Proie Idéale : Les ados mènent l’enquête !

06/03/13 par  |  publié dans : Livres, Romans | Tags : ,

proie
En rentrant au foyer, Ljuba et Cam découvrent que leur amie Morgane a disparu. Refusant de faire confiance aux policiers et aux éducateurs, elles décident de prendre les choses en mains…

DES FILLES QUI ONT DU CRAN

Charlotte Bousquet plonge le lecteur dans un thriller ultra-réaliste. Elle ne cherche pas à dissimuler la dureté et le côté sordide de cette affaire. Un reproche cependant,  celui de choisir pour “héroïnes” trois jeunes filles issues d’un foyer social et donc prête à tout (vraiment tout) pour changer de vie. On se doute que la vie au sein d’un foyer social est loin d’être facile, mais de là à utiliser cette excuse pour expliquer pourquoi Morgane tombe si facilement dans le piège du pseudo photographe ou pour justifier les excès de violence de Cam… A vouloir réaliser un portrait des plus crédible, l’auteur se laisse prendre au piège par certains clichés. Entre Lubja, la Rom écorchée vive, Cam, lesbienne refoulée et borderline, et, Morgane, le jolie minois s’imaginant déjà en couverture du prochain Elle, difficile de faire plus caricaturale. Cependant, la romancière parvient à donner de l’ampleur et de la subtilité à ces jeunes filles (surtout Lubja). En dehors de ce manque d’inventivité, on plonge sans difficulté dans cet univers où la fin tragique est inéluctable. C’est un bien triste portrait du genre humain qui prend vie au fil des chapitres, mais il est difficile de reprocher cet aspect à l’auteur tant elle se rapproche d’une certaine réalité que beaucoup préfèrent oublier.

 

DROIT AU BUT

Proie idéale s’avère être un récit efficace et optant pour un point de vue surprenant.

43062_ProieIdealeCV.inddLa narration se découpe en trois temps correspondant aux trois personnages. Un narrateur externe suit en alternance les pensées de Ljuba et Cam, tandis que des flashs autour de Morgane viennent ponctuer l’évolution de l’enquête. Le style employé pour ces différentes voix reflètent à la perfection les traits de caractères de chacune d’entre elles. Le tout donne un rythme tendu et fluide à l’intrigue. Cette dernière ne s’encombre pas de réflexion trop poussive ou de suspens interminable. Elle va droit au but à l’image de ces héroïnes. Tout en rendant la lecture agréable et plus rapide, ce style remet en cause la crédibilité de certaines situations.
Il ne faut pas oublier que ce roman s’adresse avant tout aux jeunes. C’est pour cela qu’au delà des sujets sociaux et d’actualité comme l’immigration, le trafic d’humains, ou encore les dangers d’internet, Charlotte Bousquet souhaite surtout faire une description lucide et parfois crue de la difficulté d’être une adolescente en quête de repères et d’affection. On regrette cependant la fin, avec la proposition quelque peu surprenante faite à Lubja et Cam, qui donne un petit côté “happy end” surréaliste. Dommage de faire décrocher le lecteur si prêt du but.

En refermant Proie idéale, il reste à espérer que certains jeunes y réfléchissent à deux fois avant de faire confiance à un inconnu leur promettant gloire et fortune.

 

Proie Idéale
Charlotte Bousquet
Ed. Rageot
A partir de 13 ans
En librairie le 5 mars 2013

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire