L’Elégance du hérisson

02/04/07 par  |  publié dans : Livres, Romans

L’une de mes dernières lectures était L’Elégance du hérisson de Muriel Barbery. Ce livre m’a tellement émue que je n’ai pu résister à l’envie de vous en parler. Voici, j’espère, de quoi vous donner envie de le lire!

L’histoire

Renée Michel, concierge d’un immeuble parisien huppé est une veuve très cultivée qui aime le cinéma japonais et la littérature russe. Son problème : être obligée de paraître stupide auprès des propriétaires pour ne pas se faire renvoyer ni même se faire importuner. Ses journées sont donc occupées entre l’entretien de l’immeuble et ses ingéniosités pour dissimuler son savoir. Ainsi, la télé est allumée toute la journée sur une chaîne populaire, les fourneaux crachent des odeurs peu agréables et Renée mâche ses mots pour ne pas laisser échapper un indice de sa science.
Paloma Josse est une jeune fille de douze ans, incroyablement intelligente et lucide pour son âge. Son défaut : voir la vie en noir et ne pas imaginer un avenir intéressant. Elle décide donc de se suicider à ses treize ans en mettant le feu à l’appartement familial, comptant ainsi donner une leçon à ses parents trop nombrilistes. Mais des doutes la poussent tout de même à écrire un journal dans lequel seront comptabilisés les beaux moments qui donnent un sens à la vie. Si l’ensemble de ses notes est suffisant le jour de son anniversaire, elle reverra sa décision.
Les mois passent ainsi, avec leur lot de cachotteries pour l’une et d’observations pour l’autre, jusqu’au jour ou Kakuro Ozu s’installe dans l’immeuble et révolutionne l’existence de ces deux héroïnes singulières.

L’avis

Sous ce titre peu explicite se cache un livre hors du commun dont la lecture nous transcende et nous apprend à regarder la vie autrement. Dans un vocabulaire parfois un peu trop soutenu au début, l’auteur nous raconte une histoire à la fois amusante, moralisante et triste. On aime lire les astuces de la concierge, les petites histoires des riches propriétaires et surtout les discussions passionnantes entre les héros qu’engendre un détail futile. Les pensées profondes et journaux de mouvement du monde, tenus par l’adolescente, nous montrent ces petits moments de bonheur quotidiens qui paraissent anodins mais qui se révèlent importants si on apprend à les voir et à les interpréter. Plus qu’un simple roman, cet ouvrage nous prouve qu’on peut être heureux si on arrive à dépasser nos peurs, à faire confiance aux autres et à ouvrir notre cœur. Alors surtout, ne vous privez pas d’une telle thérapie, elle en vaut vraiment la peine.

Je ne suis pas la seule à avoir adoré ce roman, lisez plutôt les réactions de deux autres personnes.
Georges, 59 ans : « C’est un livre sublime, dans un style truculent. Après ça, je n’ai plus envie de lire des ouvrages traduits, uniquement des textes originaux aussi riches que celui-ci. »
Agnès, 29 ans : « Sensible, poétique et drôle, L’Elégance du hérisson est un bouquin coup de coeur qui donne envie de regarder le monde qui nous entoure autrement et d’être à l’écoute de l’autre. »

L’extrait

«Je m’appelle Renée. J’ai cinquante-quatre ans. Depuis vingt-sept ans, je suis la concierge du 7 rue Grenelle, un bel hôtel particulier avec cour et jardin intérieurs, scindé en huit appartements de grand luxe, tous habités, tous gigantesques. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Je n’ai pas fait d’études, ai toujours été pauvre, discrète, insignifiante. Je vis seule avec mon chat, un gros matou paresseux, qui a pour particularité notable que de sentir mauvais des pattes lorsqu’il est contrarié. Lui comme moi ne faisons guère d’efforts pour nous intégrer à la ronde de nos semblables. Comme je suis rarement aimable, quoique toujours polie, on ne m’aime pas mais on me tolère tout de même parce que je corresponds si bien à ce que la croyance sociale a aggloméré en paradigme de la concierge d’immeuble que je suis un des multiples rouages qui font tourner la grande illusion universelle selon laquelle la vie a un sens qui peut être aisément déchiffré.»

L’Elégance du Hérisson de Muriel Barbery, Editions Gallimard, 20€.

Le mois prochain : interview de Muriel Barbery.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

8 commentaires

    engy  | 02/04/07 à 12 h 10 min

  • J’ai acheté le livre, je ne l’ai pas encore lu mais j’ai le sentiment que je ne serais pas déçue!

  • lima  | 03/04/07 à 22 h 24 min

  • et moi je cours dès demain chez mon libraire ! Ce petit article a su me mettre en appétit, merci ;-)

  • Marie  | 05/04/07 à 15 h 12 min

  • C’est le but Lima. ;) J’espère qu’il vous plaira à toutes les deux autant qu’à moi.

  • engy  | 11/04/07 à 19 h 25 min

  • J’ai commencé à le lire… Au début assez ennuyée, je suis maintenant en plein dedans, je vous tiens au courant :)

  • engy  | 15/04/07 à 21 h 19 min

  • Livre très sympa! C’est bizarre comme les premières pages ne ressemblent pas au reste. J’ai été conquise à partir de Neptune et de Bacon et ce jusqu’à la fin.

  • Pauline  | 19/04/07 à 21 h 49 min

  • moi j’ai lu le livre aussi, il est top… et j’ai hâte de lire l’interview de l’auteur le mois prochain…

  • Annette  | 14/06/07 à 5 h 49 min

  • Je viens de terminer “L’ékégance du Hérisson” et après avoir ri aux larmes,ce sont elles qui ont pris le dessus.Quelle bonheur m’a procuré la lecture de ce livre qui continue à vivre en moi,réveillant des souvenirs lointains.J’en fait la promotion autour de moi pour faire partager mon boheur

  • cousin  | 11/09/13 à 14 h 51 min

  • Une merveille ! j ‘avais aimé le film , le livre est un régal

Laisser un commentaire