si particulier. Toujours enfermée dans son immense demeure, elle se plaît à faire fuir ses soupirants en leur dévoilant son visage difforme. Son monde est bouleversé quand elle croise la route d’un jeune artiste qui voit de la beauté là où les autres ne perçoivent que de la laideur. Si Lady Doll vaut déjà le coup d’œil pour son style unique et très travaillé, cette histoire envoûtante ne manquera pas de tirer quelques larmes aux plus émotifs d’entre vous…

Lady Doll T.2 – Un Maison de poupée de Vessella et Penco Sechi
Ed. Soleil Productions – 23/01/2013

INTERDIT AUX MINEURS

confessionMilly Chantilly se lance dans la BD érotique avec ses Confessions d’un canard sex-toy. Succession de saynètes représentant Sigmund, un petit canard vibrant, tiraillé entre son envie de liberté et son désir de satisfaire sa “maîtresse”. Il partage ses états d’âmes et réflexions avec une petite vache en plastique (possédant une tâche en forme de pénis), Elise. Si le concept est bien sympathique, les divers récits sont assez inégaux. Certains vous feront rire tandis que d’autres vous laisseront complètement de marbre. Dommage car le duo Elise/Sigmund est à croquer tout comme le trait de crayon d’Arnaud Poitevin. Une chose est sûre, vous ne regarderez plus votre canard sex-toy de le même manière après avoir lu ces Confessions.

Confessions d’un canard sex-toy – Préliminaires de Milly Chantilly
Ed. Ankama – 17/01/2013

DU CÔTé DES CLASSIQUES

spirouLe groom le plus célèbre au monde vient de célébrer ses 75 ans, pour l’occasion Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernaut sont allés creuser dans les archives des éditions Dupuis pour vous offrir toute la vérité, rien que la vérité sur Spirou. Au fil de leurs recherches et découvertes, les deux auteurs ont décidé qu’une seule œuvre ne pourrait pas rendre justice au “bébé” de Rob-Vel, par conséquent ce premier tome s’arrête en 1946. Que vous soyez déjà fan ou non, cette Véritable histoire de Spirou est une mine d’informations et apporte de nombreux éclairages sur l’évolution du personnage.

La Véritable Histoire de Spirou 1937-1946 de Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernaut
Ed. Dupuis – 18/01/2013

SÉANCE DE RATTRAPAGE

nousnironspasDécouvert en flânant dans les allées du Festival Quai des Bulles de Saint Malo (2012), Nous n’irons pas à Auschwitz est un premier roman graphique qui mérite toute votre attention. Récit autobiographique dans lequel Jérémie Dres raconte son voyage en Pologne à la recherche du passé de sa grand-mère juive. Plus qu’un simple récit de voyage, ce livre dresse surtout le portrait, pas toujours rose, de la communauté juive polonaise de ce début de 21ème siècle. Le jeune auteur offre ainsi un traitement inédit des conséquences de la Seconde Guerre Mondiale en BD.

Nous n’irons pas voir Auschwitz de Jérémie Dres
Ed. Cambourakis – 28/09/2011

En vous souhaitant une bonne lecture !

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire