Manabé Shima : Voyage au Japon

10/03/12 par  |  publié dans : BDs&Mangas, Livres | Tags :

 

« Dommage que l’été ne dure pas six mois et les visas douze ». C’est par ces mots que Florent Chavouet conclut le récit de son épopée à Manabé Shima. Jeune bloggeur, Chavouet signe ici son deuxième carnet de voyage, après avoir affronté la capitale nippone dans Tokyo Sanpo, sorti en 2009. Loin de la frénésie tokyoïte, Manabé Shima est l’une des milliers d’îles que compte le Japon (Shima signifiant île), située entre Honchu et Shikoku. Là, le dessinateur passe plusieurs mois, hébergé par une famille vivant de la pêche. Il découvre tout de ce bout de terre immergé : les habitants, surtout des pécheurs mais également un policier, un aubergiste, un postier, etc., les mœurs et coutumes ?, les poissons, les chats, bref tout ce qui fait cette île et son charme.

En 141 pages d’une densité incroyable, Florent Chavouet nous embarque avec lui. Il arrive à tellement capter l’instant qu’il vit avec ces habitants du bout du monde, grâce à un gros travail de saisie sur le vif, qu’on ne peut rester en retrait. Le voyage nous conquit et même s’il est parfois difficile de s’imaginer à sa place, l’envie de faire ses valises devient irrépressible. Les Japonais semblent très accueillants, heureux de faire découvrir leurs façons de vivre et leur attachement à leur terre et leur mer. La mer, il en est beaucoup question dans l’album, pêcheurs obligent, et Florent Chavouet s’amuse à décrire les moindre détails de tout ce qui fait ses journées. On ne compte plus le nombre de poissons qu’il a ingurgité, petit-déjeuner compris, le nombre de chats qu’il a dessiné, la quantité de mollusques qu’il a découvert et la foison de détails qui parsèment son œuvre. Trop peut-être. Le lecteur s’amuse à ne rien rater, à ne pas louper un élément caché, quitte à tourner le livre dans tous les sens. Cependant, cette manière d’aborder l’histoire ne se fait pas immédiatement. Malgré l’enthousiasme évident de son auteur, la qualité de ses crayons, la richesse de sa mise en page, la densité auquel le lecteur doit se confronter peut être repoussante. De même que, la liste impressionnante des personnages qui peuplent cet univers embrouille les quelques certitudes à savoir qui est qui. À trop vouloir en dire, Chavouet souffre d’un manque d’organisation et d’éclairage sur tel ou tel aspect de son voyage. Il note tout pour ne rien oublier, pour garder une trace des moindres détails, mais la restitution en album aurait gagné à une hiérarchisation des éléments. Chaque étape de son voyage ne dure qu’une ou deux planches, et souffre d’une mise en page étroite, riche voire vertigineuse. Dommage alors que certaines planches, par ailleurs remarquables de beauté, soient asphyxiées dans la jungle de son récit.

Pour autant Manabé Shima est un livre passionnant, pour les amoureux du Japon ou non, pour les amateurs de poisson ou pas, pour les connaisseurs de sushi ou les amateurs de grillades, bref pour tous ceux qui souhaitent partager. Un récit d’un voyage sans doute inoubliable.

Manabé Shima, par Florent Chavouet, éditions Philippe Picquier, oct. 2010, 141 p.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire